Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Avis aux Visiteurs .
Ven 31 Mar - 9:55 par commandoair40

» 1 septembre 2015
Mar 1 Sep - 18:39 par olivier

» Visiteurs sur le forum 2014
Mar 1 Sep - 18:34 par olivier

»  Janvier 1885 - La Légion étrangère à Tuyen Quang au Tonkin.
Sam 18 Jan - 8:07 par ROBERT

» loto et bourse aux armes
Lun 13 Jan - 11:13 par Invité

» Dimanche 12 Janvier 2014
Dim 12 Jan - 12:17 par Invité

» Samedi 11Janvier 2014
Sam 11 Jan - 18:19 par Gibert j

» Le mémorial du 2°REI
Sam 11 Jan - 12:09 par Gibert j

» vendredi 10 janvier 2014
Ven 10 Jan - 20:38 par Gibert j

» Commandant Dupin
Jeu 9 Jan - 20:39 par Gibert j

» Jeudi 9 janvier 2014
Jeu 9 Jan - 20:34 par Gibert j

» Mercredi 8 Janvier 2014
Mer 8 Jan - 21:54 par Gibert j

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
musique Légion
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!pagerank
Tchat Blablaland

Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Message par commandoair40 le Mer 1 Aoû - 13:12

Rappel du premier message :

Voici le "Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE"



Je mettrais chaque jour une lettre (de A a Z) lorsque je ne serai pas absent bien sur .
Comme moi , vous allez apprendre plein de choses magnifiques , sur notre vielle et Belle Légion .

Le 1er AOUT 2012 : A .

AA 52 : mitrailleuse de calibre 7, 62 fabriquée à St Etienne en 1952, adoptée par l’armée française et utilisé en Indochine et en Algérie.

AAGE DE DANEMARK : prince héritier de la couronne danoise, né à Copenhague (1887-1940), lieutenant dans l’armée danoise pendant la 1ère guerre mondiale, trois fois cité ; engagé comme capitaine à la Légion Etrangère en 1922 sous le pseudonyme de comte de Rosenberg. Il s’illustre pendant les campagnes de pacification du Maroc –Moyen Atlas, Ouergha, Rif, etc.- en 18 ans de service, aux 2ème et 3ème régiment étranger. Parvenu au grade de lieutenant/colonel ; Grand Croix de la Légion d’Honneur à titre militaire, Croix de guerre des T.O.E., Croix du combattant, Médaille coloniale, Médaille militaire, Commandeur du Ouissam alaouite chérifien. Blessé au Maroc, mais décédé de maladie, enterré à Sidi bel Abbes, son corps sera rapatrié à Puyloubier en 1962.

ABSTEIN (Johann) : grand sous-officier né à Oberingelheim (Allemagne) en 1931, engagé à la Légion Etrangère en 1950, affecté au 3ème B.E.P., part en Indochine, caporal au 2ème B.E.P., 1 citation Croix de guerre des T.O.E. (1952), caporal/chef, deux citations supplémentaires, participe ensuite aux opérations d’Algérie, sergent en 1955, 1 citation, Croix de la valeur militaire, 1 blessure en 1958, Médaille militaire, 6ème citation. Sergent/chef en 1959, 1 citation, 1 blessure en 1960. Chevalier de l’O.N.M. en 1961, adjudant en 1963, Adjudant/chef en 1967. Sert ensuite outre-mer et prend sa retraite en 1979 au 1er R.E. Légion d’Honneur en 1978. Un « maréchal de la Légion ».

ACHDIJIAN (Jousep dit Joseph) : légionnaire égyptien né à Alexandrie (1891-1955), dans une famille arménienne établie à Marseille. Volontaire au R.M.L.E. en 1915, trois fois blessé, gazé ; Médaille militaire, Croix de guerre, insigne des blessés, Croix du combattant volontaire, 12 décorations au total. Grand mutilé, son nom sera donné à un square de Marseille.

AD UNUM : jusqu’au dernier, jusqu’au bout ; devise du 6ème Régiment Etranger du Génie.

ADRIAN : casque français modèle 1915 équipant le R.M.L.E. pendant la première guerre mondiale.

AGOUY : victoire au Dahomey le 27 Décembre 1892 d’une section de légionnaires et d’une compagnie de tirailleurs sénégalais sur les rebelles de Béhanzin.

AISNE (bataille de l’) : combats autour de Soissons menés par le R.M.L.E. les 30 et 31 Mars 1918 pour stopper l’avance allemande. La Légion y perdra plus de 400 hommes dont le commandant Germann, du 2ème bataillon. Du 1er au 12 Juin le régiment, réduit à 1.200 hommes en raison de ses sacrifices, arrête encore l’ennemi, au prix de lourdes pertes. Le 18 Juillet, sous l’orage, il doit procéder à une contre-attaque face à l’offensive allemande, avec l’aide d’une division américaine. Il s’empare, entre autres, de 38 canons, fait prisonniers 400 hommes, et conserve toutes ses positions. Mais il a perdu 780 hommes dans tous ces combats, ce qui lui vaudra une nouvelle citation à l’ordre de l’Armée.


Le corps du prince Aage de Danemark ramené en France


Vicente Almonacide en uniforme d’officier de la Légion


AÏSSA (Bernard) : marocain né à Fez (1902-1989), enfant abandonné recueilli par un détachement de la Légion au Maroc. Il sert d’interprète et d’éclaireur au général Rollet, qui l’adopte. Converti au catholicisme, il quitte la Légion entre les deux guerres, et participe à diverses missions pour les services de renseignements français, puis entre dans la Résistance en 1940. Commandeur de la Légion d’Honneur, il aura le grade de capitaine.

AKA (Paul-François) : chef de musique né à Bordeaux en 1882, d’abord musicien dans le civil, puis chef de 3ème classe en 1906, il rejoint le 1er R.E. en 1909 et réorganise la musique de la Légion, qui va faire des tournées dans toute l’Afrique du Nord. Passé chef de musique de 2ème classe, il quitte la Légion en 1938 pour prendre sa retraite. Titulaire de la Légion d’Honneur, Médaille militaire, Croix de guerre 1914-1918, Officier du Ouissam alaouite chérifien, et des palmes académiques.

ALGER (bataille d’) : opération de police menée pendant la guerre d’Algérie et particulièrement dans la casbah pour démanteler le terrorisme urbain ; différentes unités de parachutistes y furent engagées, dont le 1er R.E.P., d’abord du 14 Janvier au 15 Avril 1957, puis du 1er Septembre à la mi-Octobre de la même année.

ALGERIE (conquête de l’) : ensemble des opérations militaires engagées de 1831 à 1858, puis plus tard jusqu’au début du XXème siècle, en particulier contre Abd El Krim ; ils furent marqués par la bataille de Sidi Chabel en 1831, la prise de Constantine, de Mostaganem, la bataille de Moulay Ismaël, en 1835, de la Macta, de la Djurdjura, de Ziliane en 1844, de la Zaatcha en 1849, de Takitount en 1858.
Pour la première période, l’Ancienne Légion, la Nouvelle Légion, les 1er et 2ème régiments de Légion, et la 2ème Légion Etrangère furent engagées, perdant au total 27 officiers, 61 sous-officiers, et 756 légionnaires au combat. A partir de 1881, les Français reçurent l’autorisation de s’engager comme homme de rang à la Légion, qui participa aux combats de Chott Tigri (1882), puis occupa les oasis du Sahara en 1900, et en 1901 de Geryville, Timimoun, Beni Abbes, Kersas.
La Légion construisit en même temps des routes –celles de la Casbah, la « chaussée du légionnaire », de Fort l’Empereur, de la ceinture de Bône-, fit des fouilles archéologiques (découverte des ruines de Lambèse), bâtit des camps (Ouferia, Kouba), assécha des marais, ouvrit des voies d’eau, et édifia des casernes et postes militaires.

ALGERIE (guerre d’) : ensemble des opérations dites de maintien de l’ordre menée sur tout le territoire algérien et au Sahara contre le FLN de 1954 à 1961. De nombreuses unités de la Légion Etrangère y furent engagées :
-le 1er Régiment Etranger demeure, à Sidi bel Abbes, le régiment administratif et de formation ; mais son 1er bataillon de marche sera engagé dans les Aurès, le 2ème bataillon de marche à Lalla Marnia, et des compagnies portées du 6ème bataillon participèrent à diverses opérations.
-le 2ème REI basé à Saïda sera engagé à Tikechkach, Mzi, Beni Smir, Teniet Ben Saied.
-le 3ème REI intervint dans les Aurès, à El Milia - où il perd son chef de corps, le lieutenant/colonel Brochet de Vaugrineuse en 1957-, à Bône, sur la ligne Morice, en Oranie, dans les Hodna, le Constantinois, au djebel Mermara, à nouveau dans les Aurès, puis dans l’Ouarsenis, avant de quitter l’Algérie en 1962.
-le 4ème RE s’installe à Tebessa, venant du Maroc, en 1958, intervient dans les Aurès, le Bônois en 1964, le massif d’Edougli. A la fin de 1963 il est dirigé sur le Sahara et sera dissous en 1964.
-le 5ème REI établi à Turenne en 1956, combat à Sidi Mohamed, le Fillaoussène, la Tafna, dans les djebels, contre Bellounis en 1958, dans l’Ouarsenis et la Grande Kabylie, les Aurès, le Constantinois, la frontière tunisienne, et rejoint Tahiti en 1963.
-la 13ème DBLE combat dans le Sud et le Nord Constantinois à partir de 1965, les montagnes du Nementcha, à Bou Yardanne en 1957, dans les Aurès et différents djebels, à la frontière tunisienne, avant de rejoindre Djibouti en 1961.
-le 1er REC basé à Mers El Kébir est réduit à 3 escadrons de combat en Algérie ; il surveille la frontière tunisienne, et participe aux grandes opérations de l’Est algérien et de Kabylie. Un escadron à pied (capitaine Pfirmann) est engagé dans les Aurès et met hors de combat 41 rebelles. En 1962 il stationne dans les palmeraies du Sahara puis à nouveau à Mers El Kébir, avant de rejoindre la métropole.
-le 2ème REC venu du Maroc s’installa en 1956 en Oranie ; il combat dans les djebels, à Zaccar, sur la frontière tunisienne, dans le Constantinois, dans le djebel Sahary. En 1960 il se réinstalle dans la région de Biskra, et sera dissous en 1962.
-le 1er REP participa au maintien de l’ordre à Alger en 1955, puis se regroupe à Zeralda en 1956. Il intervient à nouveau à Alger, puis dans les djebels, à Médéa, sur la route de Hassi Messaoud, Guelma, et perd son chef de corps le colonel Jeanpierre en 1958. Engagé dans la bataille d’Alger en 1960, puis dans les Aurès, le Bônois, en Kabylie. Participant au putsch manqué de 1961, il est dissous le 30 Avril.
-le 2ème REP basé à Philippeville en 1956 combat dans les Aurès, à Tebessa, et met prés de 1.000 rebelles hors de combat. Il est également en opérations à Beni Sbihr, Philippeville, Batna, et Souk Ahras.
-4 CSPLE opèrent au Sahara et à la frontière tunisienne.
Au total la Légion perdra 63 officiers, 264 sous-officiers, et 1.582 caporaux et légionnaires pendant cette guerre.

ALI KHAN : prince pakistanais fils du chef spirituel des Ismaéliens, né à Turin (1911- 1960) ; il sert comme lieutenant à titre étranger en Syrie de 1938 à 1939 au 1er REC puis au 6ème R.E. ; Croix de guerre et Légion d’Honneur. Passe ensuite dans les services de renseignements britanniques, participe au débarquement de Provence. Play-boy, éleveur de chevaux de course, marié à Rita Hayworth à Vallauris, délégué de son pays à l’ONU en 1958. Il trouve la mort au volant de sa voiture de sport en France.

ALLEMAGNE (campagne d’) : combats menés du Rhin à l’Autriche par le R.M.L.E. et le 1er R.E.C. marqués par la prise de Stuttgart et de Gross Gladbach.

ALLIGATORS : engins amphibies blindés de débarquement, de fabrication américaine, utilisés par le REC en Indochine de 1945 à 1950.

ALMA (bataille de l’) : combat mené le 20 Septembre 1854 pendant la guerre de Crimée entre Franco-anglais et Russes ; une brigade de deux régiments de Légion, puis le bataillon d’élite parvenu plus tard, y participèrent en dépit du choléra qui affecta les rangs. La Légion sera félicitée pour son comportement exemplaire et discipliné.

ALMONACIDE (Vicente Almandos) : aviateur argentin né à La Rioja (1881-1953), breveté pilote en France en 1913, pilote en Argentine, engagé à la Légion Etrangère en 1914, versé dans l’aviation ; capitaine, Médaille militaire, Légion d’Honneur, Croix de guerre. Ami de Mermoz, il fut un des pionniers de l’aviation argentine, réalisant la traversée des Andes.

ALOUANA : village du Sud marocain ; le 25 Mai 1911 35 hommes de la 22ème compagnie montée du capitaine Labordette y résistèrent pendant cinq heures aux dissidents ; 29 légionnaires furent tués, 6 autres, le sergent Ehmann et 5 légionnaires, blessés. On retrouva la culasse de leur arme, rendue ainsi inutilisable, sur les corps du caporal Breval et du légionnaire Petersen. Elles sont exposées au musée d’Aubagne.

ALPES (bataille des ou 2ème bataille des) : ensemble des combats menés par la 13ème DBLE, de retour d’Alsace, au sein de la 1ère DFL relevant les Américains à partir du 14 Mars 1945 contre les troupes de l’Axe, dans les secteurs d’Isola et de Lantosque (Alpes Maritimes) puis vers Vinadro et Turin, en Italie. La France y gagna les hautes vallées de la Vésubie et de la Tinée, et le retour de Tende et La Brigue.
ALSACE (campagne d’) : combats contre les Allemands menés par le 1er REC et la 13ème DBLE à partir de Novembre 1944 dans la trouée de Belfort puis vers les Vosges, qui permirent la libération d’Aspach, Colmar, Soultzmatt, la vallée d’Orbey, en tout 22 localités. Les unités seront ensuite mises au repos, le REC ayant perdu 30% de ses effectifs, dont 9 officiers.

AMBROSCH (Franz Josef) : célèbre légionnaire allemand né en 1930, engagé comme 2ème classe à 17 ans en 1947 ; en 35 ans de service, participe aux campagnes d’Indochine, d’Algérie, totalisant 1 blessure et deux citations. Médaille militaire, Chevalier de l’ONM, commémoratives d’Extrême-Orient et d’AFN, Médaille des blessés, Légion d’Honneur en 1982. Prend sa retraite cette même année parvenu au grade de capitaine, se retire à Marseille.

AMILAKVARI (Dimitri) : prince géorgien né en Russie, 1906-1942, d’une famille réfugiée en France à la révolution bolchevique. Sorti de Saint Cyr en 1926, il rejoint la Légion Etrangère, au 1er RE, puis participe avec le 4ème RE en 1929 à la pacification du Maroc (1ère citation en 1932, 2ème en 1933). Capitaine en 1937, il participe au défilé du 14 Juillet où pour la première fois La Légion arbore le képi blanc sur les Champs Elysées. Affecté à la 13ème DBLE en 1940, il participe à la campagne de Norvège. Lieutenant/colonel et chef de corps de la « 13 », il la commande à Bir Hakeim et El Alamein où il tombe le 24 Octobre 1941 à la tête de son unité. 5 fois cité, Croix de Guerre 1939-45, Croix de Guerre des TOE, Légion d’Honneur, il venait d’être décoré de la Croix de la Libération.

AMPHIBIES (unités) : unités de la Légion pendant la guerre d’Indochine, à savoir escadron du 1er REC crée à Tourane en 1951 et en service jusqu’en 1955, plus un 1er et un 2ème groupe, ainsi qu’un groupe amphibie d’obusiers d’Avril à Décembre 1954. Ces unités étaient équipées de véhicules « crabes » et « alligators ».

ANASTASIU (Paul) : légionnaire roumain né en 1971, engagé à la Légion en 1992, libéré en 1997 (Yougoslavie, Djibouti, Afrique), peintre et sculpteur, peintre officiel aux Armées, a offert plusieurs œuvres à la Légion. Il obtiendra de nombreux prix en France et à l’étranger.

ANCIENNE LEGION : premier corps de la Légion Etrangère crée en 1831, et composée de bataillons nationaux divisés en compagnies de 112 hommes, à encadrement suisse et allemand. Les 1er, 2ème, et 3ème bataillons (Allemands et Suisses) étaient stationnés à Alger, le 4ème (Espagnols) à Oran, le 5ème (Italiens) à Alger, le 6ème (Belges et Hollandais) à Bône, le 7ème (Polonais) également à Alger. Les hommes portaient le pantalon garance, une veste bleue, une capote grise, le shako et des guêtres. Son premier engagement eut lieu le 27 Avril 1832 prés de maison Carrée (Alger), contre la tribu d’El Ouffia. Elle participa aux combats de Sidi Chabel, Arzew, et Mostaganem. Ses chefs de corps furent les colonels Stoffel (1831), puis Combe (1832), le lieutenant/colonel de Mollenbeck, puis le colonel Bernelle, qui procéda à l’amalgame de toutes les nationalités. En 1835 le Légion fut prêtée à l’Espagne, sous les ordres des colonels Lebeau puis Conrad, et remplacée par une nouvelle Légion formée à Pau.

ANDOLENKO (Serge) : officier russe né en 1907 à Volotchisk, dont la famille se réfugia en France à la révolution bolchevik. Entré à Saint Cyr en 1924, il s’engage à la Légion et sert comme sous-lieutenant au 1er Etranger et sert ensuite aux 2ème, 3ème, 4ème, 5ème et 6ème Régiment Etranger ; campagnes d’Algérie, du Levant, du Maroc. Naturalisé français en 1928, affecté à l’Inspection de la Légion Etrangère, corps dans lequel il reste vingt ans. 2ème guerre mondiale au 2ème Bureau, chef de corps du 5ème R.E. en Algérie, parvient au grade de général. 9 citations, commandeur de la Légion d’Honneur, décorations françaises et étrangères.

ANDRE : légionnaire belge, un des « maréchaux de la Légion » né en 1919, engagé à la Légion en 1939, campagne d’Algérie, du Maroc au 1er R.E., puis sert au Sénégal et en Tunisie. Passé au R.M.L.E., campagnes de France, d’Allemagne ; médaille militaire, 5 fois blessé, puis séjour en Indochine, au 3ème R.E.I., et en Algérie. Croix de guerre 1939-45, des T.O.E., croix de la valeur militaire, termine sa carrière comme adjudant/chef.

ANGELL (Henrik) : colonel norvégien né en 1861 ; engagé volontaire dans la Légion pendant la première guerre mondiale comme lieutenant après un stage à Saint Cyr. Il combat à Fort de Vaux et en Champagne, mais va avoir les membres inférieurs gelés au front, ce qui nécessite une amputation. Démobilisé, il regagnera son pays et décède en 1922. Légion d’Honneur, Croix de guerre 1914-18, Médaille des blessés.

ANNE-MARIE : chant du 3ème RE, d’origine allemande :
Mon régiment, c’est ma patrie
Je n’ai jamais connu ma mère
Pour son honneur mon père a donné sa vie
Et je suis seule sur la terre
Mein name ist Anne Marie
Ein Jeder kennt mich schon
Ich bin, ja, die tochter
Vom ganzen batalion.

APKA : village du Dahomey où le 13 Octobre 1892 le bataillon de la Légion défit les troupes de Béhanzin, perdant 4 légionnaires tués, 1 officier et 4 légionnaires blessés.

ARAGO (Joseph-Victor) : officier français né à Paris (1833-1970), muté sur sa demande à la Légion Etrangère pendant la guerre de 1870 ; chef de bataillon commandant le 5ème bataillon à 8 compagnies –Français, Autrichiens, Anglais, Belges, Suisses, Roumains, Irlandais, Hongrois, Serbes, Espagnols, Italiens, Polonais- engagé au siège d’Orléans, où il est tué au combat le 11 Octobre. Le bataillon perdra les deux tiers de ses effectifs.

ARBA DE TAHACA (l’) : victoire au Maroc le 6 Avril 1918 de la compagnie montée du 2ème REI, après une charge à la baïonnette.

ARGONNE (bataille de l’) : combat du 17 décembre 1914 mené par la 4ème Régiment de Marche du 1er Etranger, ex Légion garibaldienne, chef de corps Lieutenant/colonel Peppino Garibaldi, à encadrement franco-italien. L’occupation du site fut marquée par les batailles de Claon, du bois de Bolante, et de la Haute Chevauchée. L’unité connut de nombreuses pertes, dont celle du capitaine Bruno Garibaldi. Le 5 Janvier 1915 le bataillon capture toute une compagnie allemande à Courte Chausse.

ARLABA : localité d’Espagne ; le 17 janvier 1836 la Légion y repoussa les Carlistes par une charge à la baïonnette.

ARNAULT (Paul) : officier français né à Cherbourg (1911-1989) ; Saint-Cyrien, rejoint la Légion comme lieutenant en 1937 au 1er RE, puis au 3ème REI au Maroc. Campagne de Norvège avec la 13ème DBLE en 1940, capitaine la même année, commandant en 1943, il est engagé dans les combats d’Erythrée, de Syrie, de Lybie, de Tunisie, d’Italie, et de France. Plusieurs fois cité, chevalier de la Légion d’Honneur, compagnon de la Libération, croix de guerre 1939-45 et des T.O.E. Campagne d’Indochine à la « 13 », chef de corps de ce régiment à 36 ans, lieutenant/colonel, cité à nouveau, termine sa carrière de légionnaire en 1958. Quitte l’Armée en 1968 avec le grade de général. Deux de ses fils servent alors à la Légion comme officiers.

ARVIN (Léon) : légionnaire né en 1929 en Egypte, engagé à la Légion en 1946 à 17 ans, participe à deux campagnes d’Indochine, aux conflits d’Algérie, du Maroc, de Madagascar. Accède au grade d’adjudant/chef et à un record de 38 ans de service jusqu’à sa retraite en 1984. Croix de guerre des T.O.E., Médaille militaire, Chevalier de l’O.N.M., 2 blessures et deux citations.

ASCENCIO (Tony) : légionnaire né à Oran en 1901, engagé à la Légion en Octobre 1917, à 16 ans ; participe au sein du RMLE aux combats de la Somme, de l’Oise, et sera deux fois blessé. Démobilisé avec la Croix de guerre 1914-1918, la Médaille militaire, la Croix du combattant, la Médaille de Verdun, l’insigne des blessés. Il devient alors boxeur professionnel totalisant plus de 20 victoires, puis sera l’entraîneur de Marcel Cerdan. Il finit ses jours en France après son rapatriement d’Algérie en 1962.

AS SALMAN : aérodrome militaire d’Irak pris sans combat par la Légion –éléments du 2ème REI, du 1er REC, du 2ème REP et du 6ème REG- le 25 Février 1991 pendant la guerre du Golfe.

AUBAGNE : ville des Bouches du Rhône dans la banlieue de Marseille ; depuis le départ de la Légion d’Algérie, elle a remplacé Sidi Bel Abbés et abrite le 1er Régiment Etranger, le Groupement de la Légion Etrangère, le monument aux morts, le musée et la musique principale de la Légion.

AUBERIVE : localité de la Somme et victoire le 17 Avril 1917 du RMLE après trois jours de combats dans les tranchées face à une forte résistance allemande ; le régiment y perd des centaines d’hommes, dont le lieutenant/colonel Duriez et le capitaine de Lanurien. Il a conquis 7 kilomètres de tranchées avant d’être relevé et cité à l’ordre de l’armée.



avatar
commandoair40
Admin
Admin

Localisation : Marais Poitevin .
Messages : 1542
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 72

Revenir en haut Aller en bas


Re: Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Message par commandoair40 le Mar 21 Aoû - 10:41

Mardi 21 Aout 2012 : W ; X ; Y ; Z .

-W

WAGNER (Otto): légionnaire tchèque né à Prague en 1902 ; entré à Saint Cyr comme élève-officier étranger, il est capitaine de l’Armée tchécoslovaque en 1940, et participe à la campagne de France avec le contingent de son pays. Croix de guerre 1939-45, il intègre ensuite la 13ème DBLE en 1941 comme capitaine, campagnes de Syrie, Lybie, Bir Hakeim, El Alamein, blessé en 1942. Participe ensuite à la campagne de la Libération, puis rentre dans son pays. Compagnon de la Libération, médaille coloniale, Croix de guerre avec 2 citations. Colonel tchécoslovaque il est limogé par les communistes en 1951. Décédé en 1974, ses cendres ont été placées selon ses volontés dans le cimetière de la Légion étrangère d’Aubagne.

WAGRAM: bataille en Champagne du 25 au 28 Septembre 1918 ; le 2ème régiment de marche du 2ème RE rétablit la situation, mais a 10 et 310 mis hors de combat.

WALEWSKI (Alexandre): fils naturel de Napoléon Ier né à Walewice (Pologne), 1810-1868. Comte d’Empire, hostile aux Russes, il combat en 1831 pour l’indépendance de la Pologne. Naturalisé français, officier d’ordonnance du maréchal Gérard, il sert comme capitaine à la Légion en Afrique. Il passe ensuite dans la « régulière », puis quitte l’Armée en 1837. Il mènera alors une carrière de journaliste et d’homme politique.

WALLISCH (Johann): sous-officier autrichien né à Vienne engagé dans la Légion en 1946, un de ses « maréchaux » ; 3 séjours en Indochine, blessé, prisonnier à Dien Ben Phu, participe ensuite au débarquement de Suez, et au conflit algérien. Retraité en 1962, il a été cité 8 fois dont 2 fois à l’ordre de l’Armée ; Légion d’Honneur, Médaille militaire, Croix de guerre des TOE, Croix de la Valeur militaire, Croix du Combattant, Médaille coloniale, commémorations d’Indochine, du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord, Médaille des blessés.

WALZACK (Janek dit Jean) : boxeur professionnel né à Nœud les Mines (Pas de Calais) en 1922 dans une famille nombreuse d’origine polonaise. D’abord mineur de fond, il devint boxeur, fut champion de France welter en 1948, et remporta 44 victoires. Il s’engagea au RMLE en 1944 pour la durée de la guerre.

WEIL (Heinz): avocat allemand né dans une famille de magistrats juifs ; engagé dans la Légion en 1938, rengagé en 1943, il participe avec la 13ème DBLE, aux campagnes de Tripolitaine, d’Italie, et de France. Libéré en 1951, il est passé du rang de sergent/chef à celui de lieutenant à titre étranger, titulaire de la Médaille militaire. Devenu haut magistrat en Allemagne, il publie ses souvenirs de guerre dans « Contre moi de la tyrannie ».

WELLMAN (William): cinéaste américain né à Brookline (Massachusetts) en 1896, réalisateur d’une quarantaine de films (dont « Une étoile est née », « L’étrange incident ») et qui reçut le premier Oscar. Engagé dans la Légion en 1917, il servit ensuite comme ambulancier, puis aviateur. Croix de guerre 1914-18 avec 2 palmes.

WEINBERGER (Eric): légionnaire né en Hongrie dans une famille juive, 1924-1992 ; déporté à Auschwitz par les nazis, rescapé, il s’engage dans la Légion en 1945. Campagne d’Indochine de 1946 à 1948, présenté au concours de l’Ecole interarmes dont il sort major. 2ème séjour en Indochine avec le 2ème REI, prisonnier à Dien Ben Phu, libéré. Il sert ensuite au Maroc puis à Madagascar. Naturalisé français, il quitte la Légion en 1959 pour la « régulière » et le service actif en 1973. Il a atteint le grade de colonel, Officier de la Légion d’Honneur, 4 fois cité, Croix de guerre des TOE, Médaille coloniale, commémoratives d’Extrême-Orient et d’AFN, Croix du Combattant.

WORDEN (James): légionnaire américain né à Philadelphie en 1912. Ambulancier volontaire dans l’Armée française en 1940, engagé dans les FFL en 1941, il est affecté à la 13ème DBLE ; campagne de Lybie, Bir Hakeim, Tunisie, campagne d’Italie, 2 citations. Débarquement de Provence, sous-lieutenant des services sanitaires du 2ème bataillon de Légion Etrangère, libéré en 1945. Croix de la Libération, Croix de guerre 1939-45, Croix du Combattant volontaire.


-X

XOM PHEO: poste sur la RC 6 en Indochine, où le 30 Décembre 1951 le 2ème bataillon de la « 13 » défendit victorieusement la place, obtenant une citation à l’ordre de l’Armée, avec attribution de la Croix de guerre des TOE.

-Y

YANG DANG KOUM: localité du Cambodge ; le 16 Janvier 1941 une section du 3ème bataillon du 5ème REI affronta un bataillon thaïlandais appuyé de chars. Les légionnaires durent abandonner la place après avoir perdu une dizaines d’hommes dont deux officiers.
YONG MAN KWON : légionnaire né en Corée du Sud en 1972, naturalisé français ; professeur de dessin il s’engage dans la Légion en 1999, travaillant pour le magazine « Képi Blanc ». Nommé caporal/chef en 2003, il sera en 2005 peintre aux Armées et remportera de nombreux prix.
YSQUIERDO (Antonio) : légionnaire espagnol né à Fuente Alano en 1924, engagé dans la Légion en 1942 ; campagne de Tunisie, nommé sergent en 1945, libération de l’Alsace, effectue ensuite 3 séjours en Indochine. Sous-lieutenant en 1948, parachuté sur Dien Ben Phu en 1954, fait prisonnier. Libéré, campagne d’Egypte en 1956, nommé capitaine en 1957, participe au conflit algérien jusqu’en 1961, où il quitte le service. Officier de la Légion d’Honneur, Croix de guerre 1939-45, Croix de guerre des TOE, Croix du Combattant, commémoratives d’Indochine et d’Algérie, 14 citations dont 5 à l’ordre de l’Armée.

-Z

ZAATCHA : localité du Sud de l’Algérie ; le 2ème RE l’assiégea 6 semaines avant de conquérir la place le 26 octobre 1849. Elle était le fief de Bou Zian, qui sera fusillé aussitôt pour avoir assassiné des dizaines de soldats français blessés.
ZADKINE (Ossip): sculpteur biélorusse né à Vitebsk, 1890-1967, naturalisé français. Après avoir étudié la sculpture à Londres et à Paris, il s’y fixe. Engagé au RMLE en 1916, blessé, hospitalisé, il est démobilisé en 1917. Exposant dans le monde entier, trois musées lui sont consacrées à Paris, Rotterdam, et Amsterdam.
ZIGRAND (Arsène) : « maréchal » belge de la Légion né à Martelaye en 1914 ; engagé dans la Légion en 1935, il sert en AFN, puis participe à la campagne de France en 1940. Prisonnier, évadé, rejoint la Légion en Tunisie comme sergent au 3ème REI. Prisonnier, interné en Italie, il s’évade à nouveau. Campagne de France avec la 13ème DBLE, obtient 2 citations. Nommé sergent/chef en 1945, adjudant en 1946. 1er séjour en Indochine en 1948, 2ème séjour avec le 3ème REI. Adjudant/chef, cité à nouveau, naturalisé français. Retraité en 1951 ; Légion d’Honneur, Médaille militaire, Croix de guerre 1939-45, Croix de guerre des TOE, Insigne des blessés, Médaille des évadés, commémorative d’Extrême-Orient.
ZIMMERMANN (Heinz) : légionnaire allemand, dernier légionnaire tué en Algérie ; son corps a été ramené et enterré à Aubagne auprès du général Rollet et du prince Aage de Danemark.
ZNATCHOVSKY (Igor) : officier russe réfugié en France servant comme capitaine au 22ème RMVE en 1940 où il combat dans la Somme jusqu’à la dissolution du régiment en Juillet. Il entrera alors dans les ordres, finissant prieur de la basilique orthodoxe de Bari (Italie), jusqu’à sa mort en 1980.
ZOLA (Francesco): légionnaire italien né à Venise, 1795-1847. Il est successivement sous-lieutenant en Italie dans l’Armée française d’Eugène de Beauharnais et sert ensuite l’Autriche de 1815 à 1821, tout en obtenant son diplôme d’ingénieur en 1818. Carbonaro, il se réfugie en France en 1830 et s’engage dans la Légion comme sous-lieutenant. Campagne d’Algérie, puis quitte l’Armée en 1833 comme capitaine et s’installe ingénieur à Marseille. Il est le père d’Emile Zola.
ZUBIRI : ville d’Espagne ; le 4 Juillet 1836 les 1er et 2ème bataillons de Légion y combattent pendant 18 heures les Carlistes, qui laisseront plus de 1 000 morts ou disparus sur le terrain.



BIBLIOGRAPHIE

John Robert Young-Erwan Bergot: La Légion étrangère, Robert Laffont
Janos Kemencei : Légionnaire, en avant ! J. Gaucher
Chants et marches de la Légion étrangère, Képi Blanc
Pierre Sergent : Camerone, Fayard
La Légion étrangère, Del Prado
Numéro spécial La légion étrangère, Revue Historique des Armées
Bernard Ouris : l’aventure légionnaire, France-Empire
Alain Gandy : Royal Etranger, France Loisirs
Pierre Sergent : 2ème REP, Presses de la Cité
Historia : 150ème anniversaire de la Légion Etrangère, N° 414 bis
Historama : Spécial Hors série N° 3, la Légion
Georges Blond : Histoire de la Légion étrangère, France Loisirs
Erwan Bergot : 2ème classe à Dien Ben Phu, Presses Pocket
Paul Bonnecarrère : Par le sang versé, Livre de poche
Pierre Sergent : Les maréchaux de la Légion, Fayard
Daniel Berger-Christian Portal : mission profonde en Guyane avec la Légion étrangère, J. Gaucher
Pierre Sergent : je ne regrette rien, Fayard
Erwan Bergot : La Légion, Ex-Libris
Médecin-commandant Grauwin : j’étais médecin à Dien Ben Phu, France-empire
Pierre Sergent : la légion saute sur Kolwezi, France-Loisirs
Képi Blanc, revue de la Légion étrangère de 1982 à ce jour .
VSD N° 650 de 1990 : La Légion
AMI : N° 8 Avril 1980 : la Légion en Extrême-Orient
AMI : N° 19 Avril 1981 : 1831-1981 : la Légion
GMPA Prévoyance, N° 165, 3ème trimestre 2004

Un grand merci a Lionel HERBERT : www.lionelherbert.fr










Nous voici a la fin du Dico ,

Je vous souhaite une bonne lecture , chaques lettres , vous ammenera a de beaux voyages dans le temps de notre belle Légion .

Paramicalement .

Commandoair40 .









commandoair40
Admin
Admin

Messages : 1542
Date d'inscription : 08/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Message par ROBERT le Mer 22 Aoû - 8:02

Belle et courageuse initiative qui demande du travail. Peut être pourrait on ajouter dans la rubrique B le nom de BEVALOT Jacques puisque le combat de PHU TONG HOA est évoqué ainsi que les noms des officiers tués dans le poste. Le sous lieutenant BEVALOT était le seul officier survivant. Il finira sa carrière comme lieutenant colonel après avoir servi uniquement la Légion. Il a été le patron de la compagnie de pionniers à AUBAGNE. Il est titulaire de cinq citations et attends à 91 ans sa cravate de commandeur.

ROBERT

Messages : 88
Date d'inscription : 20/07/2010

http://aalefc.nipox.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Message par chartier gerald le Mer 22 Aoû - 9:27

bonjour
un travail titanesque bravo
merci de nous faire decouvrir tout ceci
cord
gerald

chartier gerald

Messages : 46
Date d'inscription : 21/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Message par commandoair40 le Mer 22 Aoû - 10:08

ROBERT a écrit:Belle et courageuse initiative qui demande du travail. Peut être pourrait on ajouter dans la rubrique B le nom de BEVALOT Jacques puisque le combat de PHU TONG HOA est évoqué ainsi que les noms des officiers tués dans le poste. Le sous lieutenant BEVALOT était le seul officier survivant. Il finira sa carrière comme lieutenant colonel après avoir servi uniquement la Légion. Il a été le patron de la compagnie de pionniers à AUBAGNE. Il est titulaire de cinq citations et attends à 91 ans sa cravate de commandeur.

Merci a tous ,

Je suis très touché !!!!

Robert , je vais faire ta rectification dans la journée !!!! Merci pour ton aide .


Dernière édition par commandoair40 le Mer 22 Aoû - 16:02, édité 1 fois

commandoair40
Admin
Admin

Messages : 1542
Date d'inscription : 08/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Message par Invité le Mer 22 Aoû - 15:34

bonjour et mérci de ses renseignements

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Message par commandoair40 le Mar 4 Sep - 9:07

Aux INVITES et aux MEMBRES

Il me semble , qu'il manque certainement des noms de personnages et des faits d'armes de la Légion , étant Commando de l'air , je ne sais pas tout ; aussi vous pouvez me contacter par mail ou en Mp , si vous pensez qu'il y a des choses a rajouter , je le ferai avec le plus grand plaisir , afin d'amener a tout le monde , un maximum de renseignements sur notre belle Légion .

Aidez moi , participez a la vie de ce Forum .

Merci d'avance ,

Commandoair40 .

commandoair40
Admin
Admin

Messages : 1542
Date d'inscription : 08/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Message par Invité le Mer 5 Sep - 6:17

bonjour et mérci de ses renseignements

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Message par Bushman le Mer 5 Sep - 6:39

Bravo JP tu a fait un boulot tityanesque.

merci pour nous tous

Bushman

Messages : 755
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Message par commandoair40 le Mer 5 Sep - 9:11

Merci a vous , mes AMIS Légio , de me considérer comme un des votres !!!!!!

Des modif , je vous tiens au courant .

Encore Merci .

Le prochain dico , sera celui de mes Cousines , nièces amies etc etc ..........


commandoair40
Admin
Admin

Messages : 1542
Date d'inscription : 08/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Message par Bushman le Mer 5 Sep - 9:27

Surtout n'oublie pas tonton et tata
avatar
Bushman

Messages : 755
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Message par commandoair40 le Mer 5 Sep - 9:30

A la demande de Christian CLAISE , je viens de rajouter , a la lettre G : GOLE .

Merci Christian, c'est TOP

Grâce a vous , nous allons pouvoir faire un super boulot de Mémoire .

Merci a tous .
avatar
commandoair40
Admin
Admin

Localisation : Marais Poitevin .
Messages : 1542
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 72

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Message par commandoair40 le Mer 5 Sep - 9:32

Bushman a écrit:Surtout n'oublie pas tonton et tata

Et toi ???? je pense que tu y a ta place mon AMI !!!!!!

Bises de TATA & TONTON . et prends soins de toi mon Ami .
avatar
commandoair40
Admin
Admin

Localisation : Marais Poitevin .
Messages : 1542
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 72

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Message par Invité le Mer 5 Sep - 11:37

commandoair40 a écrit:A la demande de Christian CLAISE , je viens de rajouter , a la lettre G : GOLE .

Merci Christian, c'est TOP

Grâce a vous , nous allons pouvoir faire un super boulot de Mémoire .

Merci a tous .

Et le GILE ? Je l'ai rajouté

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Message par commandoair40 le Mer 5 Sep - 14:55

Merci mon "SEIGNEUR" !!!!!!!!

Comme il est doux de voir un Légionnaire , bosser pour un CPA :

L'esprit d'équipe : Re merci mon Christian .

avatar
commandoair40
Admin
Admin

Localisation : Marais Poitevin .
Messages : 1542
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 72

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dictionnaire de la LEGION ETRANGERE .

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum