Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» 1 septembre 2015
Mar 1 Sep - 18:39 par olivier

» Visiteurs sur le forum 2014
Mar 1 Sep - 18:34 par olivier

»  Janvier 1885 - La Légion étrangère à Tuyen Quang au Tonkin.
Sam 18 Jan - 8:07 par ROBERT

» loto et bourse aux armes
Lun 13 Jan - 11:13 par Invité

» Dimanche 12 Janvier 2014
Dim 12 Jan - 12:17 par Invité

» Samedi 11Janvier 2014
Sam 11 Jan - 18:19 par Gibert j

» Le mémorial du 2°REI
Sam 11 Jan - 12:09 par Gibert j

» vendredi 10 janvier 2014
Ven 10 Jan - 20:38 par Gibert j

» Commandant Dupin
Jeu 9 Jan - 20:39 par Gibert j

» Jeudi 9 janvier 2014
Jeu 9 Jan - 20:34 par Gibert j

» Mercredi 8 Janvier 2014
Mer 8 Jan - 21:54 par Gibert j

» Mardi 7 janvier 2014
Mar 7 Jan - 13:00 par Gibert j

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
musique Légion
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!pagerank
Tchat Blablaland

arrestation de Yacef Saadi par le 1er REP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

arrestation de Yacef Saadi par le 1er REP

Message par Admin le Ven 16 Avr - 7:45

Le 23 septembre, les gendarmes d’Alger arrêtent un homme nommé Djamel : ce dernier fut interrogé par le GRE : il avoua connaître Yacef Saadi (En mai 1956, désigné comme chef FLN de la Zone autonome d'Alger (ZAA) et le bras droit de Larbi Ben M'Hidi, chef du FLN pour la zone militaire d'Alger ) et ajouta qu’il l’avait rencontré rue Caton N°3. Ces deux renseignements qui se recoupent donnent la convection que Yacef Saadi loge bien dans cette rue. Le lendemain, mardi 24 septembre, à 2h30, une opération est lancée, les paras du 1er REP sous le commandement du colonel Jean Pierre et les « bleus » du capitaine Léger bouclent totalement la rue Caton. Les hommes pénètrent dans la maison au n° 3. La propriétaire protesta énergiquement contre cette intrusion et prétendit être une informatrice des services français. Mais quelques « bleus » la reconnurent : c’était la veuve d’un chef FLN nommée Fatiah Bouhired ; elle participait également à la chaine de soutien aux hommes de la ZAA.

La fouille de la maison commença. Yacef Saadi était effectivement présent dans l’immeuble avec sa compagne et sa collaboratrice Zohra Drif. Ils se cachèrent dans un petit réduit au fond d’une salle de bain. Les paras eurent vite repéré la planque. Yacef Saad, il a sans doute compris qu'il avait été trahi, pour les faire reculer, lança une grenade dans le couloir. Les éclats blessèrent le colonel Jeanpierre. Les paras disposèrent alors une importante quantité d’explosifs dans les couloirs afin de faire sauter l’immeuble si Yacef Saadi ne se rendait pas.

Informé de la situation, le colonel Godard arrive sur les lieux à 03H40 et prend la direction des opérations. Il faut encore de longues heures de négociations avec Saadi, ce dernier veut bénéficier le statut de prisonnier de guerre.

Il fallut attendre jusqu'à 6 heures du matin pour que Yacef Saadi et Zohra Drif, qui partageait la cachette, se rendent et sortent du réduit enfumé où se consument des documents de la ZAA. Fatiah Bouhired a servi un dernier café à ses amis, puis ceux-ci ont récIamé des vêtements et jeté leurs armes par la lucarne, avant de se rendre au colonel Godard et ils ont fait des aveux détaillés plus de cent pages. Condamnés à mort.

Le général Paul Aussaresses a prétendu que, Yacef Saadi pendant sa détention, il fournit aux forces françaises l'endroit où se cachait son adjoint, Ali la Pointe. Cette version est cependant démentie par Marie-Monique Robin, qui affirme qu'Ali la Pointe a été repéré par les « bleus-de-chauffe » grâce à Zerrouk.

Tandis qu'il était en prison, Yacef Saadi écrivit ses mémoires de la bataille, qui furent publiés en 1962 sous le titre Souvenirs de la Bataille d'Alger.

Il vit sa peine de mort commuée, après le retour de Charles de Gaulle au pouvoir, en 1958. Libéré après les accords d'Évian du 18 mars 1962, et proche de Ben Bella.










Zohra Drif
compagne de Yacef Saadi
Poseuse de bombes
arrétée le 24/9/1957
par le 1er REP
au 3 de la rue Caton


Dernière édition par Admin le Lun 19 Avr - 8:47, édité 1 fois

Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: arrestation de Yacef Saadi par le 1er REP

Message par Invité le Ven 16 Avr - 16:11

Merci Daniel

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: arrestation de Yacef Saadi par le 1er REP

Message par Admin le Dim 18 Avr - 7:36

D'aprés le livre du Général Massu "La vraie bataille d'Alger"éditions "Le cercle du nouveau livre 1971

"... Djamila Bouhired travaillait pour le F.L.N. depuis l'été 56. Le laboratoire de fabrication de bombes fonctionnait déjà en septembre 1956 chez son oncle, Mustapha Bouhired, au n° 5, impasse de la Grenade. Djamila Bouhired était très au courant Je cette activité puisque Taleb et Marsali, membres de l'équipe de fabrication, attestent sa présence en ces lieux et à ce moment-là. C'est là que le 16.2.57 ont été découverts et saisis :
- 17 bombes parallélépipédiques de 1 kg,
- 9 bombes cylindriques (obus de 75 mm),
- 108 kg de dynamite gomme,
- 1 pistolet mitrailleur Thompson avec 10 chargeurs,
- 46 grenades,
- 30 pistolets et revolvers,
- 2 800 cartouches diverses,
- du matériel de laboratoire (fabrication d'explosifs)
- du matériel de fabrication de bombes (détonateurs - mèche lente, fil électrique, piles, etc.)
- 14 montres de gousset (pour dispositif de mise à feu - 60 réveils Bayard électrique à retardement).
- Divers : trousse de chirurgie, collection de fausses cartes d'identité et matériel de fabrication.
Ce même jour, Djamila Bouhired était en fuite, avec l'équipe de Yacef Saadi, dont elle était un membre actif.
L'importance de son rôle fut prouvée incontestablement, le 9 avril, lorsque, fuyant dans la Casbah devant une patrouille, elle fut blessée à l'omoplate (par une rafale tirée par Yacef Saadi "Guerre d'Algérie N°7. terrorisme et contre terrorisme"et ramassée, porteuse d'une importante correspondance destinée à Yacef Saadi et à Ali la Pointe.
Son interrogatoire devait permettre de trouver le 18 avril une cache, renfermant 13 bombes et 33 pistolets ou revolvers, rue Porte-Neuve: ce qui démontre qu'elle était au courant de l'ensemble des activités du réseau de fabrication des bombes.
En ce qui concerne son rôle personnel et direct de poseuse de bombes, ses premiers aveux signés et faits devant des officiers de police judiciaire sont précis, même si elle ne les a pas renouvelés devant le juge d'instruction. C'est qu'entre-temps elle avait reçu les conseils de ses avocats (en particulier son futur époux Jacques Verges Ndlr) dont la tactique était le traditionnel et bien connu " n'avouez jamais ". Cependant, la nouveauté introduite dans ces conseils était: " niez les aveux déjà faits en déclarant qu'ils vous ont été arrachés par la torture ".
Ces aveux seront, cependant, corroborés non seulement par Djamila Bouazza dont je parlerai plus loin, mais par le chimiste " Mohand Akli ", de son vrai nom Taleb Abderrahmane, fabricant d'explosifs du réseau " bombes"....


Pour Djamila Bouhired examinée par un expert le 14 avril 1957, il ne sera relevé aucune marque, aucune trace des sévices évoqués par Maître Vergès ou la plaignante. Ces derniers soutiendront que les marques restèrent visibles jusqu'au 30 mai, la preuve avancée étant le certificat médical fourni par le docteur Belkhodji, datant du 16 mai 1957. Il faut toutefois préciser que cette femme médecin était codétenue de Djamila Bouhired et membre du Parti Communiste Algérien. Pour atteinte à la sûreté extérieure de l'État, elle ne sera condamnée qu'à une peine légère de cinq ans de prison avec sursis Ses conclusions, nous pouvons le comprendre, peuvent être soupçonnées de partialité. En outre, Belkhodji signale que Bouhired affirme avoir été frappée et brûlée à l'électricité au niveau de la plaie thoracique antérieure. Des électrodes lui auraient été également appliquées sur les seins, la hanche droite, la cuisse droite et l'orifice vaginal. En fait la doctoresse n'affirme rien, mais juge les explications de Djamila, susceptibles d'être envisagées sérieusement.
Néanmoins, ces éléments seront relevés, amplifiés par Maître Vergès avec cynisme.
"Guerre d'Algérie N°7. terrorisme et contre terrorisme". Collection du patrimoine



Elle fut condamnée à mort par le Tribunal permanent des Forces armées puis graciée par le conseil supérieur de la magistrature réuni au palais de l'Élysée. Sa peine fut commuée en travaux forcés à perpétuité.

Interviewée en prison par un journaliste, le 10 avril 1958, elle affirmera, ainsi que ses complices Djemila Bouhired, Djemila Boupacha, Jacqueline Guerroudj et Zora Driff, ne jamais avoir été torturée.



Les idées fausses ont la vie dure

Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: arrestation de Yacef Saadi par le 1er REP

Message par Invité le Dim 18 Avr - 12:12

Jacques Verges

quel batard celui la!!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: arrestation de Yacef Saadi par le 1er REP

Message par Admin le Lun 19 Avr - 7:27

tenardier a écrit:
Jacques Verges

quel batard celui la!!!

oui et je dit qu'il y a une justice Divine lire la suite :

De nombreux médias, qui ont décidément les yeux de Chimène pour nos pires ennemis, se sont faits l’écho de la lettre adressée par l’ex-fellagha Djamila Bouhired à Bouteflika. Pour se plaindre de sa pension d’ancien combattant qui ne lui suffit pas pour vivre (à la différence de la magnificence satrapesque de Bouteflika).
extrait d'une lettre où elle écrit :

« Monsieur, le Président
« Je me permets d’attirer votre attention sur ma situation critique. Ma retraite et la petite pension de guerre que je perçois ne me permettent pas de vivre convenablement. D’ailleurs, mon épicier, mon boucher, ma supérette pourront témoigner des crédits qu’ils m’accordent.
« Il ne m’est jamais venu à l’esprit de compléter mes revenus par des apports frauduleux qui, malheureusement, sont très fréquents dans mon pays. Je sais que certains authentiques moudjahidine et moudjahidate sont dans la même situation, probablement plus critique. Je n’ai pas la prétention de les représenter ici, mais au poste où vous êtes, vous ne pouvez ni ne voulez connaître leur dénuement.


pour rappel c'est l'ex-madame Verges

Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: arrestation de Yacef Saadi par le 1er REP

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:13


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum