Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Avis aux Visiteurs .
Ven 31 Mar - 9:55 par commandoair40

» 1 septembre 2015
Mar 1 Sep - 18:39 par olivier

» Visiteurs sur le forum 2014
Mar 1 Sep - 18:34 par olivier

»  Janvier 1885 - La Légion étrangère à Tuyen Quang au Tonkin.
Sam 18 Jan - 8:07 par ROBERT

» loto et bourse aux armes
Lun 13 Jan - 11:13 par Invité

» Dimanche 12 Janvier 2014
Dim 12 Jan - 12:17 par Invité

» Samedi 11Janvier 2014
Sam 11 Jan - 18:19 par Gibert j

» Le mémorial du 2°REI
Sam 11 Jan - 12:09 par Gibert j

» vendredi 10 janvier 2014
Ven 10 Jan - 20:38 par Gibert j

» Commandant Dupin
Jeu 9 Jan - 20:39 par Gibert j

» Jeudi 9 janvier 2014
Jeu 9 Jan - 20:34 par Gibert j

» Mercredi 8 Janvier 2014
Mer 8 Jan - 21:54 par Gibert j

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
musique Légion
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!pagerank
Tchat Blablaland

Fallschirmjäger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fallschirmjäger

Message par Admin le Jeu 27 Mai - 7:11

Au mois de septembre 1935, le ministre de l’Air du IIIe Reich, Hermann Göring décide de mettre en place des unités capables d'intervenir à l'arrière de la ligne de front, en somme de donner à l'infanterie une troisième dimension. Cette décision fait suite aux manœuvres des Italiens et des Soviétiques qui ont fait intervenir les premières troupes aéroportées. Ce sont donc eux qui ont pris l'initiative en matière de création d'unités parachutistes (de par les clauses du traité de Versailles qui limitaient l'évolution de l'armée sous la république de Weimar).

Néanmoins, c'est à la fois la Luftwaffe et la Heer qui tentent de mettre en place des unités redoutables. L'armée de terre voudrait utiliser ces troupes de manière massive, alors que les tacticiens de l'air sont désireux de les utiliser plus comme des commandos. Alors que le 29 janvier 1936, un ordre officiel est signé pour mettre en place les unités de Fallschirmjäger, c'est seulement en juillet 1938 que le général Kurt Student va réunir ces deux concepts pour créer la 7e division aéroportée.
L'entraînement dispensé à Stendal passait à l'époque pour être le plus dur qui soit. Pour être breveté, il fallait réaliser trois sauts, mais également être capable de combattre seul ou en petit groupe et faire preuve d'une grande ténacité. Une forte camaraderie unissait ces hommes. Si l'on omet les exécutions en Crète, les paras ont toujours fait preuve de beaucoup de respect envers leurs adversaires. Pour preuves, les nombreux témoignages vantant la moralité leur certaine noblesse au combat fait par ceux qu'ils combattaient.
Plus de 54 449 parachutistes seront tués au combat et 8 000 sont toujours disparus

Ces unités d'élite avaient un large choix d'équipement à leur disposition. En effet, considérées comme telles, elles étaient mieux équipées que la plupart des autres corps d'armées. Elles furent les premières à disposer au combat de fusil sans effet de recul. Le fusil mitrailleur FG-42 et le casque M1935, dérivé du Stahlhelm, furent même spécialement conçu pour eux. Ils arboraient aussi un camouflage spécifique.

Leurs parachutes étaient cependant moins performant que ceux des Alliés, avec une seule sangle, l'atterrissage devait se faire sur les mains et les genoux, empêchant d'emporter avec soi, de façon non risquée, des armes plus lourdes. Bien souvent, une partie du matériel était parachutée dans des caisses spéciales qui pouvaient se retrouver dispersées sur le champ de bataille.

Extraits du Tome II "Les parachutistes allemands". Les engagements sur les théâtres d'opération est et ouest. ( Hans Martin STIMPEL. Mittler Verlag ) :

1° Division Parachutiste (1. Fallschirmjägerdivision / 1.FschJgDiv)

La 7. Division aérienne, maintes fois engagée en RUSSIE, jusqu'en 1943, est rebaptisée 1. Division Parachutiste au printemps 43. Elle reste en ITALIE de 1943 à 1945, époque au cours de laquelle ses effectifs combattants sont parfois réduits à 1.000 hommes, du fait des combats. Elle fut cependant toujours reconstituée et ses survivants ont été fait prisonniers, à partir de mai 1945 et dirigés, pour une part sur des camps stationnés en EGYPTE.

2° Division Parachutiste (2. Fallschirmjägerdivision / 2.FschJgDiv)

Elle est mise sur pied en mars 1943. Elle est engagée à ROME, quand les Italiens se retirent des combats, puis à MONTEROTONDO et dans des opérations menées en ITALIE. Elle s'empare de l' Île de LEROS. En mai 1944, elle est en UKRAINE, où elle est presque entièrement détruite. En partie remise sur pied, la Division, qui regroupe les survivants des combats d' UKRAINE est dirigée sur la BRETAGNE, à la mi-juin 1944. Des éléments participent aux combats de SAINT-MALO, mais surtout aux combats de BREST, jusqu'au 20 septembre 1944, au cours desquels ils seront anéantis. Le 6. Régiment, ainsi que des petits détachements seront pratiquement décimés en NORMANDIE. La Division est recrée à l'automne 44. Elle combat en Hollande, sur le Rhin puis dans le "chaudron" de la RHUR, où les éléments restants seront battus et faits prisonniers. Le 2. Régiment parachutiste fut, à lui seul, anéanti quatre fois entre 1941 et 1942 et recrée aussitôt.

3° Division Parachutiste (3. Fallschirmjägerdivision / 3.FschJgDiv).

Sa mise sur pied débute en FRANCE fin 43. Elle est engagée à l'Ouest dès le début de "l'Invasion en NORMANDIE".Elle sera détruite dans le "chaudron" de FALAISE et au cours des combats de repli qui suivirent. Recrée, elle est notamment en HOLLANDE et à l'Ouest, où elle participe à l'offensive des ARDENNES, à partir de la mi-décembre 1944. La Division est largement consommée dans ces combats et ceux qui suivirent lors du repli. Les derniers éléments disparaîtront dans le chaudron de la RHUR.

4° Division Parachutiste (4. Fallschirljägerdivision / 4.FschJgDiv).

Sa mise sur pied s'est effectuée en ITALIE en 1943. Elle est y engagée dès les premiers jours de 1944, et en particulier dans la tête de pont D'ANZIO-NETTUNO. Elle se replie comme la 1. Division, et en avril 1945 ses survivants entrent en captivité en ITALIE du Nord.

5° Division Parachutiste (5.Fallschirmjägerdivision / 5.FschJgDiv).

C'est en FRANCE que la division est créée en avril 1944. Comme la 3. Division, elle est anéantie dans les combats du débarquement et ceux qui accompagnèrent le repli. Remise sur pied, elle est de nouveau décimée au cours de l'offensive des ARDENNES et du repli qui y fit suite. Des éléments survivants du 15. Régiment Parachutiste et du 5. Bataillon du Génie Parachutiste vont se replier dans la "Forteresse du HARZ" en avril 1945 et les derniers survivants seront prisonniers des américains.

6. Division Parachutiste (6. Fallschirmjägerdivision / 6.FschJgDiv).

Elle est crée en FRANCE à la fin du printemps 44 et sera largement consommée, à partir d'août dans les combats à l'ouest, à l'exception du 16. Régiment, détaché de la Division et engagé sur le front oriental. Remise sur pied, elle est notamment partie prenante des combats sur le RHIN inférieur et sera rayée de la carte à l'exception de quelques éléments résiduels. Au début du mois de mai 45, elle est rejetée jusqu'au lac d'IJSEL avant de tomber entre les mains des britanniques. Le 16. Régiment sera fortement amoindri au cours des combats qui se sont déroulés, à partir de l'été 44, en LITUANIE et en PRUSSE ORIENTALE, avant d'être incorporé, à l'automne, au corps blindé parachutiste Hermann Goering.

7. Division Parachutiste (7. Fallschirmjägerdivision / 7.FschJgDiv).

Mise sur pied à partir de septembre 1944, sous le nom de division "Erdmann", elle est engagée sans tarder en HOLLANDE. A partir du 19 septembre 1944, la Division fait face aux parachutistes américains au cours de l'opération "Market Garden", puis sur la tête de pont de la MEUSE à VENLO. Elle franchit la MEUSE à la mi-décembre. Projetée en ALSACE, près de HAGUENAU, elle s'y oppose aux pénétrations adverses, puis se replie sur le RHIN inférieur à la fin du mois de janvier 45. Elle participe aux combats jusqu'à son repli à l'est du RHIN. On la retrouve alors entre BISLICH et HAFFEN. Fin mars, elle poursuit son repli jusque dans le secteur de BOCHOLT, puis plus tard au sud ouest de OLDENBURG ; elle mène encore quelques combats sur la digue d'EDEWECHTER. Des éléments résiduels sont fait prisonniers dans ce secteur, tandis que les reliquats de la division le seront en SCHLESWIG-HOLSTEIN.

8. Division Parachutiste (8. Fallschirmjägerdivision / 8.FschJgDiv)

A l'automne1944, des unités sont regroupées en HOLLANDE, autour du Groupement opérationnel "Wadehn", qui deviendra 8° Division Parachutiste à partir du 15 janvier 1945. Des formations détachées vont participer au combats notamment de NIMEGUE ( opération Market Garden ) et à ceux qui se déroulent jusqu'en février sur la ligne de la MEUSE entre VENLO et ROERMOND. A partir de la mi-février la division est engagée, par régiments constitués dans "la bataille du RHIN inférieur". Après s'être repliée au delà du RHIN, elle participe aux combats défensifs de part et d'autre de REES, puis entame un repli vers le nord. Le 6 avril 45, entre RHEINE et LINGEN, elle franchit l'EMS et intervient dans le cadre des combats défensifs conduits dans le secteur de CLOPPENBURG et au sud d'OLDENBURG. Les reliquats de la division sont transférés au début du mois de mai en SCHLESWIG-HOLSTEIN, où ils sont faits prisonniers.

9. Division Parachutiste (9. Fallschirmjägerdivision / 9. FschJgDiv).

L'ordre de mise sur pied est donné le 24 septembre 1944. Le contre-ordre est donné en décembre, puis est annulé en janvier 45. Les unités sont engagées isolément, au fur et à mesure, vers le sud-est et au sud de STETTIN. La division se replie alors avec de lourdes pertes puis, après le transfert de deux bataillons vers BRESLAU, on la trouve engagée jusqu'au 20 mars 45 dans la région de STETTIN et de GREIFENHAGEN, avant de traverser l'ODER pour rejoindre l'ODERBRUCH. Elle reçoit des renforcements, parmi lesquels 1300 hommes sont acheminés sans armes. Elle mène encore de durs combats à partir de la mi-avril 45. Elle se replie en direction du secteur de BERLIN, où elle est anéantie. Des éléments résiduels, du niveau du bataillon, combattent à BERLIN jusqu'au 2 mai. Les survivants parviennent, par groupe ou en isolés, à rejoindre les lignes britanniques et américaines pour être dirigés vers des camps de prisonniers.

10. Division Parachutiste (10. Fallschirmjägerdivision / 10.FschJgDiv).

La mise sur pied est intervenue en avril 1945 en STYRIE ( elle était initialement prévue en HOLLANDE ). Des unités des 1° et 4. Divisions parachutistes devaient lui être affectées. Elles furent dirigées sur la STYRIE. On y trouvait de nombreux soldats, très jeunes en âge et notamment des élèves des écoles de l'Air. Un Bataillon y livra de durs combats en avril 1945 près de FELDBACH . L'essentiel de la division fut cependant engagé fin avril 45 au sud de WILHEMSBURG, puis transféré début mai dans le secteur de BRÜNN-IGLAU, que des éléments de la division de devaient pas atteindre au demeurant. (30. Régiment parachutiste). D'autres unités n'y parviendront que le 7 mai. La Division tenta de se replier en direction des troupes américaines qui avaient atteint la MOLDAVIE. Des formations, voire même des unités élémentaires, furent dépassées par les troupes soviétiques, coupées de leurs arrières et détruites, après avoir été en outre prises à partie par les partisans tchèques. Les reliquats de la division, qui avaient réussi à atteindre les lignes américaines furent livrés aux troupes soviétiques.

11. Division Parachutiste (11. Fallschirmjägerdivision / 11.FschJgDiv).

Elle est restée à l'état fragmentaire. A partir du 10 avril elle est dirigée dans le secteur d' OLDENBURG, où elle combat, ainsi que sur l'Ems, mais également près de LEER et de BAD-ZWISCHENAHN. Elle entame son repli fin avril début mai en direction de VARE-JADE. On trouve également des éléments de la division en HOLLANDE, puis ce fut la capitulation.

12. Division Parachutiste (12.Fallschirmjägerdivision / 12.FschJgDiv).

Sa mise sur pied était prévue par le général de Corps d'armée Student, peu de temps encore avant la fin de la guerre, mais n'a jamais été au delà des travaux préparatoires.

La Division d'instruction et de renforts parachutiste

Transférée sur L'ODER dès sa mise sur pied, la division est anéantie au cours de son repli vers l'ouest et en particulier en MECKLEMBURG. Des éléments de la division furent cependant conduits en captivité chez les alliés occidentaux.

La Division blindée parachutiste et le Corps "Hermann Goering"

Issue du "Groupement de Police Wecke", transférée à l'armée de l'Air en septembre 1935 en tant que "Régiment Général Goering", devenue Brigade en 1942, cette formation devient Division à partir d'octobre. Elle est engagée en TUNISIE, début 1943 et y reste jusqu'en mai , date à laquelle elle disparaît. (Les survivants sont faits prisonniers.) Recrée en ITALIE et en FRANCE, elle est transformée en "division blindée HG", en juillet 1943, quand elle est en SICILE. Elle y est engagée par la suite puis sur le continent italien. Entre temps en juin 44, ses effectifs au combat ne sont plus que de 1775 hommes avant d'être de nouveau re-complétés. Elle change de nom le 6 avril 1944, pour devenir "Division blindée parachutiste Hermann Goering". A partir de l'été elle participe sans interruption aux difficiles engagements du front Est et en particulier depuis la fin du mois de juillet et pendant le mois d'août, on la trouve dans le secteur de VARSOVIE. Le "Corps d'armée blindé parachutiste Hermann Goering" voit le jour à MODLIN en POLOGNE. Le Corps est en PRUSSE ORIENTALE à partir de la mi octobre, sa Brigade de renforts et d'instruction est décimée à GRAUDENZ. Une nouvelle Brigade de renforts et d'instruction lui est affectée en PRUSSE OCCIDENTALE. On retrouve le Corps dans le chaudron d'HEILIGENBEIL, où est anéantie la 2. division blindée parachutiste HG (Seuls 6.000 hommes sur 24.000 en sortiront vivants). Une nouvelle Brigade de renforts et d'Instruction est mise sur pied à partir de la mi mars. Entre-temps, intervient le repli, en particulier, de la 1. division blindée parachutiste HG, dès la fin de janvier 1945, à travers la POLOGNE, de "chaudron en chaudron", puis en HAUTE-SILESIE, avec en particulier les combats dans le secteur de la NEISSE et de STEINAU. On retrouve des éléments en avril 45 dans le secteur de GÖRLITZ. Des combats défensifs sont menés à partir du 16 avril 1945 (une unité est anéantie sur l'ODER). Des contre-attaques sont encore menées dans le secteur de GÖRLITZ-BAUTZEN, BAUTZEN est repris le 22 avril 1945 et des tentatives d'actions offensives sont conduites dans ce secteur ainsi qu'à GROSSENHEIN et au nord de cette ville. Le Corps est à DRESDE jusqu'au 5 mai 1945, puis ses reliquats tentent de se replier en direction du sud-ouest (dans le ERZGEBIRGE), puis interviennent la capitulation et la captivité, pour l'essentiel entre les mains de soviétiques.





[dailymotion][/dailymotion]



avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fallschirmjäger

Message par Invité le Jeu 27 Mai - 9:22

merci Daniel jolie résumer

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fallschirmjäger

Message par Invité le Jeu 27 Mai - 10:20

merci Daniel ok
pour ces combattants d'une autre dimension

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fallschirmjäger

Message par Invité le Jeu 27 Mai - 13:22

Merci Daniel

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fallschirmjäger

Message par Invité le Jeu 27 Mai - 17:12

merci Daniel tre bien..... sehr gut

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fallschirmjäger

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum