Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Avis aux Visiteurs .
Ven 31 Mar - 9:55 par commandoair40

» 1 septembre 2015
Mar 1 Sep - 18:39 par olivier

» Visiteurs sur le forum 2014
Mar 1 Sep - 18:34 par olivier

»  Janvier 1885 - La Légion étrangère à Tuyen Quang au Tonkin.
Sam 18 Jan - 8:07 par ROBERT

» loto et bourse aux armes
Lun 13 Jan - 11:13 par Invité

» Dimanche 12 Janvier 2014
Dim 12 Jan - 12:17 par Invité

» Samedi 11Janvier 2014
Sam 11 Jan - 18:19 par Gibert j

» Le mémorial du 2°REI
Sam 11 Jan - 12:09 par Gibert j

» vendredi 10 janvier 2014
Ven 10 Jan - 20:38 par Gibert j

» Commandant Dupin
Jeu 9 Jan - 20:39 par Gibert j

» Jeudi 9 janvier 2014
Jeu 9 Jan - 20:34 par Gibert j

» Mercredi 8 Janvier 2014
Mer 8 Jan - 21:54 par Gibert j

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
musique Légion
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!pagerank
Tchat Blablaland

Deux légionnaires incarcérés pour viol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Invité le Jeu 6 Mai - 11:58

lefigaro.fr
06/05/2010 | Mise à jour : 08:59
Deux légionnaires du 4ème Régiment étranger (RE), basé à Castelnaudray (Aude), ont été mis en examen, lundi, pour «viol en réunion» et «violences volontaires aggravées» sur un de leurs camarades, annonce Le Parisien aujourd'hui. Ils ont été placés en détention provisoire au centre pénitentiaire de Perpignan (Pyrénées-Orientales), est-il précisé.

Selon le quotidien, les faits se sont déroulés dans la nuit du 30 avril au 1er mai, après les festivités organisées à l'occasion de la commération de la bataille de Camerone, au Mexique.
La victime, un homme de nationalité turque âgé de 28 ans, a été rouée de coups, dans l'enceinte militaire, par ses deux agresseurs avant d'être violé avec un objet, explique le journal.
Pris en charge par les secours, il a été conduit à l'hôpital de Carcassonne. Rapidement identifiés, les auteurs présumés des faits ont été placés en garde à vue.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/05/06/97001-20100506FILWWW00386-2-legionnaires-incarceres-pour-viol.php

J'espere que ce type d'incident n'est pas frequent sinon comme le dit un des commentaires:
"Critères de recrutement et de formation manifestement à revoir ... "

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par olivier le Jeu 6 Mai - 16:46

Putain!!!!! j'espére qu'il ont recu une bonne rouste ces deux sadiques
sa me dégoute
avatar
olivier
Admin
Admin

Localisation : 34
Messages : 3867
Date d'inscription : 10/11/2009
Age : 51

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Invité le Jeu 6 Mai - 20:08

au trou dans le désert !!!! comme à l'époque

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Admin le Ven 7 Mai - 3:39

oui mais il ne faut pas se leurrer les gars comme dans toutes les familles il y a des brebis galeuses il fut un temps ou ils étaient bon pour le CD ou encore la section d'épreuve
avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Invité le Ven 7 Mai - 5:13

la section d'épreuve ??????? connait pas je sens que ça donne dans le sympatique ce titre, peut tu nous expliquer cousin merci d'avance

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Admin le Ven 7 Mai - 5:43

sylvain a écrit:la section d'épreuve ??????? connait pas je sens que ça donne dans le sympatique ce titre, peut tu nous expliquer cousin merci d'avance

je croyais avoir déjà écrit sur le sujet mais cela devait être sur l'ancien site alors je met une interview d'un auteur d'un livre sur le sujet : Il y a 31 ans Henri Allainmat dénonçait le bagne de la légion

Henri Allainmat a d'abord été surpris. « Vous savez, c'est très loin tout ça... ». Puis il a demandé quelques jours, pour rassembler les souvenirs d'une aventure littéraire aussi passionnante que risquée : l'écriture de L'épreuve, le bagne de la légion, un ouvrage qui fit sensation, en 1977, lors de sa parution. À travers les témoignages d'anciens légionnaires, dont les « disciplinaires » de ce bagne baptisé « section d'épreuve » et implanté au domaine Saint-Jean de Corte. Notre confrère, à l'époque rédacteur en chef adjoint de l'hebdomadaire « Spéciale dernière », a rendu publique une enquête menée pendant deux ans, jusqu'aux abords de la terrible « section ». Répondant pour la première fois à Corse-Matin, Henri Allainmat est revenu, trois décennies plus tard, sur le contexte et les conditions dans lesquelles il a écrit cet ouvrage choc mais aussi controversé. Il l'affirme encore aujourd'hui : « J'ai voulu témoigner d'un enfer ».


- L'épreuve, c'était un choix délibéré ?

Pas du tout. Nous sommes en 1975, pour mon journal, je me déplace sur Calvi pour réaliser une interview qui n'a rien à voir avec la légion : celle de Pierre Perret. Le soir, avec mon collègue reporter-photographe, nous sortons prendre un verre. De nombreux légionnaires du 2e REP sont présents dans les bars. Nous sympathisons, la discussion s'engage, et l'un d'eux laisse échapper : « Tu ferais bien de faire quelque chose sur la section d'épreuve ». Ces mots m'interpellent, j'essaie d'en savoir plus, et voilà qu'il se met à me raconter des choses terribles que subissent les légionnaires disciplinaires condamnés à passer du temps dans ce bagne de la légion qui se trouve à Corte. J'étais assez incrédule.

- Que décidez-vous à ce moment-là ?

De retour à Paris, je commence une enquête sans vraiment penser à la préparation d'un livre. Je voulais simplement faire mon travail de journaliste. Je commence par publier une petite annonce demandant à ceux qui ont connu, d'une manière ou d'une autre, la section d'épreuve de la légion à Corte, de me contacter. Des gens m'ont appelé, d'anciens légionnaires dont Michel Trouvain, Marcel Terrier pour la légion. La terrible expérience de cet ancien disciplinaire a constitué l'essentiel de mon livre dont il est, en quelque sorte, le héros.

- Pourquoi lui ?

Vous savez, j'ai recueilli, analysé et recoupé de nombreux témoignages. Pour beaucoup, il a été difficile de trier le faux et le vrai, tant certains propos étaient douteux de la part de ceux qui rêvaient de passer pour des victimes. Guidé par la rigueur et la prudence, je me suis aperçu que Michel Trouvain n'était pas comme les autres. Il était brut de décoffrage, s'exprimait comme il le sentait. Quand il disait les choses, je savais qu'il ne mentait pas. Tout ce qu'il m'a raconté m'a cloué sur place, car au-delà des brimades et des supplices infligés, il me disait : « Il y a eu des morts... »

" La légion demeure pour moi l'entreprise des héros, mais les héros ont-ils tous les droits ? "

- Au-delà du premier contact calvais, qu'a représenté votre enquête en Corse ?

Je suis d'abord retourné à Calvi où j'ai rencontré d'autres légionnaires dont un ancien gardien et un ancien disciplinaire de la section d'épreuve. Leurs témoignages ne furent qu'une confirmation. Durant les premiers jours de mon enquête j'ai essayé de ne pas trop me montrer à Corte ; car, si vous connaissez le site de la section d'épreuve, vous comprenez qu'il n'était pas facile de se cacher aux abords. J'ai fini par m'y rendre, seul, équipé d'un Nikon et d'un gros objectif. Caché dans le maquis sur une grande butte qui dominait la section, j'ai pris plusieurs dizaines de photos qui n'étaient que l'illustration des témoignages que je détenais déjà.

- Qu'avez-vous vu ce jour-là ?

D'abord des gens courir tout le temps. Les disciplinaires, crânes rasés, pendant que les cadres marchaient. Je sentais bien que ces jeunes légionnaires qui avaient entre vingt-cinq et trente ans étaient soumis à une discipline de fer et obéissaient au doigt et à l'oeil. J'ai su définitivement que la section d'épreuve méritait son nom.

- Que faites-vous ensuite ?

Je vous épargne tous mes allers-retours, mais une autre venue à Corte a eu son importance pendant mon enquête. Mon frère m'y a rejoint pour m'aider, nous nous étions installés dans une auberge, à Saint-Pierre-de-Venaco. Nous étions les seuls clients, personne ne nous interrogeait, c'était très bien. Michel, qui n'était plus légionnaire depuis longtemps, nous y a rejoints aussi pour nous apporter son concours. Ensemble, nous avons monté une opération pour nous procurer les preuves de ce qui se passait à la section.

- En quoi consistait cette opération ?

Nous devions approcher à nouveau le site à la rencontre d'un légionnaire qui, depuis la section, devait nous apporter ces preuves dont je préfère ne pas parler, mais ceux qui ont lu mon livre comprendront. Nous sommes dans le maquis tous les trois, mais au lieu d'un seul homme, une quinzaine de légionnaires montent vers nous en courant avec des intentions très claires. Visiblement, nous avions été balancés. Avec mon frère, nous prenons la fuite, Michel reste pour se battre. Il est arrêté par la légion, conduit ensuite à la police. Je suis intervenu pour le faire libérer, il nous rejoint un peu abîmé, mais avec les preuves que nous attendions.

- La parution du livre vous a-t-elle posé des problèmes ?

À l'exception de quelques anciens légionnaires qui sont venus rôder autour de chez moi pour me menacer, je n'ai pas eu un seul souci. Aucune protestation, aucune montée au créneau. À mon sens, pour une raison bien simple, personne ne pouvait affirmer que ce que j'écrivais était faux.

- Pourquoi, au cours de votre enquête, n'avez-vous pas contacté les autorités de la légion étrangère ?

C'est vrai que, pour un journaliste, ma démarche était inhabituelle. Mais quand j'ai constaté que tous les témoignages et les preuves que j'avais rassemblés étaient vraiment solides, je ne voyais pas l'intérêt de m'adresser à des gens dont j'étais sûr qu'ils allaient me dire que toute était faux. Ceci dit, je suis persuadé que la plupart des cadres ignoraient ce qui se passait réellement à la section d'épreuve dont j'ai entendu dire que, une fois fermée à Corte, elle a été transférée en Guyane.

- En Corse, on raconte encore que votre ouvrage est très exagéré. Par ailleurs, des critiques le qualifient de « propagande uniquement destinée à frapper l'imaginaire »...

Comment peut-on nier la réalité sans rien connaître. Personnellement, j'ai pris un risque, j'ai enquêté et fait ce qu'il fallait pour qu'on me foute la paix une fois le livre publié. C'est ce qui s'est passé.

- Le regard que vous portiez auparavant sur la légion a-t-il changé ?

J'ai toujours eu un grand respect et une grande admiration pour ces hommes. La légion reste pour moi l'entreprise des héros. Les héros ont-ils tous les droits ? C'est un vrai débat. Je tiens à préciser une chose : les disciplinaires qui ont fait la section d'épreuve n'étaient pas des anges. Il y avait parmi eux des multidéserteurs, des gens pas très équilibrés. Mais une démocratie ne peut s'accommoder d'endroits cachés où on torture les hommes, quoi qu'ils aient fait.

Propos Recueillis Par Noël Kruslin
avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Admin le Ven 7 Mai - 5:52

Ici se trouvaient les « disciplinaires » de la « section d'épreuve » implanté au domaine Saint-Jean de Corte.
avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Admin le Sam 8 Mai - 7:03




dans ce cas ci il ne s'agit pas de son encadrement voici un article de ce journal l'indépendant

Edition du 07 05 2010
CASTELNAUDARY Deux légionnaires écroués pour le viol d'un de leurs camarades


© L'Indépendant
Les faits se sont déroulés à la Légion, dans la nuit de vendredi à samedi dernier. Les deux agresseurs présumés ont été mis en examen pour "violences et viol en réunion".

Vendredi dernier, la fête battait son plein au quartier Danjou. Comme chaque année au dernier jour d'avril, le 4 e RE célébrait la bataille héroïque de Camerone, symbole de l'esprit de corps et de résistance de la Légion étrangère. Prise de képis blancs, défilé impeccable, discours, soirée et élection de Miss Képi blanc, la grande journée de la légion se déroulait sans incidents notables, et ce jusque tard dans la nuit, en présence de nombreux civils.
"Une grande violence"
C'est une fois la fête finie, alors qu'il rentrait

dans sa chambrée, qu'un engagé volontaire a été l'objet d'une violente agression. Roué de coups, puis traîné sous la douche, le jeune homme a ensuite été violé, sans doute avec un objet. Découvert gisant dans les douches aux alentours de trois heures du matin lors d'une ronde nocturne, il a été transporté à l'hôpital de Carcassonne où il se trouvait encore hier soir, même si ses jours n'étaient pas en danger.
Dès qu'il a été informé de cette agression, le commandement du 4 e RE a aussitôt prévenu le procureur de la République de Carcassonne qui a pu constater "la grande violence de l'agression". Et au terme d'une enquête rapide de la brigade de gendarmerie de Castelnaudary, deux de ses camarades de chambrée, également en phase d'instruction, ont été interpellés samedi en début de soirée, puis placés en examen pour "violences et viol en réunion" et placés en détention provisoire. Interrogés par Francis Battut, procureur de la République de Carcassonne en charge de l'instruction, les deux prévenus ont reconnu "avoir porté des coups à la victime", mais nient pour le moment toute agression à caractère sexuel. Car le viol, après examen, ne souffre d'aucune contestation. Il aurait même été pratiqué de manière "très brutale" d'après le procureur de Carcassonne.
"Un crime odieux"

Pour les enquêteurs, il reste maintenant à reconstituer le déroulement des faits et à interroger les nombreux militaires présents sur place dans la nuit de vendredi à samedi dernier. "Nous devons encore déterminer par qui et dans quelles circonstances le viol a eu lieu", confirme Francis Battut qui tient par ailleurs à louer " la collaboration du commandement du régiment".
Côté Légion justement, cet acte barbare ne laisse guère indifférent et on compte bien réagir avec fermeté.
"C'est un crime odieux qui indigne notre commandant. C'est en totale contradiction avec le code d'honneur du légionnaire et l'esprit de la Légion", a ainsi réagi le commandant Daguillon, officier de communication de la Légion étrangère, depuis son bureau d'Aubagne. "Si les faits sont avérés, les coupables de l'agression seront de facto exclus de nos rangs", a-t-il ajouté.



Quant a l'autre article de presse le voici :

Un caporal s’en prend à la Légion étrangère

12 avril 2010 – 13:25
Le caporal Bruno Lavenant, six ans de service, a été muté au 4e Régiment Etranger (RE) de Castelnaudary en août 2009. Depuis une visite médicale effectuée en 2006, il est dispensé de porter des charges lourdes en raison de graves problèmes au dos.
Seulement voilà, en mars dernier, il lui est ordonné de décharger des camions. Pendant deux semaines, il manipule ainsi , avec deux autres camarades, une dizaine de tonnes de matériel par jour. Jusqu’à ce qu’un accident vienne, le 26 mars : le caporal est terrassé par une violente douleur.
Il lui faudra alors attendre trois jours de plus pour consulter un médecin du régiment, lequel lui signe un arrêt de travail et contacte le capitaine du légionnaire pour obtenir des explications quant à mission qui lui avait été demandée d’accomplir, en dépit de la dispense qui lui avait été accordée.
L’affaire aurait pu en rester là. Mais hospitalisé à Carcassonne depuis le 1er avril, le caporal apprend que le cahier de rapport du régiment mentionne qu’il sera puni pour avoir été absent de son travail. Ce qui fait sortir le légionnaire de sa réserve et le pousse à contacter la presse et à prendre un avocat.
« On nous dit que la Légion, c’est une grande famille, où l’on est solidaire : c’est la super désillusion. Quand quelqu’un est cassé, je sais que la Légion s’en fout. Je reviens du Tchad où j’ai ramené deux copains en morceaux dans des sacs plastiques (*), leurs femmes se démènent encore pour avoir une aide. Moi, je suis maintenant handicapé à 99%. Peut-être que je monte à l’échafaud, mais tant pis, je vais me battre. Il faut que les chefs assument » a-t-il ainsi déclaré au Midi Libre.
Pour le 4e Etranger, les choses sont claires : le caporal aurait dû rendre compte par la voie hiérarchique qu’il a été contraint d’effectuer un travail non conforme à la prescription médicale dont il avait fait l’objet quelques années plus tôt. Or, il ne l’a pas fait. Aussi, pour le capitaine Joffredo, cité également par le Midi Libre, « si quelque chose s’est passé, la hiérarchie (…) prendra des mesures. Notre médecin sait ce qu’il a et son emploi et conforme avec les prescriptions médicales en vigueur. Il n’y a pas de souci là-dessus ».
Cela étant, ce n’est pas l’avis de Me Olivier Trilles, l’avocat du caporal Lavenant, qui trouve « étonnant » que le commandement n’ait pas été au courant de l’état médical de son client. « Je proposerai donc une procédure amiable ou judiciaire, étant donné que les conditions 223-1 du Code pénal sont réunies dans sens où il y une inobservation du règlement en la matière, qui a causé à M. Lavenant une blessure grave, voire une infirmité permanente, ce que les médecins nous indiqueront ultérieurement » a-t-il ainsi déclaré à L’Indépendant.
(*) Zone Militaire n’a pas eu de précisions concernant les faits mentionnés par le caporal Lavenant.



avec ceci je vois surtout pour la presse que tout fait farine au moulin
avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Invité le Sam 8 Mai - 10:22

Bonjour à tous,

Cela reste à prouver que l'encadrement n'est pas responsable de tels agissements.

Et à mon avis cette affaire n'est pas fini !!!

"Responsable n'est pas coupable" me disait un chef de service de Banque quand j'étais encore en activité.
On voit le résultat maintenant.
Quand la gangraine commence à gagner il faut trancher net!
Avec de telles pratiques je me demande ce qu'il reste des valeurs de nos ainés ?
Je comprends trés bien ce que ressent le caporal Lavenant, car appartenant à une Association de défense des Handicapés sur Carcassonne, les militaires sont de plus en plus nombreux à venir nous demander de l'aide quand l'Armée les laisse tomber (3 RPIMa par exemple) pour problémes de santé.

Concernant l'article de l'indépendant sur le Caporal Lavenant, il n'est pas fait mention des Légionnaires venu le voir à l'Hôpital pour lui mettre la pression pour qu'il laisse tomber l'affaire".
Il n'est pas fait mention non plus de ce qu'il dit sur les horaires des chefs de groupes à castel " à 17 H00 PLUS PERSONNES DANS LES BUREAUX "
On croit rêver, moi je vous le dis, ça me fait vraiment chier de voir des mecs bousillés par la "CONNERIE DE L'ENCADREMENT"
Au 4 il faut faire le ménage de fond en comble.
Parce que lire des sornettes comme " il aurait dû prevenir sa hierarchie de son état de santé " C'est du foutage de gueule.

Désolé si j'en blaisse quelques uns parmis vous, mais faut arrêter de prendre les gens pour des billes.

Bon Week end à tous, quelque soit la couleur de votre béret.

Amitiés .

Nicolas Pescheloche

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Bushman le Sam 8 Mai - 22:44

La legion a toujours lave son linge sale en famille.
Je ne comprends pas L'appel a la poice et au procureur
Tout ces problemes vont etre eclabousses par les journalistes. Et l'image de la Legion va en prendre encore un coup.
Concernant les 2 legios, nous ne savons pas la raison pour cet acte.
Je pense qu'il vaut mieux attendre plus d'informations avant de tirer un jugement...
avatar
Bushman

Messages : 755
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Invité le Ven 14 Mai - 13:57

La, je ne te suis pas Bushman, lis cet article de Liberation ou il n'y a pas de sensationnalisme , que des faits et beaucoup pas a l'honneur de la Legion:

La Légion et son code d’horreur
Enquête

Stefan a été blessé par un instructeur qui vient d’être condamné. Malgré les pressions militaires.



C’est un jeune homme au cheveu blond très ras. Il marche en traînant les tongs. C’est pourtant le soir et il a l’air de sortir de la sieste. Stefan (1) a 26 ans, et c’est un légionnaire en peine. Depuis deux ans, il est en convalescence.

Le 12 janvier 2008, Stefan participe à un exercice de combat simulé. Il doit «reconnaître un point particulier». C’est à Calvi, en Corse-du-Sud, la mer est proche. Nous sommes au 2e régiment de parachutistes. Stefan joue un «plastron» (ennemi). Le sergent instructeur japonais Makoto Mochizuki, 30 ans, lance un ordre que les soldats ne comprennent pas. Les hommes tirent en l’air, des balles à blanc. Furieux, le sergent court chercher un Famas (fusil-mitrailleur d’assaut) et s’approche de Stefan, à terre, les jambes écartées. Il pointe l’arme sur le bas-ventre du jeune homme «pour le punir» et fait feu, à bout touchant.

Trois opérations plus tard, Stefan a subi l’ablation d’un testicule, l’autre a été «seulement» brûlé. Il a perdu en partie l’usage de son appareil génital. Les rapports sexuels le plongent dans des douleurs telles qu’il ne veut plus en avoir. Le 23 décembre dernier, sa petite amie l’a quitté. «A cause de cela bien sûr, explique pudiquement Stefan. Elle disait que ce n’était pas grave, qu’on pourrait vivre sans avoir de rapports, mais ce n’est pas possible.»

Muette. Mardi, le tribunal correctionnel d’Ajaccio a condamné le légionnaire japonais à la peine de quatre ans de prison, dont deux ans ferme. Soit six fois plus que ce qu’avait requis le procureur. Une peine qui exclut automatiquement Makoto Mochizuki de la Légion. L’armée de terre s’étrangle avec cette affaire tant et si bien qu’elle est restée muette sur le sujet jusqu’à hier soir. «Nous étions ignorants des conséquences médicales pour la victime», est-il écrit dans un communiqué officiel (2).

Il faut dire que le cas de Stefan est révélateur des dysfonctionnements de la Légion. «Les militaires sont plus prompts à communiquer sur les problèmes de stupéfiants, les agressions sexuelles, que sur les incidents qui concernent le cœur de leur métier, les armes», analyse Me Eric Morain, spécialiste des affaires militaires et défenseur de Stefan. La preuve ? Vendredi, deux légionnaires ont été exclus, avant même que la justice ne se prononce, pour avoir violé un de leurs collègues à Castelnaudary (Aude). La Légion a condamné de suite ces comportements «en contradiction avec le code d’honneur du légionnaire». L’honneur ? Le sergent japonais a fait quarante jours de trou (arrêts de rigueur) mais il était toujours sergent, et son contrat a été renouvelé après les faits. Ce «deux poids deux mesures» paraît plus qu’injuste aux yeux de Stefan.

Lorsque l’accident est arrivé, il n’avait même pas l’idée de porter plainte. Makoto avait toujours été correct avec lui. Dans ses premières déclarations, le sergent explique ainsi qu’il n’a jamais voulu «blesser» Stefan. Mais les choses vont changer. L’état de santé de Stefan se dégrade. Il ne peut plus faire d’efforts physiques prolongés - aujourd’hui, il avoue quelques pompes, «tape» dans le sac de boxe de temps à autre mais pas au-delà de la demi-heure. Cet état lui a valu d’être réformé de la Légion. On lui a bien proposé un emploi administratif. Il a décliné, expliquant qu’il n’avait pas fait quatre années pour «finir derrière un bureau».

Stefan était pourtant fier d’appartenir à ce corps. A 15 ans, il dévore les livres sur la Légion. A 19 ans, il quitte son pays natal, la Slovaquie où il vit près de Bratislava. Il grimpe dans un train pour Strasbourg et ne met pas une heure entre la gare et le bureau de recrutement de la Légion. La suite s’enchaîne. Aubagne, Castelnaudary, Kourou, la jungle amazonienne, et enfin les paras à Calvi. «L’entraînement est dur, mais je savais ce qui m’attendait là-bas. On vous tord les doigts, on vous saute sur la poitrine… Vous ne pouvez pas imaginer ce que le corps humain est capable d’endurer.»

Haine. Stefan vouait une passion sans limite à la Légion. Cela le dévaste encore plus aujourd’hui. Il dit être suivi régulièrement par un psychiatre qui l’aide à se reconstruire et surtout essaie d’atténuer sa haine contre le sergent et ceux qui l’ont soutenu. «Je voudrais qu’il se rappelle de moi, comme je vais me rappeler de lui jusqu’à la fin de ma vie». Stefan peste contre tous «ces hommes qui font honte à la Légion, ne méritent pas de porter l’uniforme, parce qu’ils ne sont pas loyaux, et pas corrects.» Pas loyaux ? Le chef de corps de Calvi a mis deux mois à signaler l’accident au procureur de la République d’Ajaccio. La veille où il prévient qu’il va déposer plainte, un capitaine aurait passé un coup de fil menaçant à Stefan : «Il faut que l’affaire reste dans la famille. Si tu le fais, on va s’occuper de toi et tu vas le regretter.» A l’audience du 20 avril à Bastia, un officier soufflait les réponses au sergent japonais, à telle enseigne qu’il s’est fait rappeler à l’ordre par le président. C’est tout cela qui a vraiment le plus affecté Stefan. Cette défense de celui qui lui avait fait mal. Et aucune attention pour lui.

Aujourd’hui, le jeune homme vit dans une maison nichée dans les hauteurs de Marseille, en bordure des Alpilles. Les tatouages de son régiment débordent encore du tee-shirt de Stefan. Il touche 240 euros de pension d’invalidité. Il a un jeune chien-loup dans son jardin. Son avocat plaide pour que la Légion ne soit pas une zone où le droit n’est pas le même qu’ailleurs. Il réclame 100 000 euros de dommages. Stefan tente aujourd’hui de lancer une entreprise de lavage de voitures, mais il manque de fonds pour acquérir le matériel. Sa cicatrice, il s’y habitue, peu à peu. Il reste digne. «Je ne pense pas que je reprendrai jamais une vie normale», souffle-t-il.

(1) Le prénom a été modifié.

(2) Voir le blog Secret Défense.

http://www.liberation.fr/societe/0101635162-la-legion-et-son-code-d-horreur

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Bushman le Ven 14 Mai - 22:13

Salut Lafleur,

Je pense que tu n'as pas compris ce que je voulais dire.

La Legion a toujours juge les coupables de mefaits elle meme avec des punitions ou les coupables etaient punis tres severement.

Je ne supporte en aucun cas l'action de ces deux legio, ce que je voulais dire c'est que je suis surpris de la tournure de cette affaire.

Il est certain que sur le cas que tu ecris dans un cour normale la defence essaye de sortir l'accuse et c'est son travail. Crois tu que dans le civil un nombre d'accuses couplables ne s'entire pas avec des peine minimum.

La legion a ses brebis galeuses comme toutes les autres armees,et je constate sur cette affaire que l'encadrement est couplabe d'inaction.

N'oublie pas que La legion protege ses hommes tant que la loi du silence reste dans le regiment.

C'est avec beaucoups de regrets et de peine que je consate que l'esprit Legio a change et que La Legion elle meme a changee beaucoups.

Ce n'est que mon opinion personnel

Bushman
avatar
Bushman

Messages : 755
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Admin le Sam 15 Mai - 7:18

oui Bushman autres temps autres moeurs mais là que dire ,moi l'ancien reste perplexe devant ces histoires et que je commence a me poser beaucoups de questions et ce notamment avec ce qui c'est passé sur ce site forum ou des "Nouveaux Anciens" on mis des commentaires qui font penser que cela est vrais cette dérive de l'encadrements Légio , en tout cas ces "Nouveaux anciens" le laissaient penser par leurs façons de voir la gestion des personnels et de dire de nous les Anciens que nous étions des nostalgiques , que tout était légende ou encore des mythes ,est ce le conflits des générations ou pas je n'en sait rien mais ce dont je suis sur c'est que ta conclusion est vrais tout fout le camp étant optimiste quand même je me dit que ces types perdu ne sont qu'une minorité et que de toute façon ils font les mythes et légendes sur la duretée et la dificultée d'appartenir à la Légion Etrangère

et pour vous en convaincres tous lisez tout ce qui a été écrit sur ce site forum et l'énorme bibliographie qui existe sur notre grande institution
avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Invité le Sam 15 Mai - 9:11

Comme tu l'écris Daniel,

autre temps, autre moeurs !!!

un jeune homme s'engageant dans la légion dans les années 1960 par exemple, n'avait pas eu la même vie (éducation etc etc),

La France était encore en construction, des institutions existait, fallait vraiment avoir le moral.

Je connais une personne qui a fait les apprentis d'orphelins d'Auteuil, à son engagement, il connaissait la discipline etc etc,

de nos jours cette institution crois tu qu'elle pourrais faire ce qu'il faisait dans le temps, bien sur que non.

Bref, ce que je veux dire et que tout cela et du à mon avis au changement de mentalité.

J'ai connu chez les paras (1995) que ton chef de section te foutais une bégne, tu la fermer !!

à mon engagement au 58, j'ai vu un brigadier-chef, se faire briser car il avait réveillé SA section qui faisait ses classes à 3hrs du matin pour faire une opération caméleon !!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Admin le Lun 17 Mai - 7:43

de toutes les façons possibles et inimaginables regardez l'histoire militaire a travers les temps et cela avec honnètetés il y a eu toujours et cela dans n'importe quel armées au monde de la dicipline et si pas des brimades en tous genres suivant les cultures qui les pratiquaient ,l'homme étant ce qu'il est il y a aussi eu de tout temps des sadiques mais ils sont une minoritée bien sûr et comme le dit jean-hémon indirectement la dicipline disparait de toutes les institutions que se soit l'école , le boulot ,et bien sûr l'armée ,se sont tous des forts en gueules mais quand vient le temps de l'action il n'y a plus personne bien sur et comme Caliméro le disait leurs cris unanimes est C'EST TROP INJUSTE ceci étant dit ne donnons pas de l'eau au moulins des défaitistes anti-militaristes primaires et pacifiques en tous genres je sais que c'est dans l'air du temps que de baisser son froc devant toutes autorité quel soint parental , et pour résumer dans la vie de tout les jours mais voila a mon âge je suis devenus trops raide pour chaque fois me plier et baisser ma culotte mieux vaut en rire que de pleurée la grimace est plus belle
avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

mort aux vaches

Message par yvon le Ven 17 Juin - 18:08

qu'on leur casse le cul à ces salauds,devant leurs meufs!!!

yvon
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Invité le Ven 17 Juin - 18:50

yvon a écrit:qu'on leur casse le cul à ces salauds,devant leurs meufs!!!

La, je rentre pas dans ce sujet .......

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par olivier le Ven 17 Juin - 18:55

para60 a écrit:
yvon a écrit:qu'on leur casse le cul à ces salauds,devant leurs meufs!!!

La, je rentre pas dans ce sujet .......
moi non plus
merci de passer par le poste de garde
avatar
olivier
Admin
Admin

Localisation : 34
Messages : 3867
Date d'inscription : 10/11/2009
Age : 51

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Invité le Ven 17 Juin - 19:01

olivier a écrit:
para60 a écrit:
yvon a écrit:qu'on leur casse le cul à ces salauds,devant leurs meufs!!!

La, je rentre pas dans ce sujet .......
moi non plus
merci de passer par le poste de garde

En plus ......Pas de présentation.

Pour sortir, ou rentrer ......Présentation obligatoire.

Ici ou ailleurs ou dans nos quartier

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Bushman le Sam 18 Juin - 15:00

Au fait concernant cette affaire qu'a ete le jugement et le verdict?
Si quelqu'un le sait jaimerais bien le savoir.
Merci
avatar
Bushman

Messages : 755
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Invité le Jeu 29 Sep - 17:23

Salut,
Cette histoire me rappelle l'histoire de deux marines qui avaient violé une rwandaise en 1992 à Kigali... Après on en avait plus entendu parlé. Je sais pas ce qu'il leur est arrivé, ils avaient été rapatrié en france mais je crois que l'affaire avait été reglé en interne

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Invité le Jeu 18 Oct - 18:16

Voici des des nouvelles de l'affaire sur ce pauvre EV mongole qui a attendu plus de 2 ans avec des grosses cicatrices!!! je crois qu'il peuvent prendre leur temps en prison profité de ce système mais on les oublies pas !!

Castelnaudary. 7 et 8 ans de réclusion pour les violeurs
LÉGION

Me Willie Biteau défendait la victime. Photo DDM, jean-Luc Bibal
Le verdict est tombé hier aux Assises de l'Aude devant lesquelles comparaissaient deux anciens légionnaires pour l'agression et le viol d'un de leur compagnon de chambrée, dans la nuit du 30 avril au 1er mai 2010, au quartier Danjou (lire nos éditions précédentes).

Roman Kolesnik, l'Ukrainien, écope de 8 ans de réclusion criminelle et son comparse, le Colombien Mario Hernan Tobar-Gil, lui, de 7 ans, soit 2 ans de plus que les réquisitions de l'avocat général. Ils ont été reconnus coupables de la totalité des faits bien que les deux, s'ils reconnaissaient les coups, ne l'ont pas fait avec le viol.

Mardi a été un tournant dans le procès quand la victime prostrée, bloquée jusque-là, s'est libérée et a désigné celui qui avait pratiqué l'acte avec un instrument tandis que l'autre participait aussi. «J'espère que c'est un premier pas vers une reconstruction pour mon client qui va très mal. Le psychologue, à la barre, a relevé un état de stress post-traumatique intense, le degré le plus élevé dans le traumatisme plus de deux ans, tout de même, après les faits», confiait, hier, à la sortie du tribunal, Me Willie Biteau, l'avocat de la partie civile.

Soutien psychologique et juridique de la Légion
Pourquoi ? «Une bagarre d'abord parce que la victime était en retard, des insultes qui ont fusé ensuite, un premier coup porté à la victime qui voulait appeler le caporal. On a voulu le faire taire, cela a été l'escalade». Les coups ont été nombreux avec 31 zones d'impact et 46 plaies avec ecchymoses. «L'expert a parlé d'avalanche de coups», confie le conseil en expliquant que son client n'était pas venu là chercher une vengeance, ni peines ou condamnation pour ses agresseurs mais une explication. «Malheureusement, il n'en aura pas eu. Il aura tout juste eu des éclaircissements de la part des experts, mais rien sur la motivation d'un tel acte».

Et de saluer la Légion étrangère où sert encore la victime. «il a été très assisté juridiquement et psychologiquement. Il n'a jamais été laissé seul et s'il est arrivé en vie jusqu'au procès (N.D.L.R. : la victime a fait plusieurs tentatives de suicide), c'est grâce à cela. J'espère vraiment qu'il va maintenant se reconstruire», appelle de tous ses vœux Me Biteau.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par olivier le Jeu 18 Oct - 18:56

merci pour les infos
justice est faite
avatar
olivier
Admin
Admin

Localisation : 34
Messages : 3867
Date d'inscription : 10/11/2009
Age : 51

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Bushman le Ven 19 Oct - 1:31

Merci,
Justice reglee
avatar
Bushman

Messages : 755
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Invité le Ven 19 Oct - 12:03

Merci LEGIO1991

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par barros le Ven 19 Oct - 14:41

Voilà qui ne me rassure pas vraiment, moi qui va m'engager d'ici 4 semaines...

De toute manière, comme l'ont dit certains, il y a des brebis galeuses partout.

Je suis très motivé et le resterai.

avatar
barros

Messages : 34
Date d'inscription : 14/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par commandoair40 le Ven 19 Oct - 16:52

barros a écrit:Voilà qui ne me rassure pas vraiment, moi qui va m'engager d'ici 4 semaines...

De toute manière, comme l'ont dit certains, il y a des brebis galeuses partout.

Je suis très motivé et le resterai.


N'ai crainte ,

Il en est de même dans toutes les Armes .

Un ++++ car c'est dans la Légion !!!!!

Légios , Paras , des connards , les hommes a abattre .

Souvent dans les Médias , je lis , j'entends : un Ancien Légionnaire ou ancien Paras .........jamais un ancien Marin , un ancien inspecteur des impôts , un ancien paysans etc etc .

Donc , pas de soucis et il doit me rester un vieux ........caleçon en ZINC .
avatar
commandoair40
Admin
Admin

Localisation : Marais Poitevin .
Messages : 1542
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 71

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Bushman le Ven 19 Oct - 23:40

Barros, mieux vaut la Legion que la coloniale
avatar
Bushman

Messages : 755
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deux légionnaires incarcérés pour viol

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum