Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Avis aux Visiteurs .
Ven 31 Mar - 9:55 par commandoair40

» 1 septembre 2015
Mar 1 Sep - 18:39 par olivier

» Visiteurs sur le forum 2014
Mar 1 Sep - 18:34 par olivier

»  Janvier 1885 - La Légion étrangère à Tuyen Quang au Tonkin.
Sam 18 Jan - 8:07 par ROBERT

» loto et bourse aux armes
Lun 13 Jan - 11:13 par Invité

» Dimanche 12 Janvier 2014
Dim 12 Jan - 12:17 par Invité

» Samedi 11Janvier 2014
Sam 11 Jan - 18:19 par Gibert j

» Le mémorial du 2°REI
Sam 11 Jan - 12:09 par Gibert j

» vendredi 10 janvier 2014
Ven 10 Jan - 20:38 par Gibert j

» Commandant Dupin
Jeu 9 Jan - 20:39 par Gibert j

» Jeudi 9 janvier 2014
Jeu 9 Jan - 20:34 par Gibert j

» Mercredi 8 Janvier 2014
Mer 8 Jan - 21:54 par Gibert j

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
musique Légion
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!pagerank
Tchat Blablaland

Bataille de la RC 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bataille de la RC 4

Message par Invité le Sam 21 Nov - 8:43

La bataille de la RC 4 opposa les forces du corps expéditionnaire français au Việt Minh, en octobre 1950, au nord Tonkin à proximité de la frontière chinoise. Ces combats se solderont par la défaite des troupes françaises.


La route coloniale 4, ou RC 4, est une ancienne route d'Indochine qui a eu une importance stratégique majeure pendant la guerre d'Indochine. Située à l'extrémité nord de l'Indochine (Tonkin) et longeant la frontière avec la Chine sur 200 km, la RC4 a souvent été l'objet de combats avec les soldats français (Pavillons noirs, Japonais, Viet Minh).
Cette route, qui reliait Lao Kay à Monkay, permettait le ravitaillement les places fortes de Lang Son, Na Cham, That Khé, Dong Khê et Cao Bang, et permettait les liaisons avec Hanoi, la capitale du Tonkin, via la RC1. Elle était surnommée "la route sanglante"

La bataille de Dong Khê (octobre 1950)


Circonstances


Le général Revers,
chef d'état major de l'armée de terre, suite à une visite en Indochine
début 1949, rédige un rapport qui préconise l'évacuation de Cao Bang et
des postes intermédiaires de la RC4 jugés inutiles, exposés et dont le
ravitaillement épuise le corps expéditionnaire.
Les hésitations et les divergences de vue entre le général Carpentier, chef du corps expéditionnaire et des forces terrestres, et le général Alessandri qui commande la ZOT, font que l'opération est reportée plusieurs fois.
Pourtant, la récente victoire des forces communistes sur celles de Tchang Kaï-chek
va permettre aux forces rebelles de s'entraîner et de se renforcer
considérablement juste derrière la frontière à l'abri d'une
intervention française.

Chronologie des événements



  • 25 au 27 mai
    Prise de Dong Khê (2e et 3e compagnies du BM de 8e RTM, 146e
    CLSM) par la brigade 308 Viet Minh (TD 88 et TD 102). Prise de
    conscience de l'état major français des modifications de la menace : le
    Viet Minh dispose maintenant d'une armée puissante équipée d'artillerie.


  • 27 mai
    À partir de 17h00, le 3e BCCP du commandant Decorse est parachuté directement sur Dong Khê . Le soir la ville est reprise. Le 10e Tabor marocain rejoint Dong Khê le 31 mai.


  • 2 septembre
    L'état major français prend la décision d'évacuer Cao Bang. L'opération
    est confiée au colonel Constans qui commande la ZFNE à Lang Son. Le
    colonel Charton doit évacuer Cao Bang et rejoindre la colonne de
    soutien du colonel Lepage.


  • 15 au 18 septembre
    Prise de Dong Khê (5e et 6e compagnies du II/3e REI) par le Viet Minh (TD 102 et TD 36).


  • 16 septembre
    Mise en route vers That Khé de la colonne Lepage, constituée du BM du 8e RTM et du GTM (1er, 3e et 11e Tabors marocains).


  • 17 et 18 septembre
    Le 1er BEP saute sur That Khé.


  • 23 septembre
    Le 3e Tabor est aérotransporté sur Cao Bang afin de renforcer la garnison et de tromper l'ennemi sur les intentions de l'état major.


  • 24 septembre
    Le groupement "Bayard" effectue une opération sur Poma, au nord-est de That Khê. Le 1er BEP et le 1er
    Tabor accrochent le TD 246 et le régiment de régionaux "Chu Luc" de la
    brigade 308. Les deux bataillons doivent se replier sur That Khé.


  • 29 septembre
    Début de l'opération de diversion "Phoque" sur Thaï Nguyen à 200 km au
    sud de Cao Bang sur la RC3. Confiée au colonel Gambiez elle met en
    oeuvre un effectif de 4 500 hommes, soit 7 bataillons, une Dinassaut et
    l'ensemble des moyens aériens du Tonkin. Le 7e BCCP saute sur l'objectif le 30 septembre. L'opération est un échec : l'ennemi n'est pas au rendez-vous !


  • 1er octobre
    Début de l'opération "Tiznit" : les 1er et 11e Tabors, le BM du 8e RTM, le 1er BEP et les partisans doivent rejoindre Dong Khê. Le 1er BEP accroche les forces rebelles à Loung Phai et tente en vain de reconquérir Dong Khê avec des effectifs réduits.


  • 2 octobre
    Une nouvelle tentative de reprise de Dong Khê est stoppée par l'état
    major : c'est le début de l'opération "Thérèse". La colonne Lepage a
    pour mission de couvrir l'abandon de Cao Bang et de faire la liaison
    avec la colonne Charton à Nam Nang au nord-ouest de Dong Khê. Ce même
    jour, le TD 246 anéantit la 1re compagnie du BM du 8e RTM à Na N'Gaum.
    Durant la nuit du 2 au 3, les 58e et 59e Goums du 1er Tabor sont attaqués par le TD 209 au sud-ouest de Dong Khê. Le 5e Goum du 11e Tabor est quant à lui harcelé par le TD 246 sur le Na Kéo, il devra son salut à l'intervention du 1er BEP mais sera quasiment décimé.


  • 3 octobre
    Lepage rassemble les 2e, 3e et 4e compagnies du BM du 8e RTM et le 1er
    Tabor sur les cotes 760 et 765 au sud-ouest de Dong Khê. Ces 1 300
    hommes doivent lui permettre d'établir le contact avec la colonne
    Charton tandis que le 1er BEP et le 11e
    Tabor, regroupés sur le Na Kéo et formant le sous-groupement Delcros,
    restent en protection au sud de Dong Khê. Ils résistent toute la
    journée du 3 mais doivent décrocher le soir faces aux attaques répétées
    des TD 36 et TD 246.


  • 3 au 4 octobre
    Le sous groupement Delcros essaie de rejoindre Loung Phai mais, attaqué
    au niveau du « Boulevard de la 73/2 » par le TD 246, il doit faire
    demi-tour et retrouver le gros de la colonne sur la cote 765.


  • 3 octobre
    La colonne Charton quitte Cao Bang après avoir détruit les
    fortifications et les munitions restantes. La progression est
    fastidieuse du fait des destructions effectuées par le Viet Minh et de
    la présence de nombreux civils.


  • 4 octobre
    Sous la pression du TD 246, le 8e Goum doit quitter Loung Phaï et rejoindre la cote 608. Le 3e Goum quant à lui tient la côte 703 plus à l’est.
    L'après midi, Lepage replie l'ensemble de ses troupes autour des cirques de Coc Xa : 1er et 11e Tabors et BM du 8e RTM.
    Sur ordre, la colonne Charton quitte la RC4 par la piste de Quang Liêt afin de retrouver la colonne Lepage.


  • 5 octobre
    A 18 heures, la section du lieutenant Tchiabrichvili de la 1e compagnie du 1er BEP est anéantie sur la cote 533 par le TD 88.
    En fin de soirée, le 1er BEP part rejoindre le reste du groupement Bayard.
    Un détachement de partisans, aux ordres du capitaine Morichère, constitué des 136e, 138e et 142e CLSM est accroché à Quang Liêt.
    Le reste de la colonne Charton bifurque sur la cote 570.
    La 140e CLSM reste quant à elle avec la colonne de civils.


  • 6 octobre
    Au matin, le 1er BEP rejoint la colonne "Bayard".
    Le dispositif Lepage, rassemblé à Coc Xa, est entièrement encerclé par les force Viet Minh (TD 36, 88, 102 et 174).
    La 142e CLSM de Mentec s’installe en défense sur la côte 590 et est rejointe par les 136e et 138e CLSM qui ont été accrochées en tentant d’atteindre la côte 477.
    Finalement c’est le 3e Tabor qui parvient à occuper la côte 477 évacuée par l’ennemi.
    Le groupement Labaume – indicatif « Rose », constitué à partir de la garnison de That Khé (CCB, 7e et 8e compagnies du II/3e REI), de parachutistes Thô et d’éléments du 11e Tabor rejoignent la cote 608 afin d’établir un recueil.
  • Le 7 octobre
    A partir de 3 heures du matin, le 1er BEP tente de percer l’encerclement au niveau de « la source »: dans l’ordre le peloton d’élèves gradés, la 2e compagnie puis la 3e compagnie sont anéantis. Le 1er BEP n’existe plus ! C’est au tour du 1er Tabor, avec en tête le 59e Goum emmené par le lieutenant Xavier du Crest de Villeneuve,
    de s’élancer et d’ouvrir le passage. Le reste de la colonne, qui a
    abandonné les blessés avec les médecins, s’engouffre dans la brèche et
    rejoint la côte 477. La 1re compagnie du 1er BEP,
    qui tente de passer par les crêtes, est elle aussi accrochée mais
    réussira néanmoins à s’échapper de Coc Xa et à rejoindre Lepage.
    Au matin, la 138e CLSM de Morichère rejoint Charton et est envoyée en protection sur les crêtes qui dominent Ban Ca.
    Entre temps, le TD 88 a pris la côte 477 en délogeant le 36e Goum mais n’a pas réussi à vaincre le 51e Goum.
    La côte 477 est reprise par le III/3e REI qui perd son chef le commandant Forget.
    Les rescapés de Coc Xa, dont Lepage, rejoignent la colonne Charton.
    L'après midi, l’ensemble des deux groupements tente de rejoindre That
    Khé. Charton tombe sur le TD 174 au niveau de Ban Ca où il est fait
    prisonnier. Les rescapés du 1er BEP
    (150 hommes environ) tentent quant à eux de passer par l’est. Ils sont
    stoppés par le TD 174 et perdent leur chef le commandant Segrétain.
    De même, la colonne Lepage essaie de rejoindre la côte 608 mais est
    disloquée au gré des combats (TD 88 puis 174). Lepage est capturé le 9
    octobre.


  • 8 octobre
    A 18 heures, le groupement de parachutistes, constitué du 3e BCCP et d’une compagnie de marche du 1er BEP
    saute sur That Khé. Il reçoit pour objectif d’atteindre le pont Bascou
    au nord de That Khé afin de protéger le groupement « Rose » dans sa
    retraite.
    A 21 heures, sur ordre, le groupement « Rose » se replie sur la côte 703.


  • 9 octobre
    Après quelques accrochages, le groupement de parachutistes et le groupement Labaume, renforcés des 3e et 8e Goums, font leur jonction.


  • 10 octobre
    Evacuation de That Khé, à partir de 23 heures. Le groupement de
    parachutistes, resté en arrière, est assailli par les troupes rebelles.
    Traqué pendant 3 jours par le TD 246, le TD 174 et un régiment "Chu Luc" le groupement est finalement anéanti.


  • 17 octobre
    Cédant à la panique, le colonel Constans évacue Lang Son et laisse au
    rebelles suffisamment de matériel pour équiper une division.

Les erreurs commises



  • L'opération se serait déroulée de façon plus aisée si elle avait
    été déclenchée un an plus tôt, alors que les troupes Viet Minh
    n'avaient pas encore reçu l'appui des chinois.


  • Des indiscrétions en France ont permis au général Giap de se préparer à cette attaque dès l'émission du rapport Revers.


  • L'adoption de l'itinéraire de la RC 4 pour évacuer Cao Bang est
    critiquable : l'évacuation par voie aérienne ou par la RC 3 aurait été
    moins périlleuse.


  • Le pilotage de l'opération par le colonel Constans à partir de Lang
    Son, c'est à dire loin des zones d'action, a certainement été la cause
    de décisions inadaptées.


  • La décision d'évacuer Cao Bang avec l'ensemble des matériels et avec une colonne de civils a gêné et ralenti la progression.


  • La poursuite de l'évacuation de Cao Bang par la RC4 alors que la
    citadelle de Dong Khê était toujours aux mains de l'ennemi était
    particulièrement risquée.


  • Le choix de rassembler l'ensemble de la colonne Lepage dans la
    vallée de Coc Xa fut une erreur stratégique qui conduisit à son
    encerclement puis à son anéantissement.


  • L’opération de diversion « Phoque », aux résultats décevants, a monopolisé 7 bataillons et les forces aériennes du Tonkin qui auraient permis de secourir les forces engagées sur la RC4.


  • Le sacrifice inutile du BEP le 7 octobre, alors qu’il était
    certainement plus sage d’attendre l’aube et un appui aérien ou même
    l’aide de la colonne Charton toute proche.

Forces françaises



  • Garnison de Dong Khê (5/1950) - 400 hommes - Capitaine Casanova.

    • 2e compagnies du BM de 8e RTM - Lieutenant Brondel.
    • 3e compagnies du BM de 8e RTM - Capitaine Brun.
    • 146e CLSM - Lieutenant Nang.




  • Colonne Lepage - Groupement Bayard.

    • 1er BEP – effectif 576 hommes - Chef de bataillon Pierre Segrétain, adjoint Capitaine Pierre Paul Jeanpierre.

      • CCS Lieutenant Deborde.
      • 1re compagnie - Capitaine Guarrigues.
      • 2e compagnie - Capitaine Bouyssou.
      • 3e compagnie - Capitaine de Saint Etienne.


    • BM du 8e RTM - Commandant Arnaud.

      • 1re compagnie - Capitaine Feuillet.
      • 2e compagnie - Capitaine Lacube.
      • 3e compagnie - Capitaine Guidon.
      • 4e compagnie - ????.


    • 11e Tabor marocain - Commandant Delcros (GTM).

      • GCA lieutenant Siegler.
      • 3e Goum - ????.
      • 8e Goum - Capitaine Roux.
      • 5e Goum - Lieutenant Rebours.


    • 1er Tabor marocain - Capitaine Feaugas (GTM).

      • GCA - Capitaine Deminière.
      • 58e Goum - Lieutenant Mathieu.
      • 59e Goum - Capitaine Raval, adjoint lieutenant Xavier du Crest de Villeneuve.
      • 60e Goum - Capitaine Boileau, adjoint aspirant Charles-Henry de Pirey


    • détachement du 23e RIC ?
    • Colonne Charton:

      • III/3e REI - Commandant Forget.

        • 9e compagnie - Lieutenant Mattenet, chef de section Lieutenant Philippe Robert
        • 10e compagnie – Lieutenant Bonfils.
        • 11e compagnie – Capitaine Maury.
        • 12e compagnie – Capitaine Clamou.


      • Bataillon de partisans - Capitaine Tissier.

        • 136e CLSM - Lt Viltard.
        • 138e CLSM - Capitaine Morichère.
        • 140e CLSM - Lt Daniès.
        • 142e CLSM - S/Lt Mentec.


      • 3e Tabor marocain (détaché du GTM) - Commandant de Chergé– Adjoint Capitaine Farret.

        • GCA - Lieutenant Weymeringer.
        • 4e Goum - Capitaine Jeantet.
        • 51e Goum - Capitaine Valache.
        • 36e Goum - Lieutenant Pairis.






  • Garnison de Dong Khê (9/1950) - II/3e REI - 250 hommes - Capitaine Allioux.

    • 5e compagnie - Capitaine Vollaire.
    • 6e compagnie - Capitaine Jaugeon.




  • Garnison de That Khé (9/1950) - II/3e REI - Commandant Labaume.

    • 7e compagnie – Lieutenant Mozat.
    • 8e compagnie - ???.




  • Garnison de Na Cham (9/1950)

    • 2e compagnie du I/3e REI - Capitaine Mattéi.



Groupement aéroporté – 404 hommes - 3e BCCP + 1er BEP – Capitaine Cazaux.

  • GC1 – Capitaine de Braquilanges.
  • GC3 – Capitaine Mourier.
  • Compagnie de marche du 1er BEP – Lieutenant Loth.

Forces Việt Minh



  • Forces du Nord-Est

    • Division 308 - Général Vuong Thua Vu :

      • Régiment 36.
      • Régiment 88 (détaché).
      • Régiment 102.


    • Régiment(s) de régionaux "Chu Luc".
    • Régiment 246.
    • Régiment 209.




  • Forces du Sud-Ouest - Général Lê Quang Ba

    • Régiment 174.
    • Régiment 88 (détaché de la division 308).
    • Régiment(s) de régionaux "Chu Luc".


Le bilan


Les conséquences



  • Après l'évacuation des places fortes de la RC 4, la frontière nord de l'Indochine se trouve exposée. Ce fait sera aggravé par l'abandon dans la précipitation de Lao Kay et d'Hoa Binh.


  • Le sentiment d'invulnérabilité du corps expéditionnaire français,
    qui jusque là n'avait à faire qu'à des opérations de guérilla,
    disparait.


  • Pour relever la situation, la France nomme De Lattre de Tassigny aux postes de Haut Commissaire et de commandant en chef le 6 décembre 1950. Il succède ainsi à Léon Pignon et au général Carpentier.


  • Bien que renforcé dans sa détermination, le Viet Minh ne parviendra pas à prendre Hanoi comme souhaité avant le nouvel an Vietnamien (fête du Têt, le 6 février 1951).


  • L'empereur Bao Dai obtient du gouvernement français l'autorisation de constituer une armée vietnamienne.

Pertes françaises


Anéantissement des colonnes Lepage et Charton :

  • 1er BEP;
  • 3e BCCP;
  • III/3e REI;
  • Bataillon de partisans (136e, 138e, 140e et 142e CLSM);
  • BM du 8e RTM
  • GTM (1er, 3e et 11e Tabors marocains).

Les chiffres des pertes évoluent suivant les auteurs, néanmoins il
semble que le corps expéditionnaire a perdu dans cette bataille environ
5 000 hommes (tués, blessés et prisonniers). Sur les 3 000 prisonniers,
on estime que 2 000 d'entre eux ne sont pas revenus des camps.


Lexique



  • TD : Trung Doï régiment Viet Minh, constitués de 4 bataillons.
  • BM : bataillon de marche.
  • CLSM : Compagnie légère de supplétifs militaires.
  • GTM : groupement de marche des tabors marocains.
  • Tabor : équivalent à un bataillon léger d'infanterie, est constitué de 4 Goums.
  • GCCP : groupement colonial de commandos parachutiste, ancêtre des RPIMa.
  • ZOT : Zone opérationnelle du Tonkin.
  • ZFNE : Zone frontière du Nord Est.
  • GCA : Goum de commandement et d'appui.
  • CCS : Compagnie de commandement et de service.

Sources et bibliographies



  • Roger Delpey, Soldats de la boue, SOS Tonkin, André Martel - 1954.
  • Erwan Bergot, La bataille de Dong Khê, France loisirs - 1987 - ISBN 2-7242-3795-1.
  • Erwan Bergot, Indochine 1951, l'année de Lattre, collection Troupes de choc, France Loisirs - 1987 - ISBN 2-7242-4197-5.
  • Jacques de Folin, Indochine 1940-1955 La fin d'un rêve, Perrin - 1993 - ISBN 2-262-01018-8.
  • Lucien Bodard, La guerre d'Indochine, Le grand livre du mois - 1997 - ISBN 2-7028-0892-1.
  • René Bail et Raymond Muelle, La guerre d'Indochine, Trésor du patrimoine - 2004 - ISBN 2-912511-27-5.
  • Jacques Dalloz, Dictionnaire de la guerre d'Indochine, Armand Colin - 2006 - ISBN 2-200-26925-0.
  • Georges Fleury, La guerre en Indochine, Tempus, éditions Perrin, 2003, ISBN 2-262-02018-3
  • Claire Fourier, Route Coloniale 4, récit, Jean Paul Rocher éditeur, 2004, ISBN 2-911361-63-6
  • Xavier du Crest de Villeneuve, Chemin de Damas... à Vendeuvre, français, Pour Mémoire, Paris, 2009
  • Louis Stien, Les soldats oubliés, de Cao-Bang aux camps de rééducation du Vietn-Nam, 332 p., Albin Michel, Paris, 1993, ISBN 978-2-226-18977-6




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bataille de la RC 4

Message par Admin le Sam 21 Nov - 9:12

les Colonels Charton et Lepage a leurs retour des Camps

la premier en partant de droite Secrétain



covois sur la RC4
seul responsable du massacre de la RC4 le Général Carpentier
avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bataille de la RC 4

Message par Admin le Sam 21 Nov - 9:17

avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bataille de la RC 4

Message par Admin le Ven 21 Mai - 6:17

avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Le désastre de la RC4 Par Frédéric Ortolland

Message par Admin le Dim 30 Mai - 7:32

Le désastre de la RC4
Par Frédéric Ortolland

1- Les prémices d’une nouvelle forme de guerre

Au cours de l’année 1949 le conflit indochinois s’intègre de plus en plus dans un contexte de guerre froide.
La victoire communiste en Chine ouvre au Viet Minh de nouveaux sanctuaires pour développer ses forces ainsi que de nouvelles sources d’approvisionnement en armes, vivres et munitions nécessaires à la conduite d’opérations de grande envergure.
Le déclenchement de la guerre de Corée en juin 1950 achève d’impliquer la France, partie pour une campagne de reconquête
coloniale, dans un contexte global de lutte contre le communisme où ses "alliés", Etats-Unis en tête, ne partagent pas les mêmes desseins.
Les postes qui parsèment les 116 Km de la Route Coloniale N° 4 (RC4) sont isolés et vulnérables comme l’a montrée l’attaque de Phu Tong Hoa sur la RC3 en juillet de l’année précédente.
Les convois de ravitaillement du Train y paient un lourd tribut à coup de pièges et d’embuscades surtout dans les derniers Km de route encaissée entre des massifs calcaires recouverts de jungle qui mène jusqu’à Cao Bang. Pour l’heure la forteresse bétonnée protégée par la Légion semble imprenable pour le Viet Minh.
Le 30 juin 1949, après le départ du général Revers, le nouveau commandant en chef, le général Blaizot décide que Cao Bang et Dong Khé devront être évacuées avant le 10 octobre.
Son successeur, le général Carpentier, arrivé en septembre, maintient au contraire les garnisons, poussé en cela par le général Alessandri.
Les mois qui suivent sont plutôt calmes (l’ennemi prépare ses grandes unités), le corps expéditionnaire voit ses effectifs augmenter et les premiers matériels américains débarquent. L’état-major s‘enferme dans une comparaison de "statistiques" (pertes ennemies, tonnages d’armement saisi/détruit) quand Giap tire les leçons pratiques de ce qu’il a appris sur le terrain.
Le 25 mai 1950, contre toute attente, le Viet Minh s’empare de Dong Khé que Carpentier fait immédiatement reprendre par le 3ème BCCP (Bataillon Colonial de Commandos Parachutistes). Giap a cependant prouvé la capacité de son armée à s’emparer des postes de la RC4.
L’évacuation de Cao Bang est décidée fin août après de nombreuses tergiversations pour ménager les susceptibilités, dont celle d’Alessandri qui s’oppose farouchement au projet, perdant ainsi un temps précieux.
Mais par un hasard du calendrier l’ennemi prend les Français de vitesse en s’attaquant à nouveau au poste de Dong Khé.

2- La chute de Dong Khé

Depuis juillet, Dong Khé est coupée du monde, ravitaillée par avion comme Cao Bang.
La RC4, "la route de la mort", est devenue par trop dangereuse.
Le 12 septembre, 2 compagnies à effectif réduit, les 5 et 6ème du 2/3 REI (Régiment Etranger d’Infanterie) relèvent le 8ème RTM (Régiment de Tirailleurs Marocains) en poste jusque là.
Le 16 septembre, les 200 légionnaires, soutenus par un canon de 57 et un de 105 sont attaqués par plusieurs bataillons d’infanterie Viets, soutenus par des armes lourdes.
Malgré les tentatives d’écrasement de l’artillerie ennemie par le passage de King Cobras de l’Armée de l’Air, les fortifications sont durement touchées. Un premier poste avancé est pris en fin de matinée. Toute la journée le 105 pilonne les bo doïs mais à la nuit tombée les munitions commencent à manquer. Les obus ennemis, eux, matraquent la place jusqu’à 4h du matin, avant que les fantassins ne montent à l’assaut.
Vague après vague ils déferlent sur les légionnaires qui les repoussent à la grenade, au corps à corps.
Les blockhaus changent plusieurs fois de main pendant la nuit.
Au matin du 17 un message radio apprend que la garnison a 40 tués, 80 blessés.
A 9h le 105 ne tire plus, faute de servants.
Une contre-attaque des légionnaires cause des pertes terribles à l’ennemi mais n’aboutit pas à une percée.
Le poste Sud est pris.
La citadelle est prise d’assaut par les Viets qui sont refoulés.
A partir de 18h30, cinq pièces d’artillerie prennent la citadelle sous leur feu pour une nouvelle nuit de cauchemar. Les munitions s’épuisent.
A 5h45 une nouvelle offensive des bo doïs fait tomber le bloc Sud-Est qui est repris dans la foulée puis perdu de nouveau. Les 20 derniers officiers et légionnaires valides se répartissent les 300 cartouches restantes…
A 6h30 le 18 septembre Dong Khé cesse d’être française.
Elle ne le sera jamais plus.
Seuls 9 légionnaires parviendront à rejoindre That Khé 5 jours plus tard, suivis quelques temps après par un sergent et 2 caporaux évadés.

3- Les colonnes Charton et Lepage

Malgré la chute de Dong Khé, Alessandri fait part à un lieutenant-colonel Charton furieux, car il n’en voit pas la nécessité, du maintien de l’opération de dégagement de Cao Bang.
Charton est le " patron" de la forteresse, une légende vivante de la Légion.
La garnison se compose du 3/3 REI (600 hommes) du commandant Forget, de 600 goumiers du 3ème Tabor, d’une section du génie, d’une section d’artillerie et d’un bataillon de partisans.
Ce sont donc 1 600 hommes, ralentis par leurs véhicules peu adaptés à l’état exécrable de la RC4 et 600 civils inquiets de l’arrivée du Viet Minh qui quittent Cao Bang dans la nuit du 2 au 3 octobre, après avoir détruit 150 tonnes de munitions et les fortifications de la place.
La jonction avec la colonne de soutien doit se faire au Km 22, à Nam Nang.
La colonne de soutien est désignée "Groupement Bayard ", commandé par le lieutenant-colonel Lepage.
Il est artilleur, donc pas nécessairement le choix le plus évident pour une opération de ce type.
Pour commencer l’état-major ne confie pas à Lepage la totalité de ses objectifs.
Pour l’heure il doit reprendre Dong Khé en partant de That Khé avec à sa disposition les 1er et 11ème Tabors et un bataillon
de marche du 8ème RTM.
La colonne quitte Langson le 16 septembre, rejointe par le 1er BEP du capitaine Segrétain parachuté les 17 et 18 septembre à That Khé.
L’ignorance dans laquelle est tenue Lepage quant à l’objectif final de sa mission ne va pas le pousser à utiliser au mieux les moyens opérationnels dont il dispose et conduire le groupement Bayard vers un désastre.

4-Echec devant Dong Khé

Le 1er octobre le groupement approche de la cuvette et s’empare de la plaine de Na Pa.
Le peloton d’élèves gradés du BEP, mené par le lieutenant Faulques, part en reconnaissance et est accueilli par un tir nourri de mitrailleuses et de mortiers.
Bien que surpris le peloton se ressaisit rapidement.
Segrétain pense pouvoir l’emporter rapidement mais Lepage décide de jouer la prudence et repousse l’assaut au lendemain après avoir demandé des renforts en aviation et en artillerie. Faulques a déjà perdu 30 hommes.
Le lendemain à l’aube, les différents éléments du groupement Bayard tentent une attaque en tenaille pour prendre les hauteurs.
Malgré quelques progrès coûteux l’opération se révèle être un échec.
De plus, si la chasse a dû interrompre ses interventions du fait de la couverture nuageuse les avions d’observation ont quant à eux repéré des colonnes de renfort ennemi en provenance de l’Est et du Sud.
Décontenancé par la tournure qu’ont pris les évènements Lepage est enfin mis au courant de la finalité de sa mission (rejoindre Charton à Nam Nang) par un message parachuté daté du 29 septembre.
La résistance de Dong Khé la rend alors parfaitement inapplicable. Lepage décide alors de contourner la ville par l’Ouest en empruntant l’ancienne piste de Quang Liet, une vague trouée difficilement identifiable dans la jungle.
Il laisse le 1er BEP et le 11ème Tabor au sud de Dong Khé pour fixer l’ennemi.
Bien que d’une logique imparable ce plan est dès sa conception voué à l’échec du fait de l’incroyable supériorité numérique dont disposent les régiments de Giap.
Les 20 000 bo doïs, répartis dans les régiments 36, 88, 99, 165, 174, 175, 209, 246 et au sein de la fameuse brigade d’élite 308, disposent pour la 1ère fois de moyens radios et de bataillons complets d’arme lourde, alliés à la connaissance et à la maîtrise du terrain.
C’est une gigantesque embuscade qu’ils préparent aux 3 500 hommes du groupement Bayard dont les hésitations et la dispersion ne vont faire qu’aggraver les conditions du piège.

5- Le 1er BEP dans la tourmente

En fin d’après-midi le gros de la colonne (environ 2 000 hommes) se prépare à traverser les 8 Km de terrain hostile à tout point de vue qui devraient lui permettre de rejoindre l’ancienne piste.
A 17h30 la Cie Feuillet du 8ème RTM est purement et simplement balayée par une attaque en force alors qu’elle s’apprêtait à quitter la RC4.

A 21h, le 11ème Tabor du commandant Delcros est violemment chassé de sa position de Na Keo malgré les lourdes pertes qu’il inflige aux bo doïs. Segrétain comprend que l’ennemi va se contenter de le fixer à Na Pa et lancer le gros de ses troupes à l’assaut de Lepage.
Avec ses 500 à 600 bérets verts (sur un effectif initial de 800) et le renfort d’une compagnie de tabors rescapés il lance à 22h l’assaut à 1 contre 20 au milieu des broussailles et des rochers de Na Keo. Les paras et les marocains parviennent à s’accrocher à mi-pente malgré des trouées terribles dans leurs rangs sans pouvoir réellement se fixer. Segrétain parvient à contacter Lepage par radio et lui annonce qu’il va décrocher à l’aube ce que Lepage refuse.
Après de longues et houleuses palabres Lepage cède et finit par autoriser le patron du BEP à le rejoindre. Celui-ci refuse car il tient à évacuer la centaine de blessés qui sont avec lui par les goumiers encore valides par le col de Luong Phaï, plus au sud. La colonne tombe dans une embuscade avant même d’avoir atteint la route.
Les brancardiers sont abattus avec leurs blessés.
Les survivants refluent sur le BEP qui fonce droite devant lui, laissant sur place une nouvelle trentaine de blessés.
Le 3 octobre en fin de journée les 400 survivants du BEP et quelques goumiers, sans vivres, sans eau et sans sommeil depuis 2 jours atteignent la côte 765 à 2 Km au Sud-Ouest de Dong Khé.
A 17h un nouveau contact radio est établi avec Lepage qui leur ordonne de les rejoindre à Coc Xa, 2 cavités naturelles reliées par un étroit tunnel, seul endroit qu’il estime défendable en attendant l’arrivée de Charton. Car à cette heure c’est Lepage et sa colonne de secours qui attendent d’être secourus !

Jusqu’au crépuscule les hommes du BEP cherchent à tâtons un chemin qui pourrait les mener à Coc Xa. Ils s’arrêtent au bord d’une falaise abrupte et impraticable au sommet de laquelle Segrétain a un violent échange radio avec Lepage qui veut voir les paras dans la cuvette dans la nuit. Segrétain refuse et coupe le contact.
A l’aube du 4, Faulques trouve une étroite crevasse qui descend vers la vallée. Deux heures plus tard le restant du BEP s’installe sur la côte 477 et attend. Les Viet-Minhs aussi attendent… La colonne Charton.

6- La difficile progression de la colonne Charton

De son côté Charton est parti comme prévu.
La 1ère journée se passe sans incident ; au crépuscule la colonne a parcouru 16 Km et s’étire sur trois Km.
Personne à l’état-major ne songe à avertir Charton de la déroute subie par le groupement Bayard et de la possibilité qu’il a, les renseignements l’affirment, de prendre de vitesse les Viets qui n’occupent pas encore la portion de route entre Cao Bang et Dong Khé.

Le 4 au matin le haut-commandement lui donne l’ordre de se porter à la rencontre de "Bayard" par la piste de Quang Liet. Charton détruit ses véhicules, ce qui le ralentit d’autant et met plusieurs heures pour trouver l’entrée de la piste, depuis longtemps abandonnée.
La progression s’avère par la suite dramatiquement lente car il faut ouvrir la route au coupe-coupe. Le 3/3 REI est quasiment immédiatement accroché par l’ennemi et Charton doit déborder par les crêtes pour pouvoir poursuivre sa marche.
Dans la nuit du 4 au 5 un contact radio direct enfin établi avec Lepage lui fait prendre conscience de la gravité de la situation. Rendez-vous est pris à l’aube du 6.
La journée du 5 est plus une lutte contre la nature que contre l’ennemi.
La colonne ne progresse que de 5 Km.
Le lendemain, dans une pagaille de plus en plus indescriptible elle n’en parcourt que 6, le REI n’atteignant la côte 590 qu’au prix de durs combats d’arrière-garde.
Lepage prend le commandement des 2 colonnes dans l’après-midi du 6 et ordonne à Charton de l’attendre alors même que celui-ci pense pouvoir faire la jonction avec les nouveaux renforts en provenance de That Khé.
Quinze bataillons (entre 20 et 30 000 hommes) encerclent alors les 2 groupements.
.
7- Sortie de Coc Xa : Le sacrifice du 1er BEP

Dans la nuit de 4 au 5 Lepage ordonne à Segrétain de quitter la côte 477 pour le rejoindre dans la vallée. Les légionnaires doivent descendre une pente abrupte déjà périlleuse de jour. Dans l’obscurité, une dizaine d’entre eux se tuent en tombant dans le vide. A l’aube, lorsque le BEP rejoint Lepage, il lui reste un peu plus de 300 survivants.
La journée du 5 est passée à la vaine recherche de la situation de l’ennemi et du débouché qui pourrait permettre une sortie en force pour faire la jonction avec Charton. Idem le lendemain. Lepage voudrait attendre le 7 pour pouvoir tenter une sortie en profitant d’une couverture aérienne mais à 22h45 il reçoit de Langson un message lapidaire : "Décrochez cette nuit ou jamais".

Une nouvelle fois le chef du groupement Bayard place tous ses espoirs dans le BEP en lui demandant d’ouvrir la voie.
A 3h du matin c’est contre un mur de feu que s’élancent les paras, pour une mission suicide. Chaque pierre, chaque arbre, chaque trou semble cacher un bo doï. A court de munitions les bérets verts lancent leurs dernières grenades, chargent à la baïonnette, au couteau. "Chaque mètre nous coûta un homme" dira plus tard le capitaine Jeanpierre. Quatre fois touché le lieutenant Faulques s’écroule.
Laissé pour mort il recevra les premiers soins par l’ennemi qui le rendra une dizaine de jour plus tard. Au bout de quelques minutes il ne reste qu’une centaine de paras encore debout. Terrorisés, les goumiers s’élancent à leur tour et finissent par percer.
La cuvette de Coc Xa se vide sans la moindre cohésion.
Il ne reste au groupement Bayard que 560 hommes.

8- La fin des colonnes Charton et Lepage

Sur les crêtes, Charton comprend que la tentative de décrochage se passe mal. C’est à 6h que l’attaque à laquelle il s’attend débute par un pilonnage au mortier.
Autour de la côte 477 le 3ème Tabor est violemment pris à partie et chassé de ses positions vers 7h malgré une résistance acharnée.
Le 3ème REI contre-attaque immédiatement et reprend un des pitons avant de rester accroché devant un second sans cesse renforcé par de nouvelles troupes ennemies.
En pointe avec ses hommes le commandant Forget est touché à la cuisse, au bassin, à la poitrine et à la tête. Ses derniers mots avant de mourir seront " Je meurs fier de mon bataillon".

Après 2 tentatives de percée infructueuses par l’Ouest la colonne Charton entre en contact avec les rescapés du groupement Bayard provoquant un désordre général. La mêlée est indescriptible.
Lepage et les officiers survivants tentent de reprendre le contrôle de leurs hommes quand la côte 477 est finalement prise. Ne supportant plus l’inactivité née du chaos ambiant Charton entraîne avec lui une poignée d’hommes et d’officiers pour la reprendre. Blessé à plusieurs reprises il est capturé par l’ennemi.
Pour le reste des 2 colonnes toute résistance organisée est désormais impossible. Lepage et ses officiers optent pour une percée par petits groupes.
A 19h le BEP tente sa chance. Il est pris en embuscade vers 4h du matin. Grièvement blessé, Segrétain ordonne à ses hommes de l’abandonner. Il mourra peu après.
A 8h du matin Lepage est à son tour pris en embuscade et capturé.
Les lieutenants-colonels Charton et Lepage partent en captivité. Ils seront libérés en septembre 1954.

9- Panique à That Khé

Ce même jour avant l’aube le groupement Cazaux du nom du capitaine commandant le 3e BCCP renforcé par la compagnie de marche du 1er BEP du lieutenant Loth décolle de Bach Maï pour être largué à That Khé. L’état-major s’est enfin décidé à envoyer des renforts.
Sur la côte 608, à 10 Km au nord de That Khé le groupement du capitaine Labeaume (2 compagnies du REI, 2 goums du 2ème Tabor) attend les survivants.
Après avoir recueilli entre 400 et 500 hommes il reçoit à sa grande surprise l’ordre de décrocher.
Il ne peut cependant faire la jonction avec Cazaux, accroché par l’ennemi qui a aussi envahi la vallée. Il passe par le Sud dont les pitons 330 et 334 sont tenus par un régiment Viet fraîchement arrivé de Polein.
Cazaux aussi reçoit l’ordre de décrocher.
L’opération de sauvetage est considérée terminée. Il faut désormais tenir la cuvette de That Khé pour protéger l’évacuation de la ville.
Le groupement Labeaume rejoint That Khé après avoir été accroché à Pac Ko le 10 octobre vers 16h, le même jour que Jeanpierre et les survivants du BEP.
Ils ne sont que 23.
La ville doit être évacuée de nuit, discrètement. Ce sont par conséquent des tonnes de munitions et des milliers d’armes, qui tomberont aux mains des Viets.
Labeaume part en tête, vers 21h. L’obstacle principal est le franchissement du fleuve Song Ky Cong dont la traversée va s’effectuer dans la plus grande désorganisation. Le groupement Cazaux, qui est resté en arrière-garde finit la traversée sous le feu ennemi vers 6h du matin.

10- Le 3ème GCCP n’existe plus

Sur la route qui mène à Langson seuls les légionnaires gardent un profil de soldats. Les postes secondaires se vident de leurs garnisons au passage de cette nouvelle colonne, parfois précipitamment de peur d’être oubliées.
Cette précipitation va, dans le cas des postes 41 et 41 Ouest être fatale au groupement Cazaux.

Dès l’évacuation des 2 positions l’ennemi installe ses batteries. Il peut encore couper la colonne en 2. La coupure se fera au niveau de la compagnie Loth, durement pilonnée. Les hommes quittent la route et s’enfoncent dans la jungle où ils tournent en rond, sous le crachin et dans le brouillard, cernés par l’ennemi.
Ils passeront ainsi 2 jours de cauchemar avant d’être mis en pièces sous un déluge d’artillerie et d’armes automatiques dans la soirée du 13. Ce qui reste du GCCP se scinde en petits groupes qui seront massacrés les uns après les autres. Cazaux est capturé. Il mourra d’épuisement au camp de prisonniers N°1 un an plus tard, après une tentative d’évasion.

Sur les 257 hommes du GCCP, 243 sont portés tués ou disparus. Sur les 130 du BEP, compagnie Loth, une douzaine seulement en réchappera.

La 2e compagnie du 1/5 REI du capitaine Mattéi tient encore Na Cham et le minuscule poste de Bo Cuong qui contrôle le col de Lung Phaï.
Dans la nuit du 6 octobre, assailli et submergé par les Viets, le lieutenant Jaluzot tente de tenir sa position avec ses 12 légionnaires et ses 15 partisans.
En désespoir de cause Mattéi fait tirer sur Bo Cuong dont il croit à la solidité (il a jusque-là résisté aux mortiers ennemis). Choqués ou légèrement blessés, tous les hommes de Jaluzot s’en sortiront. Mattéi fait hisser ses pièces d’artillerie disponibles dans les falaises et tient Na Cham pendant plusieurs jours (jusqu’au 15), recueillant les derniers survivants du drame.

Alors qu’aucune menace réelle n’est constatée Langson est évacuée en catastrophe le 18 octobre, le 2/5 REI en arrière garde. Le 20, sans avoir rencontré le moindre ennemi, la garnison atteint Phu Lang Thuong, suivie une nouvelle fois par les postes secondaires.

En quelques jours le corps expéditionnaire a perdu près de 5 000 hommes, 2 000 blessés, 13 canons, 125 mortiers, 450 véhicules, 940 mitrailleuses, 1200 fusils-mitrailleurs, 8 500 fusils.


A Paris c’est la consternation. La France peut être vaincue. En quelques jours le haut-commandement français et l’opinion publique ont appris que c’est une véritable guerre qui a désormais lieu en Indochine.
C’est par l’arrivée du général de Lattre de Tassigny le 17 décembre que le corps expéditionnaire va reprendre confiance en lui et qu’une véritable stratégie va être mise en place.
avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bataille de la RC 4

Message par Invité le Dim 30 Mai - 8:04

Merci Daniel ,je viens de finir la 1ere partie passionnante,je lirai la 2eme plus tard

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bataille de la RC 4

Message par Invité le Dim 30 Mai - 11:46

LA SECONDE aussi prenante que la 1ere Merci

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bataille de la RC 4

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum