Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Avis aux Visiteurs .
Ven 31 Mar - 9:55 par commandoair40

» 1 septembre 2015
Mar 1 Sep - 18:39 par olivier

» Visiteurs sur le forum 2014
Mar 1 Sep - 18:34 par olivier

»  Janvier 1885 - La Légion étrangère à Tuyen Quang au Tonkin.
Sam 18 Jan - 8:07 par ROBERT

» loto et bourse aux armes
Lun 13 Jan - 11:13 par Invité

» Dimanche 12 Janvier 2014
Dim 12 Jan - 12:17 par Invité

» Samedi 11Janvier 2014
Sam 11 Jan - 18:19 par Gibert j

» Le mémorial du 2°REI
Sam 11 Jan - 12:09 par Gibert j

» vendredi 10 janvier 2014
Ven 10 Jan - 20:38 par Gibert j

» Commandant Dupin
Jeu 9 Jan - 20:39 par Gibert j

» Jeudi 9 janvier 2014
Jeu 9 Jan - 20:34 par Gibert j

» Mercredi 8 Janvier 2014
Mer 8 Jan - 21:54 par Gibert j

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
musique Légion
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!pagerank
Tchat Blablaland

Attentats du 23 octobre 1983 à Beyrouth - 'Drakkar'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Attentats du 23 octobre 1983 à Beyrouth - 'Drakkar'

Message par Invité le Ven 24 Mai - 11:35

Attentats du 23 octobre 1983 à Beyrouth

LocalisationCibleCoordonnéesDateTypeMort(s)Auteur(s) présumé(s)Organisation(s)
Attentats du 23 octobre 1983 à Beyrouth

Destruction du QG américain à l'aéroport international de Beyrouth

Beyrouth


  • 33°49′45″N 35°29′41″E
    Casernement du United States Marine Corps, aéroport de Beyrouth
  • 33°52′10″N 35°29′17″E
    'Drakkar', casernement du 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes, Ramlet al Baida, Beyrouth

33° 49′ 45″ Nord
35° 29′ 41″ Est
23 octobre 1983
6 h 20 (UTC+2)
Véhicule piégé/Attentat-suicide


  • 241 militaires américains
  • 58 militaires français
  • 6 civils libanais
    2 kamikazes

Imad Moughniyah
Hezbollah


Géolocalisation sur la carte : Liban (relief)




A Beyrouth (Liban), le 23 octobre 1983, durant la guerre du Liban, deux attentats-suicides quasi-simultanés frappent les contingents américain et français de la Force multinationale de sécurité à Beyrouth. Les deux attentats quasi-simultanés sont revendiqués par le Hezbollah1, ainsi que par le Mouvement de la révolution islamique libre puis par le Jihad Islamique2.

À environ 6 h 18 UTC+2, un attentat au camion piégé touche le contingent américain basé à l'aéroport international de Beyrouth
et cause la mort de 241 personnes. Environ deux minutes plus tard,
cinquante-huit parachutistes français, de la force multinationale soit
55 parachutistes de la 3e compagnie du 1er RCP et 3 parachutistes du 9e RCP, trouvent la mort dans un attentat similaire : l''attentat du Drakkar entraîne la destruction de l'immeuble qu'ils occupent comme quartier général3 (surnommé "poste Drakkar", anciennement occupé par les services secrets syriens4,5). Quinze autres sont blessés. Vingt-six militaires sont indemnes6.
La déflagration d'une charge de plusieurs tonnes d'explosif en serait
la cause directe. La France et les États-Unis accusent le Hezbollah et l'Iran. Ces derniers démentent7.
À l'inverse, d'autres informations et témoignages laissent entendre que
la destruction du poste Drakkar ne serait pas due à l'explosion d'un
camion piégé8.

L'attentat du Drakkar aurait été un acte de représailles à la livraison à l'Irak par la France d'avions de combat Super-Étendard équipés de missiles Exocet
et accompagnés de pilotes instructeurs français. À l'origine secrète,
cette vente aurait été rendue publique par une indiscrétion
gouvernementale, ce qui aurait conduit l'Iran à se considérer en guerre
avec la France9.
Sommaire


  • 1 Le mandat de l’ONU
  • 2 Le poste Drakkar
  • 3 L’attentat
  • 4 Les réactions
  • 5 La liste des victimes et des rescapés du Drakkar

Le mandat de l’ONU






Parachutistes français de la Force multinationale de sécurité à Beyrouth avec un LRAC F1, 1er avril 1983.


En septembre 1982, dans un Liban déchiré par la guerre civile, l'ONU met en place une force de maintien de la paix dénommée Force multinationale de sécurité à Beyrouth. Celle-ci comprend des unités militaires françaises (2 000 soldats), américaines (1 600 soldats, 2 porte-avions), italiennes (1 400 soldats) et britanniques (100 soldats). Le contingent français, parti le 24 septembre 1982 de Toulouse, compte 1 650 soldats, avant d'être renforcé pour atteindre 2 000 soldats (engagés ou appelés volontaires service long).

La force multinationale de sécurité avait déjà été attaquée à
plusieurs reprises avant les deux attentats simultanés du 23 octobre.
Ces attaques, individuelles ou concertées, avaient coûté la vie à
dix-huit soldats français, huit Marines américains et un soldat italien.


Le poste Drakkar


La force française est composée de cadres aguerris et d'appelés volontaires du 1er régiment de chasseurs parachutistes. Ils ont installé un de leurs cantonnements dans l'immeuble Drakkar de huit étages6 situé dans le quartier de Ramlet El Baida, qu'ils ont baptisé « poste Drakkar » aux coordonnées géographiques suivantes 33°52′10″N 35°29′17″E (les différents postes français sont appelés Caravelle, Kayak, Sampan, Boutre, Gondole, etc.).

L’attentat


L'attaque aurait été réalisée à l'aide d'un camion chargé de plusieurs tonnes d'explosifs
dont le conducteur se serait fait exploser sur la rampe d'accès du
bâtiment; le camion se serait soulevé dans les airs avant de retomber à
sept mètres de distance10.

Juste auparavant, un autre attentat-suicide coûte la vie à 241 militaires américains dont 220 marines dans des circonstances similaires, à l'aéroport de Beyrouth à 500 m de là.

Les réactions






Le casernement des marines à Beyrouth avant sa destruction.


Le président François Mitterrand se rend sur place le lendemain pour apporter son soutien au contingent français.

En représailles, lors de l'opération Brochet le 17 novembre 1983, les Super-Étendard de la Marine nationale décollant du porte-avions Clemenceau effectuent un raid sur la caserne Cheikh Abdallah, une position des Gardiens de la Révolution islamique et du Hezbollah dans la plaine de la Bekaa11.

Imad Moughniyah, considéré comme le responsable des attaques, fut tué dans un attentat à la bombe le 12 février 200812 même si le lien entre ces événements n'a pas été établi.

Aujourd'hui encore, le souvenir de cet attentat demeure vivace et constitue un traumatisme pour l'armée française13 : de telles pertes subies lors d'une seule attaque n'ont pas été atteintes depuis et l'attentat du Drakkar sert souvent de référence, comme cela a été le cas avec l'embuscade de Surobi de 2008 (l'attaque la plus meurtrière depuis 1983)14.

La liste des victimes et des rescapés du Drakkar



[masquer]

Les morts du Drakkar :
le capitaine Thomas Jacky
le capitaine Ospital Guy
le lieutenant Dejean de La Bâtie Antoine
le sous-lieutenant Rigaud Alain
l'adjudant Bagnis Antoine
l'adjudant Moretto Michel
le sergent Dalleau Christian
le sergent Daube Vincent
le sergent Lebris Jean-Pierre
le sergent Longle Yves
le sergent Ollivier Gilles
Le caporal chef Bensaidane Djamel
Le caporal chef Beriot Laurent
Le caporal chef Carrara Vincent
Le caporal chef Duthilleul Louis
Le caporal chef Grelier Xavier
Le caporal chef Loitron Olivier
Le caporal chef Margot Franck
Le caporal chef Seriat Patrice
Le caporal chef Vieille Hervé
Le caporal Girardeau Patrice
Le caporal Hau Jacques
Le caporal Jacquet Laurent
Le caporal Lamothe Patrick
Le caporal Lepretre Dominique
Le caporal Leroux Olivier
Le caporal Muzeau Franck
Le caporal Thorel Laurent
Le parachutiste de 1re classe Gasseau Guy
Le parachutiste de 1re classe Gautret Remy
Le parachutiste de 1re classe Julio François
Le parachutiste de 1re classe Pradier Gilles
Le parachutiste de 1re classe Tari Patrick
Le parachutiste de 1re classe Théophile Sylvestre
Le parachutiste Bachelerie Yannick
Le parachutiste Bardine Richard
Le parachutiste Caland Franck
Le parachutiste Chaise Jean-François
Le parachutiste Corvellec Jean
Le parachutiste Delaitre Jean Yves
Le parachutiste Deparis Thierry
Le parachutiste Di-Masso Thierry
Le parachutiste Durand Hervé
Le parachutiste Guillemet Romuald
Le parachutiste Kordec Jacques
Le parachutiste Lastella Victor
Le parachutiste Ledru Christian
Le parachutiste Levaast Patrick
Le parachutiste Leverger Hervé
Le parachutiste Meyer Jean-Pierre
Le parachutiste Porte Pascal
Le parachutiste Potencier Philippe
Le parachutiste Raoux François
Le parachutiste Renaud Raymond
Le parachutiste Renou Thierry
Le parachutiste Righi Bernard
Le parachutiste Schmitt Denis
Le parachutiste Sendra Jean

La femme et les enfants du concierge de l'immeuble

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attentats du 23 octobre 1983 à Beyrouth - 'Drakkar'

Message par commandoair40 le Ven 24 Mai - 12:12

Merci Christian ;

Ne jamais oublier .
avatar
commandoair40
Admin
Admin

Localisation : Marais Poitevin .
Messages : 1542
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 71

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attentats du 23 octobre 1983 à Beyrouth - 'Drakkar'

Message par Invité le Sam 24 Aoû - 15:20

Le nouveau ministre de la Défense iranien impliqué dans l’attentat commis contre les parachutistes français en 1983?
23 août 2013 – 15:13
Le 23 octobre 1983, un attentat suicide coûtait la vie à 58 militaires français alors installés dans l’immeuble Drakkar, à Beyrouth. Quelques minutes plus tôt, une attaque similaire avait fait plus de 240 victimes parmi le contingent de l’US Marine Corp, basé près de l’aéroport de la capitale libanaise.
A l’époque, Paris et Washington accusèrent Téhéran d’être derrière ces attaques. Pour le cas de la France, la motivation aurait été le prêt de 5 avions Super Etendard à l’Irak, pays alors en guerre contre l’Iran.
Cela étant, le double-attentat fut revendiqué par l’Organisation du jihad Islamique (IJO), mouvement dont le chef aurait été un certain Imad Mougniyah. Ce dernier, réfugié en Iran pendant que les services de renseignement français, américains et israéliens le recherchaient, sera tué par l’explosion d’une bombe placée dans sa voiture à Damas, en février 2008, alors qu’il était un responsable éminent du Hezbollah, la milice chiite libanaise.
Le terme “Jihad islamique” est utilisé, encore aujourd’hui, par plusieurs mouvements armés, comme dans les territoires palestiniens et en Egypte. Au Liban, il a servi de prête-nom au Hezbollah, créé en 1982, pour revendiquer certaines actions. En tout cas, l’IJO était liée aux Gardiens de la Révolution iraniens (Pasdarans) et que ces derniers étaient présents, dans les années 1980, sur le territoire Libanais.
Or, à cette période, et selon l’ex-général Shimon Shapira, du Jerusalem Center for Public Affairs, les activités de l’IJO, étaient directement coordonnées par l’Iran, via le commandant des Pasdarans installés au Liban, lequel était Hossein Dehghan, devenu depuis général et… ministre de la Défense du nouveau gouvernement iranien, lequel a été confirmé le 15 août dernier.
“Les attaques (ndlr, du 23 octobre 1983) ont été menées par l’organisation du Jihad islamique, dirigée par Imad Moughnieh, qui était en fait une unité opérationnelle spéciale qui a agi sous la direction conjointe de Téhéran et du Hezbollah jusqu’à son démantèlement en 1992″, écrit le général Shapira.
La National Security Agency (NSA) aurait intercepté, le 26 septembre 1983, l’ordre émis par Téhéran et adressé aux Pasdarans de commettre un attentat contre les militaires américains déployés à Beyrouth. C’est du moins ce qu’a affirmé le colonel Timothy Geraghty, qui commandait le contingent des Marines au moment des faits. Comme il l’a expliqué en 2008 dans un article publié par l’US Naval Institute, ce fameux message n’avait été exploité par les services de renseignement qu’après le double attentat du 23 octobre.
Aussi, pour le général Shapira, il est “inimaginable qu’une telle directive adressée au Gardiens de la révolution au Liban n’aient pas été transmise à l’insu de leur commandant, Hossein Dehghan.”

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attentats du 23 octobre 1983 à Beyrouth - 'Drakkar'

Message par Claire notre Marraine le Sam 24 Aoû - 16:35

Merci Christian pour ce partage du souvenir!

IN MEMORIAM  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Claire

Claire notre Marraine

Localisation : Suisse
Messages : 773
Date d'inscription : 01/12/2012
Age : 74

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attentats du 23 octobre 1983 à Beyrouth - 'Drakkar'

Message par Gibert j le Sam 24 Aoû - 17:25

  Pensées a ces soldats,Francais et Américains.
avatar
Gibert j

Localisation : Ilede France (92)
Messages : 1291
Date d'inscription : 24/07/2011
Age : 75

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attentats du 23 octobre 1983 à Beyrouth - 'Drakkar'

Message par Invité le Sam 24 Aoû - 17:38

Claire notre Marraine a écrit:Merci Christian pour ce partage du souvenir!

IN MEMORIAM  

Claire
Cet attenta, m'a frappé; il l'aurait fait 15jrs plustot ; j'y était avec le 2°REI

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Attentats du 23 octobre 1983 à Beyrouth - 'Drakkar'

Message par ROBERT le Mer 28 Aoû - 10:28

Et notre gouvernement n'a pas été capable de raser l'ambassade iranienne et de présenter ensuite ses excuses à cet état terroriste pour un malheureux accident!
avatar
ROBERT

Localisation : BELFORT
Messages : 88
Date d'inscription : 20/07/2010
Age : 71

http://aalefc.nipox.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attentats du 23 octobre 1983 à Beyrouth - 'Drakkar'

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum