Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Avis aux Visiteurs .
Ven 31 Mar - 9:55 par commandoair40

» 1 septembre 2015
Mar 1 Sep - 18:39 par olivier

» Visiteurs sur le forum 2014
Mar 1 Sep - 18:34 par olivier

»  Janvier 1885 - La Légion étrangère à Tuyen Quang au Tonkin.
Sam 18 Jan - 8:07 par ROBERT

» loto et bourse aux armes
Lun 13 Jan - 11:13 par Invité

» Dimanche 12 Janvier 2014
Dim 12 Jan - 12:17 par Invité

» Samedi 11Janvier 2014
Sam 11 Jan - 18:19 par Gibert j

» Le mémorial du 2°REI
Sam 11 Jan - 12:09 par Gibert j

» vendredi 10 janvier 2014
Ven 10 Jan - 20:38 par Gibert j

» Commandant Dupin
Jeu 9 Jan - 20:39 par Gibert j

» Jeudi 9 janvier 2014
Jeu 9 Jan - 20:34 par Gibert j

» Mercredi 8 Janvier 2014
Mer 8 Jan - 21:54 par Gibert j

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
musique Légion
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!pagerank
Tchat Blablaland

Le capitaine de Chamborant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le capitaine de Chamborant

Message par Admin le Mer 31 Mar - 5:57

Le capitaine de Chamborant
Le texte qui suit a été trouvé dans un livret dactylographié au format A4 dans les papiers de famille. Malheureusement, aucune mention ne précise son auteur et la date à laquelle ce document a été écrit.

Né le 9 août 1913, Georges Antoine Marie de Belloc de Chamborant est issu d’une très ancienne famille qui s’est illustrée au cours des siècles dans le métier des armes. Sa filiation est établie depuis Aimoin de Chamborant, comte de Flandre, qui vivait en 1060. Certains généalogistes la font descendre de Charlemagne. Sa devise est « Oncque ne failli ».
Elevé à Paris, il fait ses études au collège Sainte-Marie de Monceau, puis à l’école Sainte-Geneviève de Versailles. Reçu à Saint-Cyr en 1935, il commence la réalisation de ses rêves d’adolescent : porter le casoar et les gants blanc, symbole de pureté, d’honneur et de sacrifice.

Au physique, c’est un garçon de taille moyenne, très sportif, musclé, au visage ouvert et souriant. Ses qualités morales ne démentent pas ce que promet son aspect extérieur dont les traits dominants sont : une conscience droite, la bonté et l’amour de la justice, un caractère gai, passionné de son métier, se donnant tout entier à la tâche qu’il entreprend et y mettant son ardeur, mieux, toute son âme.

« A genoux, les hommes… debout, les officiers » ; c’est à la fin du mois de juillet 1937 que la Promotion « Maréchal Lyautey », à laquelle appartient Chamborant, reçoit la consécration traditionnelle de ses anciens.

Nommé sous-lieutenant, Chamborant rejoint au mois d’octobre suivant le 21e Régiment de Tirailleurs Algériens à Epinal. Dans ces marches de l’Est le danger allemand a toujours été senti avec plus d’acuité que dans le reste de la France, aussi se prépare t-on sérieusement à cette guerre devenue inévitable.

Son entrain, son dynamisme, sa valeur professionnelle font de Chamborant un chef remarquable : tout de suite, il s’impose et conquiert ses Tirailleurs, témoin cette réflexion de l’un d’eux à son sujet : « Le lieutenant, c’est un caïd ! ». Aussi lorsqu’en septembre 1939 le 21 R.T.A. est envoyé sur le front de Lorraine, c’est à la tête d’une section magnifiquement entraînée que Chamborant commence le baroud. Mais c’est l’époque de la « drôle de guerre » et très rapidement cette vie d’attente ne suffit plus à son besoin d’action. Lorsqu’à la fin du mois de septembre on crée des groupes francs, il obtient le commandement de son bataillon. Durant un mois il passe la plus grande partie de ses nuits dans les lignes ennemies à tendre des embuscades, à effectuer des coups de main.

Au début de novembre, le 21e R.T.A. est relevé après deux mois de première ligne et avant de quitter le front, au cours d’une prise d’armes Chamborant reçoit la croix de guerre, une des toutes premières de la campagne 39-40.

Après une période de repos dans la région de Reims, le 21e Régiment remonte en ligne en février 40. Chamborant qui avait craint un moment d’être envoyé comme instructeur dans un dépôt, est toujours à la tête de son groupe franc. Ayant maintenu des hommes bien entraînés, et rompus à ce genre d’exercice, il ne cesse de patrouiller dans les lignes ennemies et reçoit à ce sujet une lettre de félicitation du Colonel commandant l’Infanterie de la 6e D.I.N.A. Mais le 13 avril au cours d’une patrouille particulièrement audacieuse, il est grièvement blessé aux mains. Evacué dans la région de Limoges, la campagne 39-40 s’arrête pour lui. Une citation à l’ordre de l’armée viendra témoigner de son allant et de son courage durant ces durs mois de première ligne.

Aussitôt remis de ses blessures, Chamborant demande à rejoindre l’Afrique du Nord et, en novembre 1940, il est affecté au 6e R.T.A. à Tlemcen.

Mais il est toujours à la Recherche d’une vie plus intense, d’horizons plus vastes, aussi en avril 1941, sur la demande de volontaires, il se fait muter à la Compagnie Saharienne Portée de la Légion. Il rejoint aussitôt Tabelbala et se présente au Capitaine Peché, commandant alors la C.S.P.L.

Tabelbala, Tindouf, le Sud Tunisien, Ouargla, Laghouat, Ain Sefra sont les principales étapes de la C.S.P.L. de 1941 à 1944. Chamborant les accomplit toutes et profite du passage en Tunisie pour glaner une citation à l’Ordre de la Division, en 1944.

1944… L’espoir est au cœur de tous les combattants d’Afrique du Nord, mais la Compagnie Saharienne n’ a aucune chance de faire partie du corps expéditionnaire et Chamborant, malgré de pressantes demandes ne peut obtenir sa mutation. En novembre 1944, dans une lettre à sa mère, il écrit : « Je n’ai aucune chance de partir. C’est donc avec rage que je puis vous tranquilliser, mais la situation est pénible… »

En septembre 1945, après un bref séjour à Sidi Bel Abbès, Chamborant est affecté à Fez au 3e R.E.I…, mais presque aussitôt, le Colonel commandant la D.C.R.E. l’envoie en France pour monter à Crémieux une maison de retraite pour les Légionnaires invalides. Comme tout ce qu’il entreprend, Chamborant s’adonne de tout cœur à sa nouvelle tâche, ne ménageant ni son temps, ni sa peine. Au mois de janvier 1946 il rejoint d’urgence le 3e R.E.I., volontaire pour partir en Extrême-Orient, il passe à son successeur une situation nette très avancée, malgré les difficultés inhérentes à une telle entreprise à cette époque.

C’est à Aubagne que Chamborant rejoint le 3e Etranger ; affecté au 3e bataillon, il prend le commandement de la 12e Compagnie qui n’existe pas encore et qui est à créer de toute pièce. Tout est à organiser : cadres et légionnaires proviennent des diverses compagnies du Bataillon : il faut souder ses membres épars, leur donner une âme, forger enfin un outil de combat digne de la légion. Les trois mois de répit laissés avant l’embarquement seront consacrés sans trêve ni relâche à l’accomplissement de cette tâche. Et bientôt, une volonté commune anime ces êtres, ils acquièrent la cohésion et le moral nécessaire : l’action du Capitaine de Chamborant porte ses fruits. Le secret de la réussite réside principalement, semble t-il dans son esprit de justice et de bonté. Un de ces anciens légionnaires n’a t-il pas écrit : « Quand on était embêté, on allait trouver Chamborant… et jamais personne n’a été déçu ! »

Le 20 mai 1946, le 3e R.E.I. s’embarque à Marseille sur le S.S. Pasteur. Après 17 jours de traversée, et un transbordement au Cap St Jacques, le bataillon arrive à Saïgon le 10 juin. Les premières semaines sont consacrées à la perception du matériel et à l’entraînement au genre d’opérations qui s’effectuent dans le pays. Puis au début de juillet, le 3e R.E.I. prend un secteur dont le centre se trouve à Sadee. Le Bataillon est en entier au Sud du Mékong ; seule la 12e Compagnie, la Cie Chamborant, prend ses quartiers au Nord du Mékong, entre le fleuve et la plaine des Joncs.

Nous sommes en juillet en pleine saison des pluies, de gros orages détrempent le sol et inondent peu à peu les rizières. Le pays est coupé d’innombrables arroyos canaux, ou ruisseaux de moindre importance. On ne peut parcourir deux cents mètres sans avoir recours à un pont… et quand il n’y en a pas, on passe à gué ou à la nage !! Comme végétation, la cocoteraie, la rizière, et puis cette immense étendue de la plaine des joncs ou, sauf usage de très rares pistes, on ne peut circuler qu’en s’enfonçant dans l’eau et dans la vase à travers une végétation dense.

Le mode de locomotion normal est le sampan, à moteur quand on est riche – les moteurs datent de dix ou quinze ans et tournent à leur gré – sinon à rames. Pour aller de Sadee, P.C. du Bataillon à Caolang, P.C. de la 12e Compagnie, il faut compter quatre heures de navigation… Quand tout va bien… A cet isolement, ajoutons la présence sournoise et mystérieuse du Viet Minh, les difficultés provenant du terrain et nous pourrons tenter de nous faire idée de ce qu’est la vie de ces hommes. Mais cela ne suffit pas à rebuter des légionnaires. Ils se donnent avec cœur à leur tâche de bâtisseurs et de pacificateurs. Des postes solides et confortables s’élèvent, des patrouilles incessantes parcourent le pays jour et nuit, ramenant la confiance, poursuivant les bandes Viet Minh.

Le 14 juillet est l’occasion d’affirmer la présence française, aussi est t-il célébré avec éclat – prise d’armes, réunion de notables, réjouissance populaire. Pour le 15 août, la 12e Compagnie a la grande joie d’avoir la visite de l’aumônier du régiment qui pendant une semaine, partage la vie des légionnaires.

Le 23 août, Chamborant vient à Sadec au P.C. du Bataillon pour saluer une dernière fois un de ses légionnaires mort au combat deux jours auparavant. C’est la dernière fois que ces camarades le verront et son frère, Capitaine également au 3e R.E.I.

Le 26 août 1946, le Capitaine de Chamborant part avec deux officiers, les sous lieutenants Thizon et Rincent, deux sous officiers, trente-six légionnaires et deux partisans pour reconnaître un emplacement de poste à installer au carrefour du canal Caï-Beo et du Canal N° 1.

Le détachement quitte Caolanh sur un canot à moteur et un sampan, l’un tirant l’autre. Les embarcations arrivent sans encombre jusqu’à deux cents mètres du croisement. Sauf quelques cultures de bananiers et des habitations dispersées aux quatre branches du carrefour, ce terrain marécageux est immensément nu : rizières et joncs s’étendent à perte de vue. Quelques rares diguettes permettent de circuler à pied. Alors que les bâteaux poursuivent lentement leur marche, une dizaine d’hommes apparemment non armés, sont aperçus sur la rive Nord du canal N° 1. Sans doute ont –ils noté l’arrivée du détachement car ils s’enfuient en direction d’une maison située à quelques deux cents mètres du carrefour.

Deux paillotes à vingt mètres l’une de l’autre sont sur la même rive, une troisième est sur la rive Sud.

L’un des partisans dénonce aussitôt les fuyards comme V.M. Le Capitaine décide de les capturer et donne l’ordre de débarquer : les occupants du canot à moteur aborderont la rive Nord, ceux du sampan la rive Sud.

La rive Nord se présente comme une vaste étendue marécageuse couverte de joncs, coupée de quelques diguettes. L’une d’elle coure le long du canal, fréquemment coupée de trous pleins d’eau et recouverts de lotus. Pour ceux qui ne l’ont jamais pratiqué, il est difficile de s’imaginer combien le combat dans un tel terrain ainsi que la progression, sont pénibles, et vite épuisants. Non seulement il faut se battre contre un ennemis qui possède au suprême degré l’art de se camoufler, mais encore il faut lutter contre les joncs qui vous accrochent, contre la vase dans laquelle on s’enlise.

Dès le débarquement les Sous-Lieutenants Thizon et Rincent partent en courant suivis de trois groupes échelonnés sur la berge. Un violent feu d’armes automatiques se déclenche, alors que le Sous-Lieutenant Thizon et le groupe de tête arrivent à la première paillote. Le Sous Lieutenant Rincent, lui, a appuyé sur la gauche et se trouve plus en avant dans les joncs. Au moins trois fusils-mitrailleurs, de nombreux fusils et pistolets mitrailleurs se dévoilent sur le toit de la maison et dans les arbres environnants. Le tir ennemi, très dense, plaque tout le monde au sol.

Aucun mouvement des nôtres, même dans les joncs, n’échappe à l’ennemi. Le Sous-Lieutenant Rincent tombe. Il ne sera plus aperçu par personne… Quelques Légionnaires seulement verront un peu plus tard des Viet-Minh s’acharner à coups de crosse à l’endroit où il a disparu.

Le Sous-Lieutenant Thizon avec le Sergent G… et un groupe de F.M. gagne une petite élévation d’où il pourra riposter au feu ennemi, tout en étant relativement à l’abri. Le groupe de la rive Sud a ouvert le feu sur des rebelles qui ont également manifesté leur présence.

Le Capitaine de Chamborant s’approche de l’échelon de tête avec un deuxième groupe. Une gerbe de balle coiffe le tireur au Piat, le blessant, son arme tombe dans un trou d’eau. Le légionnaire Toelp, tireur au F.M., est frappé de deux balles. Ses camarades essaient de ramener son corps en arrière, mais devant la violence du feu, ils ne peuvent que reprendre le combat…

Et les balles de l’adversaire continuent de s’acharner sur ce corps figé dans l’éternel sommeil.

« En avant !… » lance Chamborant, et il se dresse suivi de ses légionnaires pour tenter un bond vers l’ennemi, mais le tir ennemis les contraint rapidement à se plaquer au sol. Pour pouvoir mieux se faire entendre, le Capitaine de Chamborant se déplace et bondit dans un gros trou plein d’eau… il se baisse, se relève… On s’aperçoit alors qu’il est blessé à la poitrine. Sa combinaison se couvre de sang. « C’est au-dessus du cœur, dit-il, donnez moi un paquet de pansements ». Le Légionnaire H… le panse sommairement. Pendant ce temps, le groupe de tête stoppe, une autre attaque V.M. débouchant à dix mètres.

L’ennemi débordant alors largement par les joncs essaye d’encercler les Légionnaires. Chamborant s’en aperçoit et dirige le feu de ses hommes pour tenter d’empêcher ce mouvement. Mais sur la rive Sud, la tenaille se referme et le groupe qui y a débarqué a épuisé ses munitions à vouloir s’opposer à la manœuvre adverse.

Le capitaine de Chamborant malgré la blessure qui le fait souffrir et l’épuisement qui le gagne, continue de diriger le combat. A un légionnaire qui veut l’aider à regagner le bateau, il répond par deux fois « laisse-moi… Fais ton devoir !… »

Mais l’ennemi est trop nombreux, le terrain trop ingrat, il faut à tout prix regagner les embarcations. L’ordre de repli est donné. Le Capitaine de Chamborant s’enfonce seul dans les joncs en bordure du canal.

Le Légionnaire M… traversant le canal à la nage, arrive à la hauteur de son Capitaine et le voit se déplaçant avec l’eau à mi-cuisses, puis recevant une balle derrière la tête. Il s’approche de lui et le trouve inerte, les yeux fermés.

Le Sous-Lieutenant Thizon qui se repliait le dernier s’écroule à son tour dans les joncs, lui aussi touché à mort.

C’est ainsi que le Capitaine de Chamborant trouva au milieu de ses officiers et légionnaires la mort du soldat.

Cette mort, Chamborant l’avait envisagée avec calme et sang-froid ; en 1946, avant de rejoindre son régiment, il écrivait à sa mère : « il faut avoir le courage de vivre pleinement, toute hésitation devant l’action est une lâcheté et la peur de la vie n’est que la peur de la mort. »

Et pour clore le récit de cette vie si courte mais déjà si bien remplie, nous ne pouvons mieux faire que de retracer les lignes que le Colonel commandant la D.C.R.E. écrivait à sa famille :

« Le capitaine de Chamborant a sa place dans l’immortalité de la Légion où il s’est intégré d’un coup d’aile glorieux. Sa mort à l’image de sa vie , a été elle-même un acte de foi. En présence de tels sentiments nous restons confondus d’admiration et de fierté car enfin il est l’un des nôtres et s’il se devait de vous apporter la souffrance dans le désir qu’il avait de se surpasser, il ne nous en a pas moins comblés d’honneurs ! »

Capitaine Antoine de Chamborant, vous n’avez pas déçu votre Aïeul, Lieutenant Général des Armées du Roy, Grand Bailli d’Epée du Bailliage Royal de Sarreguemines, Gouverneur de Pont d’Arlos, qui illustra les Houzards de son nom.

Fidèle aux vôtres, vous leur avez donné la plus tendre affection, fidèle à Dieu vous l’avez toujours servi, fidèle à votre Patrie, vous êtes mort pour elle.

A la Légion comme au temps des Houzards :

« Noblesse oblige

Chamborant autant »
avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le capitaine de Chamborant

Message par Admin le Mer 7 Avr - 5:00

avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le capitaine de Chamborant

Message par Admin le Dim 11 Juil - 7:16

avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le capitaine de Chamborant

Message par Invité le Dim 11 Juil - 14:47

Merci Daniel

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le capitaine de Chamborant

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum