Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Avis aux Visiteurs .
Ven 31 Mar - 9:55 par commandoair40

» 1 septembre 2015
Mar 1 Sep - 18:39 par olivier

» Visiteurs sur le forum 2014
Mar 1 Sep - 18:34 par olivier

»  Janvier 1885 - La Légion étrangère à Tuyen Quang au Tonkin.
Sam 18 Jan - 8:07 par ROBERT

» loto et bourse aux armes
Lun 13 Jan - 11:13 par Invité

» Dimanche 12 Janvier 2014
Dim 12 Jan - 12:17 par Invité

» Samedi 11Janvier 2014
Sam 11 Jan - 18:19 par Gibert j

» Le mémorial du 2°REI
Sam 11 Jan - 12:09 par Gibert j

» vendredi 10 janvier 2014
Ven 10 Jan - 20:38 par Gibert j

» Commandant Dupin
Jeu 9 Jan - 20:39 par Gibert j

» Jeudi 9 janvier 2014
Jeu 9 Jan - 20:34 par Gibert j

» Mercredi 8 Janvier 2014
Mer 8 Jan - 21:54 par Gibert j

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
musique Légion
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!pagerank
Tchat Blablaland

Afghanistan: avec la Légion, à Tagab, sous le feu des insurgés

Aller en bas

Afghanistan: avec la Légion, à Tagab, sous le feu des insurgés

Message par Admin le Ven 8 Jan - 6:26

JALOKHEL - 8h30: la base française de Tagab, dans l'est afghan, est réveillée au son de ses mortiers: une unité, partie sécuriser le village de Jalokhel pour une réunion entre chefs de tribus et un officier français, est prise sous le feu nourri des insurgés.

"Nous avons été pris à partie avec de la Kalachnikov, du PKM (mitrailleuse lourde de fabrication soviétique, ndlr) et peut-être du tir de précision, personne n'a été touché et on a riposté", explique un capitaine de la Légion étrangère arrivé en éclaireur avec une compagnie de chasseurs alpins.Sur la base, distante de trois kilomètres, l'écho des combats met tout le monde en alerte.

A l'entrée du QG, un panonceau annonce: "TIC en cours". Dans le jargon de l'Otan, un TIC (Troop In Contact) signale un accrochage. Il s'en produit quasi quotidiennement dans ce sanctuaire taliban.

L'accrochage se prolonge pendant trois quarts d'heure et les militaires français ripostent vigoureusement, à coups de fusils d'assaut, de mitrailleuses lourdes, de mortiers et de canon de 105. Un missile antichar Milan est tiré contre des insurgés embusqués derrière un muret.

"Je pense qu'on a fait un peu de bilan (blessés ou tués, ndlr) en face", confie un soldat.

Deux heures plus tard, une nouvelle colonne de militaires français, mais aussi de gendarmes qui accompagnent des policiers afghans, se dirige vers le village.

Objectif: tenir malgré tout la choura (assemblée de notables) prévue et perquisitionner deux habitations traditionnelles d'où seraient partis les tirs des insurgés.

Finalement la choura se réunit dans une salle de la mosquée de Jalokhel, en présence du colonel Vincent Pons, patron des 800 soldats français déployées dans la province de Kapisa.

"Hier soir les talibans ont distribué des tracts dans toutes les mosquées de la région disant que si les maleks (notables) participaient à la réunion, ils seraient tués", explique le "chef" de la choura. Assis en tailleur tout autour d'une pièce aux murs nus, la vingtaine de maleks présents écoutent sans broncher.

La discussion se poursuit autour de projets de construction de puits ou d'irrigation, tandis que quelques tirs retentissent au loin.

"On ne peut pas développer de projets dans ce contexte, quand je suis obligé de faire tirer mes canons, mes fusils et mes missiles", observe le colonel Pons.

Le chef des maleks salue les Français qui ont maintenu la choura dans cette "zone de guerre".

Mais personne ne s'éternise pour la photo de famille. "La dernière fois qu'on a fait ça dans une école, des roquettes ont volé au-dessus de la cour", glisse l'officier français.

A deux pas de là, les perquisitions sont effectuées sans résultat par la police afghane, sous l'oeil vigilent de ses "mentors" de la gendarmerie française.

L'opération se poursuit dans l'après-midi de l'autre côté du pont de Jalokhel, à l'entrée de la majestueuse vallée d'Alasay où les Français tirent des obus fumigènes pour désengager une section. "Un tireur (insurgé) neutralisé", annonce la radio.

La journée se terminera comme elle avait commencé, sous le feu des insurgés qui profitent du désengagement des Français pour lancer une nouvelle attaque.

Dans son blindé dont les "gunners" répliquent à coups de fusil d'assaut, le colonel Pons donne ses ordres à la radio, impassible.

Les détonations claquent tout autour en rafale. Mais la colonne française parvient à se reformer et à rejoindre sa base sans dégâts. Dans le ciel, vrombissent deux hélicoptères d'attaque Tigre. L'un d'eux ouvre le feu au canon sur un bosquet. "Une journée presque ordinaire à Tagab", note le colonel Pons.

Source de l'article : Par AFP, publié le 05/01/2010
avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afghanistan: avec la Légion, à Tagab, sous le feu des insurgés

Message par olivier le Ven 8 Jan - 7:14

merci Daniel
je vois que les méthodes d'intimidations s'apparente a celle du FLN
EN 54:62
avatar
olivier
Admin
Admin

Localisation : 34
Messages : 3867
Date d'inscription : 10/11/2009
Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afghanistan: avec la Légion, à Tagab, sous le feu des insurgés

Message par Invité le Lun 18 Jan - 17:54

acceuillante région...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Afghanistan: avec la Légion, à Tagab, sous le feu des insurgés

Message par Admin le Lun 28 Juin - 6:27



le Colonel Pons

Allocution du colonel Pons
avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Afghanistan: avec la Légion, à Tagab, sous le feu des insurgés

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum