Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Avis aux Visiteurs .
Ven 31 Mar - 9:55 par commandoair40

» 1 septembre 2015
Mar 1 Sep - 18:39 par olivier

» Visiteurs sur le forum 2014
Mar 1 Sep - 18:34 par olivier

»  Janvier 1885 - La Légion étrangère à Tuyen Quang au Tonkin.
Sam 18 Jan - 8:07 par ROBERT

» loto et bourse aux armes
Lun 13 Jan - 11:13 par Invité

» Dimanche 12 Janvier 2014
Dim 12 Jan - 12:17 par Invité

» Samedi 11Janvier 2014
Sam 11 Jan - 18:19 par Gibert j

» Le mémorial du 2°REI
Sam 11 Jan - 12:09 par Gibert j

» vendredi 10 janvier 2014
Ven 10 Jan - 20:38 par Gibert j

» Commandant Dupin
Jeu 9 Jan - 20:39 par Gibert j

» Jeudi 9 janvier 2014
Jeu 9 Jan - 20:34 par Gibert j

» Mercredi 8 Janvier 2014
Mer 8 Jan - 21:54 par Gibert j

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
musique Légion
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!pagerank
Tchat Blablaland

Chronologie sur la Légion étrangère de 1831 à presque nos jours .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chronologie sur la Légion étrangère de 1831 à presque nos jours .

Message par commandoair40 le Dim 30 Déc - 16:44

Chronologie sur la Légion étrangère de 1831 à presque nos jours.

9 mars 1831 :

La loi créant la Légion étrangère est votée. L'ordonnance portant création de la Légion est signée le 10 mars 1831 par le roi Louis-Philippe.

1831 - 1857 :

Pacification de l'Algérie. La Légion y est présente avec l'Ancienne Légion (1831 - 1833), la Nouvelle Légion (1835 - 1837), le 1er Régiment de Légion (1837 - 1855), le 2ème Régiment de Légion (1837 - 1855), le 2ème Légion étrangère (1855 - 1859). La Légion y perdra 844 hommes.

1832 :

7 bataillons sont constitués :
- 1er bataillon : suisses et anciens de Hohenlohe
- 2ème et 3ème bataillons : suisses et allemands
- 4ème bataillon : espagnols
- 5ème bataillon sardes et italiens
- 6ème bataillon : balges et hollandais
- 7ème bataillon : polonais.

Août 1834 :

Le premier drapeau de la Légion étrangère arrive en Algérie dans les mains du colonel Combes, remis à Marseille par le Duc d'Orléans, fils aîné du roi. Il porte l'inscription : "Le Roi des français à la Légion étrangère". Apparaîtra ensuite la première devise de la Légion : "Valeur et discipline". Elle sera remplacée en 1920 par : "Honneur et fidélité" qui était la devise du régiment suisse Diesbach licencié en 1792.

1835 :

Le 28 juin 1835, Londres, Paris et Lisbonne signent avec l'ambassadeur d'Espagne une convention pour un soutien militaire. La Légion étrangère est, malgré elle, cédée et envoyée en Espagne.
Le 8 décembre 1938 est signé l'ordre de licenciement libérant la Légion étrangère de tout engagement envers l'Espagne. Sur 6000 légionnaires cédés, ne reviennent que 63 officiers et 159 hommes de troupe.
De 1835 à 1839, la Légion cédée à l'Espagne perdra 1103 hommes.

16 décembre 1835 :

Regrettant son geste, le gouvernement décide la création d'une nouvelle Légion étrangère.
Pour faire suite à l'ordonnance du 30 décembre 1840, la Légion est formée, à compter du 1er avril 1841, de deux régiments :
1er régiment de la Légion étrangère
2ème Régiment de la Légion étrangère


Vers 1840 :

La première devise inscrite sur les drapeaux, "Honneur et Patrie" (celle de toutes les unités du régime général), est remplacée par la première devise de la Légion étrangère, "Valeur et Discipline".

1843 :

Création d'un poste à Sidi-Bel-Abbès.

Avril 1844 :

Le 2ème Régiment obtient un drapeau suite à sa belle campagne dans l'Aurès et à sa conduite à M'Chounech (mars 1844). L'assaut contre M'Chounech était commandé par le Duc d'Aumale, fils du roi Louis-Philippe. C'est sur sa demande, en récompense de la bravoure des légionnaires, que le drapeau fut attribué.

10 mai 1852 :

Les 1er et 2ème étranger reçoivent les aigles du nouveau régime.

27 mars 1854 :

La France et l'Angleterre déclarent la Guerre à la Russie. Un corps expéditionnaire est envoyé : les 1er et 2ème régiment de la Légion étrangère en font partie et débarquent en Crimée en novembre 1854.

2 mai 1855 :

Mort du colonel VIENOT devant Sébastopole. Il donnera son nom au quartier de Sidi-Bel-Abbès puis d'Aubagne après 1962.

8 septembre 1855 :

L'assaut est lancé contre une redoute (tour Malakoff) de Sébastopole. La Légion est de l'assaut. Après la victoire, Mac-Mahon lancera son : "J'y suis, j'y reste".

De 1854 à 1856, pendant la campagne de Crimée, la Légion perdra 444 hommes.


2 août 1856 :

Les 1er et 2ème Régiment de la Légion étrangère sont dissous. Deux autres unités sont constituées :
1er Régiment étranger
2ème Régiment étranger.
Le 1er R.E. est constitué en France, au camp de Sathonay, essentiellement par des suisses (volonté de Napoléon III) et le 2ème R.E. est constitué en Algérie, à Sidi-Bel-Abbès, par les deux anciens régiments.
Le 1er R.E., en mémoire d'un ancien régiment suisse, est drapé de vert, képi rouge ceinturé vert. Le vert et le rouge commencent à prendre place.

Avril 1859 :

Pour tenir ses engagements envers l'Italie, l'empereur Napoléon III envoie des troupes en Italie. Les 1er et 2ème Régiment de la Légion étrangère font partie de l'expédition.

4 juin 1859 :

Bataille de Magenta. Avant celle-ci, Mac-Mahon dira : " La Légion est à Magenta, l'affaire est dans le sac !".
Les 11 et 12 juillet 1859, Napoléon III obtient la Savoie et Nice, en compensation de son intervention.

24 juin 1859 :

Bataille de Solferino.
La Légion aura laissé 143 hommes dans cette campagne en Italie.

14 août 1859 :

Premier défilé de la Légion à Paris.
Il existe déjà un air "de la Légion", hérité du régiment de Hoenlohe. L'adaptation de cet air est faite par le colonel Nicolas WILHELM et donnera ainsi naissance au futur "BOUDIN". Les paroles n'arriveront qu'en 1880 et 1884.

1863 - 1867 :

Le conflit du Mexique, engagé début 1862, prend de l'importance. La Légion aspire à y participer. Des officiers subalternes adressent une pétition à Napoléon III, écrivant : "Sire, nous vous demandons d'envoyer la Légion au Mexique." L'appel est entendu, bien que sanctionné par des jours d'arrêt pour la pétition … non réglementaire.

30 avril 1863 :

Combat de Camerone.
La Légion étrangère a perdu 468 hommes au Mexique.


1863 :

Napoléon III crée la Médaille du Mexique. La médaille est d'argent avec le profil de Napoléon III. Le ruban est blanc, avec deux raies en sautoir (une verte et une rouge) sur lesquelles se tient l'aigle mexicain noire tenant dans son bec et ses serres un serpent vert. Ce dessin sera repris pour créer l'insigne du 1er Régiment étranger.

1870 - 1871 :

Conflit franco-allemand, sur le sol français qui lui était interdit à l'origine, la Légion perd 930 hommes.

1871 :

Avril / mai, combats devant et dans Paris contre la Commune.

1882 - 1907 :

La Légion dans le sud oranais. La Légion est présente au travers des 1er et 2ème Régiment étranger et des compagnies montées. La Légion y perdra 655 hommes.

1883 - 1914 :

Pacification de l'Indochine. La Légion perdra en tout 1910 hommes.

23 novembre 1884 :

Début du siège de Tuyen-Quang qui durera jusqu'au 3 mars 1885.

1885 :

Combat de Formose. La Légion envoie un détachement (4ème bataillon). La Légion y perdra 33 hommes.

1er janvier 1885 :

Suite à un décret du 14 décembre 1884, création des 1er et 2ème Régiment étranger respectivement à Sidi-Bel-Abbès et Saïda. Le 1er R.E. absorbant les 1er et 2ème bataillon et le 2ème R.E. les 3ème et 4ème bataillon.

3 février 1885 : (retour Indochine)

Lors du siège de Tuyen Quang, les tranchées des pavillons noirs sont si proche que des légionnaires subtilisent un drapeau avec un nœud coulant accroché à une perche. Le capitaine de Borelli en fît don au Musée des souvenirs de Bel-Abbès, précisant : "ce trophée ne devra jamais quitter Bel-Abbès. Si la Légion en part définitivement, il faudra le brûler." Ce sera chose faite en 1962.

1892 :

La Légion au Dahomey. La Légion y perdra 37 hommes.


1893 - 1894 :

La Légion au Soudan. La Légion y perdra 2 hommes.

1893 - 1902 :

La Légion à Madagascar. La Légion y perdra 260 hommes.

2 septembre 1903 :

Combat de El Moungar dans le Sud-Oranais.

19 février 1906 :

Le 1er Etranger est décoré de la Légion d'Honneur..

1907 - 1914 :

La Légion au Maroc. Présente avec le 2ème Régiment étranger, la Légion y perdra 325 hommes.

1907 :

La tenue de combat de la Légion est devenue kaki, de même que le couvre képi. Ce dernier tourne au blanc sous le soleil et sous les lavages fréquents.

1914 - 1918 :

La Légion participe à la Grande Guerre. Elle y envoie 4 bataillons puis, le 11 novembre 1915, le R.M.L.E. est créé. La Légion perdra 5931 hommes.

1914 - 1918 - 1934 :

La Légion au Maroc. Présente avec les 2ème R.E.I., 3ème R.E.I., 4ème R.E.I. et ses compagnies montées, la Légion y perdra 1496 hommes.

1914 - 1933 :

La Légion au Tonkin. La Légion aligne 4 bataillons formant corps, puis crée le 5ème R.E.I. en 1930 à Vietri au Tonkin. Elle y perdra 55 hommes.

1914 :

Des Régiments de Marche de la Légion étrangère (1er, 2ème, …) sont formés avec tous les volontaires, engagés pour la durée de la guerre. Cette arrivée d'un grand nombre de volontaires posera de gros problèmes d'incorporation, d'entente, …



1915 :

Le képi, les épaulettes et la ceinture bleue disparaissent de l'uniforme.

11 novembre 1915 :

Tous les légionnaires présents sur le sol métropolitain sont regroupés dans le Régiment de Marche de la Légion Etrangère (R.M.L.E.), mélangeant ainsi les nationalités comme il est normalement de coutume à la Légion.

30 Mai 1917 :

Le lieutenant-colonel ROLLET arrive à la tête du R.M.L.E.

14 Juillet 1917 :

Alors au front, une compagnie du R.M.L.E. reçoit pour le régiment, la fourragère dela Médaille Militaire. Cette compagnie est commandé par le CNE MAIRE.

14 septembre 1918 :

Le R.M.L.E. est lancé en offensive contre les Allemands (percée de la ligne Hindenburg). Le R.M.L.E. recevra une fourragère triple créée pour lui et combinant les couleurs de la Légion d'Honneur et de la Croix de Guerre et de la Médaille Militaire. Ce jour (le 14/09) deviendra une fête pour le 3ème R.E.I. (fête de la fourragère).

Retour aux fêtes de la Légion => Fermez la fenêtre ...

25 octobre 1918 :

Les légionnaires du R.M.L.E. portent la fourragère double Croix de Guerre et Légion d'Honneur.

19 juillet 1919 :

Le drapeau du R.M.L.E. est décoré de la Médaille Militaire.

L'après 14/18 :

La Grande Guerre marquera un tournant dans l'histoire de la Légion. La vieille Légion est morte dans les tranchées. Pour pérenniser son avenir, malgré le prestige immense dû aux succès du R.M.L.E., une réorganisation s'avère nécessaire.
En 1919, Mordacq propose de créer une division de Légion. Cette proposition est unanimement rejetée au parlement et dans l'armée.
Des décrets de 1920 organisent au sein de la Légion des régiments de cavalerie et d'artillerie, marquant ainsi la fin d'une Légion purement d'infanterie.
Dans la réorganisation, le 1er R.E., dont le quartier reste Sidi-Bel-Abbès, devient un centre administratif et un camp de formation de base. Le 2ème R.E. quitte Saïda pour Meknès.
Entre 1920 et 1922, 4 compagnies de génie sont organisées.

L'entre deux guerres :

La devise de la Légion, LEGIO PATRIA NOSTRA , se forge entre les deux guerres.

1920 :

Dans le but de recréer une cohésion forte et des liens avec le "vieille" Légion, le général Rollet veut, entre autre, instaurer des traditions "anciennes".
Cette année, le 20 novembre 1920, la devise initiale de la Légion ,"Valeur et Discipline", est remplacée par "Honneur et Fidélité", devise du régiment de Diesbach sous l'ancien régime qui était reprise comme un symbole de la pérennité de la tradition des troupes étrangères au service de la France.

1920 - 1927 :

La Légion en Syrie avec le 1er R.E.C. et le 5/4ème étranger. La Légion y perdra 45 hommes.

11 novembre 1920 :

Le R.M.L.E. devient 3ème R.E.I. et s'installe à Fez.


17 Décembre 1920 :

Le 4ème R.E.I. est créé à Meknès avant de s'installer à Marakech.

2 février 1921 :

Création de la compagnie de Sapeurs Pionniers au sein du 3ème R.E.I., suite à une volonté de Lyautey. Elle est alors aux ordres du CNE Tscharner

8 Mars 1921 :

Création du 1er R.E.C., formé à Saïda, il s'installe ensuite à Sousse en Tunisie.

1922 :

Le képi réapparaît au Maroc après distribution d'un surplus. Les légionnaires s'empressent de les blanchir pour se conformer à l'image de la Légion d'avant guerre.

20 juin 1922 :

Officialisation de la création du 1er Régiment étranger de Cavalerie (1er R.E.C.), formé à Saïda en 1921 et installé ensuite à Sousse (Tunisie).

10 septembre 1925 :

Le 4ème escadron du 1er R.E.C. (& le 8ème bat. du 1er R.E.) se distingue lors du combat de Mousseifre.

19 novembre 1925 :

Le 4ème escadron du 1er R.E.C. (et toute une colonne de 350 cavaliers) résiste lors su siège de Rachaya jusqu'à l'arrivée de spahis le 24 novembre, sauvant ainsi le Liban de l'invasion Druze.

18 juin 1926 :

Après plusieurs lettres au ministère de la guerre, le général Rollet obtient gain de cause. La Légion étrangère devient le seul corps de l'armée autorisé à porter le képi … rouge et non blanc (comme voulu par les légionnaires).
La question de la teinte n'est finalement résolue que lorsque la Légion défile triomphalement en képi blanc sur les Champs Elysées le 14 juillet 1939. Ce sera sa consécration.

1er septembre 1930 :

Les bataillons stationnés au Tonkin sont regroupés pour former le 5ème R.E.I. à Vietri.

1930 :

Le général Rollet gagne son combat et obtient que le képi, les épaulettes rouge et vert et la ceinture bleue réapparaissent … à temps pour le centenaire de la Légion en 1931.
Pour lien historique formel entre la "vieille" et la "nouvelle" Légion, Rollet choisit la commémoration, le 30 avril, du combat de Camerone, symbole plus dramatique et modèle de conduite, préféré au 10 mars, date de la création de la Légion.


1931 :

L'anonymat est officialisé par le général Rollet par une directive qui recommandait aux chefs de compagnie de s'enquérir auprès du légionnaire si, en cas d'enquête, il souhaitait que sa présence soit divulguée.

30 avril 1931 :

Première commémoration officielle de Camerone. D'autres commémorations ont eu déjà lieu dans le passé sur l'initiative de petits groupe. Pourtant, l'une d'entre elles eut lieu à Sidi-Bel-Abbès en 1906, au 1er R.E. : le régiment fut décoré cette année de la Légion d'honneur sur décision ministérielle du 19 février et la cérémonie se déroula le 28 avril.
Inauguration du Monument au morts et de la Voie Sacrée de Sidi-Bel-Abbès en présence de nombreuses personnalités. La Voie Sacrée était le nom donné en 1916 à la route de Bar-le-Duc à Verdun par Rosne et Souilly, seule voie de ravitaillement.
Pour l'occasion, le général Rollet réinvente une tradition disparue depuis 1870 : il fait défiler en tête les sapeurs barbus avec tablier de cuir et hache sur l'épaule, ouvrant ainsi la route. Rollet le fait en souvenir des sapeurs inventés par Bernelle en Espagne mais aussi des barbes populaires dans la "Vieille" Légion.
La musique joue une version officielle du Boudin.

1939 - 1945 :

Deuxième guerre mondiale. Création pour l'occasion des 11ème, 12ème Régiment de Marche de Volontaires étrangers et de la 13ème D.B.L.E. Le R.M.L.E. sera aussi recréé par la suite. La Légion y laissera 9017 morts.

1939/40 :

Pour éviter les problèmes d'incorporation dans la Légion étrangère d'un grand nombre de volontaires étrangers (comme ceux rencontrés en 1914), ces derniers sont regroupés dans des Régiments de Marche de Volontaires Etrangers (R.M.V.E.) dont les numéros sont supérieurs à 20 pour les distinguer de la Légion (21ème, 22ème, 23ème R.M.V.E.).
L'encadrement est en partie fourni tout de même par la Légion et ses réservistes. La musique du 21ème R.M.V.E. porte les couleurs de la Légion et ce régiment célébrera Camerone en 1940.
Les vétérans des R.M.V.E. ont depuis été reconnus comme de véritables légionnaires.

1er juillet 1939 :

Création du 2ème R.E.C.

Août 1939 :

Création du 11ème R.E.I. à Sidi-Bel-Abbès. Il sera transféré à Valbonne en novembre/décembre 1939. Son premier chef fut le colonel Maire. Ensuite il fut commandé par le colonel Robert. Son drapeau lui fut remis le 30 avril 1940 à Boulay.

1er octobre 1939 :

Les bataillons stationnés en Syrie donnent naissance au 6ème R.E.I. à Homs.

29 janvier 1940 :

Mort , à Taza, du chef de bataillon Aage, Prince de Danemark.


Février 1940 :

Création du 12ème R.E. pour combattre en France.
Le 97ème G.R.D.I. (Groupement de Reconnaissance de Division d'Infanterie) est créé à partir des deux R.E.C. pour être engagé en France. Le GRD97 finira la guerre dans la 7ème D.I.N.A. (Division d'Infanterie nord-africaine).

27 mars 1940 :

Création de 13ème demi-brigade de la Légion étrangère ( 13ème D.B.L.E. ) pour combattre en Norvège (initialement prévue pour la Finlande). Elle est sous les ordres du LCL MAGIN-VERNEREY (futur Général MONCLAR).

16 avril 1941 :

Mort du général ROLLET, "Père" de la Légion étrangère.

Juin et juillet 1941 :

Combats fratricides en Syrie entre le 6ème R.E.I. et la 13ème D.B.L.E. (incorporée dans l'armée anglo-gaulliste). Après le cessez-le-feu, chacun devra choisir son camp : FFL ou la fidélité au gouvernement légal de Vichy. La cérémonie du choix a lieu le 14 août 1941.
24 octobre 1942 :

Mort du lieutenant-colonel AMILAKVARI.

19 janvier 1943 :

Le 3ème R.E.I. subit une très lourde attaque allemande autour de Tunis. La Légion subit beaucoup de pertes et est obligée de se replier après être passée à travers les lignes allemandes qu'elle a "percé" par de sauvages coups de butoir. Le 3ème R.E.I. y a perdu son drapeau, le plus décoré de la Légion. Celui-ci étant resté dans le PC du régiment, personne ne sachant qu'il s'y trouvait. Il sera retrouvé par deux français de Tunisie dans une voiture allemande dans un garage de Tunis et rendu à la Légion. Ces deux français reçurent la croix de guerre avec palme.

1943 :

Deux régiments sont constitués pour combattre l'Allemagne, avec l'apport des rescapés de Tunisie et de nouvelles recrues :
- le R.M.L.E. est ressuscité. Formé de trois bataillons, il sera l'héritier du 3ème R.E.I. et, surtout, du R.M.L.E. de la Grande Guerre. Le colonel TRITSCHLER en prend le commandement le 20 octobre 1943,
- le 1er R.E.C. avec cinq escadrons dont le commandement est confié au colonel MIQUEL le 15 septembre 1943.

1945 :

Une section de légionnaires parachutistes est créée, son moniteur est l'ADJ PYL. C'était une section du 5ème R.E.I. Elle n'eut jamais l'occasion de sauter, la fin de la guerre arrivant avant. 9 avril 1945 :

Le 9 avril 1945 à Nice, la Général de Gaulle remet la Croix de la Libération au drapeau de la "13" au cours d'une prise d'arme.

6 mai 1946 :

Le 6 mai 1946, le président américain TRUMAN décore la RMLE (3ème R.E.I.) de la Distinguished Unit Citation.
Son drapeau porte la flamme bleue avec ces mots inscrits :"Rhine - Bavarian Alps. Les légionnaires portent sur l'uniforme, du côté droit, la décoration correspondante (une barette rectangle doré bleue au centre).

1946 - 1954 :

Guerre d'Indochine. Les régiments présents sont les suivants : 2ème R.E.I., 3ème R.E.I., 5ème R.E.I., 13ème D.B.L.E., 1er R.E.C., 1er B.E.P. et 2ème B.E.P. La Légion y laisse 10483 morts ( 309 officiers, 1082 sous-officiers et 9092 légionnaires).

1er novembre 1946 :

Le 5ème R.E.I. est dissous à Saïgon après un périple l'ayant emmené jusqu'en Chine. Il avait regagné le Tonkin le 5 février 1946.


30 avril 1947 :

Le premier journal Képi Blanc sort des presses.

1947 - 1951 :

La Légion à Madagascar avec le 1er étranger. La Légion y perdra 5 hommes.

7 octobre 1947 :

Les parachutistes sautent sur Bac Can où les Viêt Minh sont regroupés. L'opération aéroportée réussie incite la France à développer ce type d'unités. La Légion n'est pas en reste quand on fait appel à des volontaires, en avril 1948, pour créer une unité parachutiste. Le 1er B.E.P. (bataillon étranger parachutiste) est créé en 1948 en Algérie et débarquera en Indochine le 12 novembre 1948.

1948 :

Avec la naissance des unités para de Légion, il fallut trouver une coiffe. Le béret bleu était pris par les paras métro, le rouge par les paras coloniaux. Après moulte discussions, le vert fut adopté. 1er mars 1948 :

Mort en Indochine du Lieutenant-colonel BRUNET DE SAIRIGNE, chef de corps de la "13".

1er avril 1948 :

Création de la compagnie para du 3ème R.E.I. en Indochine (3/3 R.E.I.). Chacun des trois régiments présents à cette période (13ème D.B.L.E., 2ème et 3ème R.E.I.) a fourni une section. Un an plus tard, cette compagnie sera dissoute.

13 mai 1948 :

Création du groupement parachutiste de la Légion étrangère à Sidi Bel Abbès.

1er juillet 1948 :

Création du 1er B.E.P. sous les ordres du capitaine SEGRETAIN.

2 octobre 1948 :

Le 2ème B.E.P. est créé le 2 octobre 1948 à Setif. Il est sous les ordres du Capitaine SOLNON. Il arrive en Indochine en janvier 1949. Il reçut son fanion des mains du colonel GAULTIER.

29 janvier 1949 :

Mort du Chef de Bataillon Aage, prince du Danemark.

31 mai 1949 :

Dissolution de la compagnie para du 3ème R.E.I. Les éléments sont reversés au 1er B.E.P.

14 février 1950 :

Le 3ème R.E.I. reçoit la "Distinguished Unit Citation" des mains du président des Etats Unis. La cérémonie se passe dans la salle des Maréchaux au Ministère de la Guerre. Cette récompense américaine est la formalisation de la citation accordée en 1945 au Régiment de Marche de la Légion Etrangère (R.M.L.E.). Une flamme avec l'inscription "Rhin - Alpes - Bavarian" est remise pour l'occasion. Elle sera amené au régiment stationné en Indochine par le capitaine de Morati pour être attachée à la cravate du drapeau. Un autre glorieux régiment français a eu droit à cette décoration : le Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc (R.I.C.M.).


Septembre 1950 :

Décidée à la hâte et mal organisée, l'évacuation de la route coloniale n°4 (R.C.4) est le théâtre de ce qui est considéré comme un des exploits de la Légion : grâce au sacrifice du 1er B.E.P., les deux colonnes qui évacuent la RC4 se rejoignent et réussissent à atteindre That Khé.
Le 10 octobre 1950, les rescapés du 1er B.E.P. arrivent à That Khé : 3 officiers (capitaine JEANPIPERRE, lieutenants MARCE et ROY), 3 sous-officiers et 17 légionnaires sur environ 700 à l'origine.
Le 1er B.E.P. est reconstitué en 1951.

7 octobre 1950 :

Mort du commandant FORGET à la tête du 3/3 R.E.I. lors du combat de Dong Khé. Ses dernières paroles sont pour son bataillon : "Ils se sont montrés dignes des plus belles traditions de la Légion." Son nom sera donné au quartier du 3ème R.E.I. en Guyane.

9 octobre 1950 :

Mort du commandant SEGRETAIN lors du repli des colonnes Lepage et Charton vers That Khe.

31 décembre 1950 :

Le 1er B.E.P. est dissout par manque d'effecif, après le massacre de la RC4. Il sera recréé le 1er mars 1951.

1952 - 1954 :

Conflit du Maroc. La Légion engage le 4ème R.E.I. et les compagnies montées et y perdra 66 hommes.

10 septembre 1952 :

Mort du commandant RAFFALI. Celui-ci donnera son nom au Quartier du 2ème B.E.P. puis du 2ème R.E.P. à Calvi (Corse).

1er septembre 1953 :

Création de la CEPML (Compagnie étrangère parachutiste de Mortiers Lourds). Elle sera dissoute le 31 mai 1954

19 février 1954 :

René PLEVEN, Ministre de la Défense Nationale, remet la fourragère aux couleurs de la Médaille Militaire au fanion du 1er BEP ... à Dien Bien Phu.

1954 - 1962 :

Guerre d'Algérie. La Légion engage les 1er, 2ème, 3ème, 4ème et 5ème R.E.I., la 13ème D.B.L.E., les 1er et 2ème R.E.C., les 1er et 2ème R.E.P. et les compagnies sahariennes. Elle y perdra 1976 hommes.

19 février 1954 :

Le fanion du 1er B.E.P. est décoré à Dien-Bien-Phu de la fourragère de la Médaille Militaire. Celle-ci est remise par le Ministre de la Défense, M.Pleven.

13 mars 1954 :

Mort, à la tête de la "13", du lieutenant-colonel GAUCHER lors de l'assaut général des Vietminhs.

21 avril 1954 :

Mort du chef de bataillon CABARIBERE à la tête du 2ème bataillon du 3ème R.E.I. en Indochine. Il donnera son nom au quartier du D.L.E.M.

25 avril 1954 :

A Din Bien Phu, les pertes sont énormes. A tel point que les 1er et 2ème B.E.P. sont fusionnés sous l'appellation "Bataillon de Marche de la Légion étrangère" (B.M.L.E.).

7 mai 1954 :

Chute de Diên-Biên-Phu après cinq mois de combats acharnés.
A Diên-Biên-Phu, du 13 mars au 7 mai, la Légion dénombre 318 tués, 738 disparus et 2322 blessés.

14 juillet 1955 :

Le 2ème BEP accroche la fourragère rouge (Légion d'Honneur) à son fanion.

Août 1955 :

Le 3ème B.E.P. devient le 3ème REP. Son chef de corps est le Lt-Colonel Darmurzai. C'est le dépôt commun des régiments paras de Légion.

30 Novembre 1955 :

Le 3ème B.E.P. est dissous.

1er décembre 1955 :

Le 2ème B.E.P. devient 2ème R.E.P. en Algérie. Le premier chef de corps du régiment est le Lieutenant-Colonel de Vismes. Il reprend non seulement l'étendard du 2ème B.E.P. mais aussi l'insigne et surtout les traditions. Le 2ème R.E.P. s'installe à Philipeville, au camp "Pehau".


1957 :

De janvier à octobre, bataille d'Alger.

1958 :

Anecdote :
En cette année, un légionnaire de la "13" trouve un âne crevant de faim. Le légionnaire le ramène à sa base et la bête devient la mascotte de l'unité sous le nom de "Bambi".
Une photo paraît dans le "Daily Mail" de Londres.
La Légion se voit remettre un diplôme pour services distingués par la "Société américaine pour la lutte contre la cruauté envers les animaux" ainsi qu'un hommage de la "Société Royale pour la protection des Animaux" (RSPCA) de Londres.
Anonymat oblige, la récompense fut donnée à titre collectif.

29 mai 1958 :

Mort du lieutenant-colonel JEANPIERRE (1er R.E.P.) pendant un assault lors de la bataille des frontières (dans les bois Djebel Mermera).

1960 :

Mi-décembre 1960, leslieutenants DEGUELDRE et COATELEM ont kidnappé le drapeau du 1er REP pour qu'il ne puisse pas être transmis au successeur du COL DUFOUR, le LCL GUIRAUD. Ceci afin de protester contre l'éviction du Col Dufour à la tête du régiment à cause de son parti pris pour l'"Algérie française".

1961 :

Compte tenu de l'engagement "politique" du 1er R.E.P. dans les troubles d'Algérie, des intellectuels et des hommes politiques de gauche demandent la suspension de la Légion.

Avril 1961 :

Du 22 au 25 avril 1961, putsch des généraux à Alger.

27 avril 1961 :

Le 1er R.E.P. est dissous suite à sa participation au putsch d'Alger.
En effet, ce jour, le colonel GUIRAUD, chef de corps du 1er R.E.P., revient de Paris avec la lettre de dissolution du régiment signée de Messmer.

31 juillet 1962 :

Le 2ème R.E.C. est dissous définitivement. La garde de l'étendard sera confiée au D.L.E.M. (Détachement de la Légion étrangère à Mayotte).

28 août 1962 :

Le 3ème R.E.I. s'installe à Diégo-Suarez à Madagascar où il entretient un détachement aux Comores (le D.L.E.C.). Ce dernier deviendra D.L.E.M. (Mayotte) lors de l'indépendance de 2 des trois iles des Comores. Le D.L.E.M. aura la charge de l'étendard du 2ème R.E.C.

29 août 1962 :

Création du 3ème Bataillon de marche de la Légion étrangère (3ème B.M.L.E.) à partir de la CCAS, des 1ère, 2ème et 4ème Cie du 3ème R.E.I.. Sa mission : aménager la future Maison Mère ... à Aubagne.


29 septembre 1962 :

La maison mère de la Légion étrangère quitte Sidi-Bel-Abbès pour Aubagne. Le nouveau quartier reprendra le nom de quartier VIENOT. Le 1er R.E. fera ses adieux le 24 octobre 1962.

1963 :

Création du 5ème R.M.P. (Régiment mixte du Pacifique) à Mururoa.

1968 :

Dissolution du 2ème R.E.I.

1963 - 1968 :

Conflit du Sahara-Mauritanie. La Légion y perdra 3 hommes.

1969 - 1994 :

Interventions et plusieurs relèves au Tchad par le 2ème R.E.P., une compagnie motorisée de la Légion, puis par escadron des 1er R.E.C., 2ème R.E.I. et 2ème R.E.P. de 78 à 79. La Légion y perdra 10 hommes.

11 mai 1971 :

Remise du fanion de la 61ème Brigade mixte génie-Légion lors d'une prise d'arme. Cette création a lieu avec des éléments du 5ème R.G. de Versaille, du 7ème R.G. d'Avignon et du 1er R.E. (compagnie des pionniers). Elle est stationnée à Canjuers dans le Var.

1972 :

Recréation du 2ème R.E.I. à Corte. Il s'installera à Nîmes en 1983.

Septembre 1973 :

Le 3ème R.E.I. se voit dans l'obligation de quitter Madagascar pour la Guyane où la France développe des infrastructures spaciales.

1er avril 1976 :

Création du Détachement de la Légion étrangère à Mayotte, à partir des éléments du D.L.E.C. (Comores)

1er septembre 1977 :

Le Groupement d'Instruction de la Légion étrangère (G.I.L.E.) devient le Régiment d'Instruction de la Légion étrangère (R.I.L.E.) et se voit confier les traditions puis le drapeau du 4ème R.E.I., le régiment du Maroc, le 26 juillet 1979. Il s'installe à Castelnaudary.


19 mai 1978 :

Intervention sur Kolvezi (Zaïre). La Légion y perdra 5 hommes. Le 2ème R.E.P. qui est au cœur de cette opération est alors sous les ordres du colonel ERULIN.

26 juillet 1979 :

Le R.I.L.E. se voit confier le drapeau du 4ème R.E.I., le régiment du Maroc.

1980 :

Le 1er juillet 1981, le R.I.L.E. reprend le nom de 4ème R.E. Il reprend aussi ses traditions.

1981 :

Campagne pour les élections présidentielles : les socialistes, 20 ans après les événements d'Algérie, promettent la suppression de la Légion étrangère … une promesse politique que, pour une fois, l'on est content de savoir qu'elle n'a pas été tenue.

2 novembre 1982 :

Dissolution de la compagnie travaux Légion du 61ème B.M.G.L.

1983 - 1984 :

Intervention au Liban. La Légion y perdra 6 hommes.

1er juillet 1984 :

La Légion se dote de son premier régiment de génie: le 6ème Régiment étranger de génie stationné à Laudun dans le Gard. Le 12 octobre de la meme année, il recevra son drapeau.

31 juillet 1984 :

Le DLEM reçoit la garde de l'étendard du 2ème Régiment étranger de Cavalerie (2ème R.E.C. - dissous en 1962). 1990 - 1991 :

Guerre du Golfe avec des éléments du 1er R.E.C., 2ème R.E.I., 6ème R.E.G., 1er R.E. et 2ème R.E.P. La Légion y perdra 2 hommes.

1991 - 1998 :

Intervention en ex-Yougoslavie dans le cadre de l'ONU. La Légion y perdra 2 hommes.

1992 :

Mission ONU au Cambodge par éléments du 2ème R.E.I., 1er R.E.C. et du 6ème R.E.G.


1992 - 1993 :

Intervention humanitaire en Somalie par des éléments du 2ème R.E.P. et de la 13ème D.B.L.E.

1993 :

Mission ONU en Bosnie par éléments du 2ème R.E.P., 2ème R.E.I., 1er R.E.C., du 6ème R.E.G. et du 1er R.E.

1994 :

Intervention humanitaire au Rwanda par des éléments du 2ème R.E.I., de la 13ème D.B.L.E., du 2ème R.E.P. et du 6ème R.E.G.

18 juin 1996 :

Le 18 juin 1996, au Mont Valérien, le président de la république a remis la fourragère de l'ordre de la libération aux chefs de corps des unités qui avaient été faites "compagnion de la libération". La 13ème D.B.L.E. fait partie de ces unités. Cette fourragère symbolise l'attribution de la croix de la libération et permet d'en préserver la souvenir.

1997 :

Intervention en Afrique Noire. La Légion y perdra 1 homme.

1er juillet 1999 :

Création du 2ème R.E.G. au plateau d'Albion (Saint Christole dans le Vaucluse).
Le 6ème R.E.G. est rebaptisé 1er R.E.G.

Août 1999 :

Dissolution du 5ème R.E.

Novembre 2002 :

La Côte d'Ivoire est le théâtre de soulèvement de plusieurs groupes rebelles s'opposant au pouvoir en place.
La CEA du 2ème R.E.P., qui est à Djibouti, est immédiatement envoyée sur place.
D'autres éléments du 2ème R.E.P. suivront (1ère et 4ème Compagnie).
Entre le début du soulèvement et le cessez-le-feu du 13 janvier 2003, les paras du 2ème R.E.P. auront été confrontés plusieurs fois aux rebelles. Les attaques des insurgés sont sévères. Les légionnaires ont eu en tout 10 blessés.


avatar
commandoair40
Admin
Admin

Localisation : Marais Poitevin .
Messages : 1542
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 71

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronologie sur la Légion étrangère de 1831 à presque nos jours .

Message par Invité le Dim 30 Déc - 17:23

Tu as oublié; le 12 juin 1975, je m’engageait

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronologie sur la Légion étrangère de 1831 à presque nos jours .

Message par commandoair40 le Dim 30 Déc - 17:27

Oui , ce qui fera le plus beau CPL de la Légion !!!!!!!!

avatar
commandoair40
Admin
Admin

Localisation : Marais Poitevin .
Messages : 1542
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 71

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chronologie sur la Légion étrangère de 1831 à presque nos jours .

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum