Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Avis aux Visiteurs .
Ven 31 Mar - 9:55 par commandoair40

» 1 septembre 2015
Mar 1 Sep - 18:39 par olivier

» Visiteurs sur le forum 2014
Mar 1 Sep - 18:34 par olivier

»  Janvier 1885 - La Légion étrangère à Tuyen Quang au Tonkin.
Sam 18 Jan - 8:07 par ROBERT

» loto et bourse aux armes
Lun 13 Jan - 11:13 par Invité

» Dimanche 12 Janvier 2014
Dim 12 Jan - 12:17 par Invité

» Samedi 11Janvier 2014
Sam 11 Jan - 18:19 par Gibert j

» Le mémorial du 2°REI
Sam 11 Jan - 12:09 par Gibert j

» vendredi 10 janvier 2014
Ven 10 Jan - 20:38 par Gibert j

» Commandant Dupin
Jeu 9 Jan - 20:39 par Gibert j

» Jeudi 9 janvier 2014
Jeu 9 Jan - 20:34 par Gibert j

» Mercredi 8 Janvier 2014
Mer 8 Jan - 21:54 par Gibert j

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
musique Légion
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!pagerank
Tchat Blablaland

Le repli d'Hoa-Binh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le repli d'Hoa-Binh

Message par Admin le Mar 8 Déc - 8:05

Au mois de février 1952, le général Salan, confronté aux problèmes de la défense du delta tonkinois décide de replier les forces du secteur de la rivière Noire et le camp retranché d'Hoa-Binh. Le déclenchement de l'opération est fixé à 20 heures le 22 février 1952, et c'est seulement une heure avant le début des mouvements que les ordres sont communiqués aux unités.

Pourtant, les viets sont aux aguets et sentent qu'il se passe quelque chose. Comme à Cao-Bang, ils sont renseignés par des agents disséminés au sein de la population, ce qui rend la tâche encore plus ardue. C'est donc tout à la gloire du 3/13e DBLE du commandant Vaillant et du 1/5e REI du chef de bataillon Masselot d'avoir permis aux troupes de l'Union française de franchir la rivière Noire malgré la très forte pression vietminh.
La nuit est tombée, sombre, depuis quelque temps déjà ; le clapotis s'estompe, peut-on lire dans le carnet d'un légionnaire de la 13e DBLE. Nous lui tournons le dos. Le grondement des moteurs et les protestations des boîtes malmenées couvrent le tumulte de la bataille ; les phares ont remplacé les black-out. Dans les GMC, la tension s'apaise et les survivants de la section Wenkgerkind sombrent
dans une lourde torpeur peuplée de cauchemars .Au fil des kilomètres, les calcaires abrupts s'évanouissent dans l'obscurité ; le terrain devient plat, coupé de "rachs". Les camions quittent la route coloniale , pour une diguette cahoteuse qui marque la fin du voyage . Les endormis, brutalement réveillés, injurient les conducteurs qui n'y peuvent rien... »
Finalement, les camions s'arrêtent, des corps lourds se laissent glisser des caisses et s'étirent longuement , "retour d'un enfer"... Nous sommes le 24 février il est 23 heures.

Une opération de plus, mais ce ne fut pas sans peine, ni sans gloire !
Le début de la manoeuvre remonte au 22 février . Comme les précédents, ce jour-là est sans histoires . Le 3/13e DBLE et le 1/5e REI, solidement implantés sur leurs positions, comme d'habitude harcelés par un ennemi bien armé, mais impuissant devant les défenses des légionnaires. Ce qui inquiète le capitaine Gille-Naves et les légionnaires de la 12e compagnie et 3/13e DBLE, ce sont les tirs automatiques. Les viets tâtent les points d'appui et essaient de s'infiltrer entre les positions. Dans les unités, on devine, sans vouloir y penser, que l'évacuation d'Hoa-Binh est imminente. Face aux divisions viet-minh qui se rassemblent, Salan n'a plus les moyens de tenir la tête de pont de Tû-Vû, établie l e 23, alors que la brume couvre encore la Rivière Noire, de gigantesque geysers de flammes et de fumée précédant d'assourdissantes déflagrations qui préludent à l'abandon de la localité. Ce sont les munitions et les excédents qui sautent. Dans l'aube naissante, on distingue des files de soldats qui rejoignent le bac et les chalands de la Marine.

[size=29]Le 3/13 couvre l'opération. Selon les ordres, le 1/5 fournit le recueil. A 6h00 ,la 2e compagnie se porte sur l'ancienne psition de la CIP du 2e BPC. Le capitaine Pérignon prend commandement de l'ensemble. A 07H00, bataillon quitte son point d'appui et fait mouvement vers Ben-Noc où il s'installe défensivement sur la rive gauche de la rivière Noire. La 2e compagnie et
la CIP rejoignent à leur tour le dispositif du 1/5e REI. En très grande partie, si l'on comprend également les BEP, le succès de l'opération repose sur la Légion. Car plus haut, dans les calcaires, le 3/13e DBLE du commandant Vaillant livre un combat retardateur héroïque.
Dès 8 heures du matin, les premiers viets qui ont compris que la proie est en train de leur échapper, descendent en rangs serrés des montagnes pour occuper un terrain si chèrement payé. Les troupes d'assaut lancent sur les positions des légionnaires un véritable raz de marée. Le combat fait rage ; l'ancien point d'appui de la 11 ème compagnie grouille de bodoïs . Les FM et les mortiers de 60 sont au point de rupture.
Dernier bataillon à décrocher, le 3/13e DBLE est engagé par trois bataillons viets. Regroupé à Xom-Noï, il résiste depuis 09H30 à tous les assauts. La 9e compagnie et la CCB fauchent les bo-dois dans les barbelés, tandis que la « 11 » et la « 12 » font boule de feu en terrain découvert.

L'artillerie et surtout les mortiers du bataillon font des ravages parmi l'ennemi. La 12e compagnie fait face à l'ouest. A proximité de l'ancien PA de la 11 e compagnie, le radio du capitaine Gille-Naves signale qu'ils accrochent dur... Sans cesser d'encourager ses hommes, le capitaine fait des prodiges. Saisissant le pistolet-mitrailleur d'un tué, il fait le coup de feu au milieu de ses hommes. Les légionnaires ont l'habitude, cela fait deux mois que ça dure ! Hélas, aujourd'hui, il a rendez-vous avec son destin. Un groupe de viets menace l'arrière-garde. Sa haute silhouette se dresse, farouche, il fauche l'ennemi à bout portant. Mais tout près, un PM crépite. Touché, le capitaine Gille-Naves trébuche, mais se redresse encore. Une nouvelle rafale laboure ce corps déjà inerte. Mais il trouve la force de murmurer :
« je laisse le commandement au lieutenant Paret. C'est mon dernier ordre... ».
Plus loin, un éclat de mortier mutile un légionnaire ; d'un bond terrible, un autre légionnaire saute dans une alvéole occupée par des bo-doïs et les mitraille sans pouvoir s'arrêter. Pendant ce temps, le reste du bataillon contient les viets dans une véritable mission de sacrifice. Car il faut tenir ! Le long ruban des unités et des convois défile sur la RC 6 et franchit la rivière Noire sans discontinuer.
A 11 heures, le 3/13e DBLE est regroupé à Thinh-Lang.
Au loin, le tumulte de la bataille indique que le 1/5e REI est lui aussi soumis à une terrible pression. Les légionnaires de Masselot sont la clé de voûte de l'évacuation !. Pénétrés de l'importance de la mission, les hommes vont tenir, au-delà de la logique, exploit après exploit, jusqu'au passage de la dernière unité. Dans le gris de la saison des pluies, l'ennemi talonne sans répit les légionnaires. Durant les éclaircies, malgré la crasse qui couvre les collines, le Morane qui observe le champ de bataille indique les concentrations vietminh aux chasseurs qui piquent et mitraillent les bo-dois. napalmés, une terreur panique les pousse sur les positions françaises où ils sont impitoyablement éliminés.

Le commandant Vaillant saisit l'occasion et donne l'ordre de repli vers l'embarcadère. Progressant vers la pagode de Thinh-Lang et le long des rives, les légionnaires de la « 13 » se heurtent aux viets infiltrés sur la RC 6. C'est un nouveau corps à corps pour forcer le passage. Les pertes sont lourdes, mais le bouchon saute. La section Wenkgerkind dénombre 30 cadavres viets ; devant la compagnie Paret l'ennemi a perdu 40 hommes, sans compter les blessés qui sont liquidés un peu plus loin dans la jungle. Une nouvelle sortie de l'aviation soulage les deux bataillons Légion. Il est 13 heures quand le 3/13 entame le franchissement. Mais l'ennemi a placé une mitrailleuse sur une ancienne position française et tient l'embarcadère sous son feu. Une hésitation... Les légionnaires courent entre les rafales. Planté sur la berge, le commandant Vaillant dirige l'évacuation. Avec le lieutenant Gaydon de la 245e CSM, il est un des derniers à passer.
Sans perdre un instant, le bataillon regroupé fait mouvement sur X-Phéo. De l'autre rive, frustrés, les viets bombardent ou mitraillent tout ce qui bouge sur la route. Aussi, les unités progressent-elles dans les hautes herbes qui la bordent. Après XPheo, le bataillon se dirige vers Ao-Trach, qu'il traverse à 19 heures. Plus loin, les camions l'emmènent au pont n° 8. Le soulagement est perceptible. Pas pour longtemps, à 3 heures du matin le 24, les viets attaquent la tête du convoi. Sans bien savoir où, l'artillerie donne de la voix. Finalement, devant la défense vigoureuse des légionnaires, les viets se replient pour harceler d'autres unités. Encore plusieurs blessés, mais aussi deux prisonniers.


L'aube dévoile un immense bivouac et de longues colonnes de Dodges ou de GMC qui doublent d'interminables files d'hommes à pied. Le 3/13 se place en recueil du 1/5e REI et de la CIP du 2e BPC. Les légionnaires et les parachutistes aux ordres du capitaine Masselot ont tenu la tête de pont jusqu'à 14H30, le 24 février, remplissant la mission au-delà de toute espérance.

Le capitaine Masselot, sa 3e compagnie et un groupe d'officiers seront les derniers Français à quitter la rive gauche de la rivière Noire.Pendant de longues heures, les convois une course de vitesse s'est engagée avec les viets .Pour l'instant, Salan a gagné la première manche . A 16H30, les derniers éléments dépassent les positions du 3/13. Un groupement composé des 9e, 10e, 12e compagnies et la CCB est commandé par le capitaine Fumery et décroche en premier . La 11ème compagnie du bataillon et la 2e compagnie du 2e BEP forment l'arrière-garde.
Au loin, le 2ème BPC se replie appuyé par un peloton de chars. Tout est trop calme... Soudain, l'embuscade se dévoile , le feu nourri de l'arrière-garde stoppe net I' assaut ,mais une unité de feu est vite consommée
II faut éviter de se laisser encercler . Mais dans une telle situation , bien souvent au-delà de la discipline de feu et des ordres tactiques , il ne faut souvent compter que sur l'initiative personnelle. De surcroît, dès le début de l'engagement, un éclat de mortier a détruit le poste radio du DLO qui ne peut plus diriger les tirs d'artillerie. Pourtant, à 800 mètres, un poste enu par des tirailleurs sénégalais barre un immense défilé calcaire. Mais 800 mètres c'est long...
« C'est à nouveau le corps à corps, chacun mêne son ombat personnel : dix mètres en courant, ailleurs, on joue de la baïonnette et de la crosse... ». Dans le convoi des PIM, c'est la panique. Certains, de vrais viets, achèvent les blessés français et lancent des grenades sur les légionnaires. Ils sont abattus sans pitié. D'autres courent dans tous les sens à la recherche d'un abri illusoire. Les derniers enfin, font le coup de feu
aux côtés des légionnaires. Mais le bruit du combat a alerté la colonne qui envoie des renforts. « En avant du poste, la chasse s'en donne à coeur joie et casse du viet ! ». Les bo-doïs abandonnent la poursuite. Giap croyait renouveler Cao-Bang sur la RC 6 après ses déboires contre le maréchal de Lattre. Avec Salan et Linarès, il est tombé sur de meilleurs manoeuvriers que lui ; son entêtement face à une manoeuvre bien conçue et bien menée lui a coûté des pertes énormes, un armement et un matériel qui seront longs à remplacer, donnant ainsi un nouveau répit au corps expéditionnaire







[/size]
avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le repli d'Hoa-Binh

Message par Invité le Mar 8 Déc - 10:15

Merci Daniel

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le repli d'Hoa-Binh

Message par Admin le Jeu 27 Mai - 5:10

autre point de vue intéréssent sur les Légionnaires :


Une opération de plus, mais ce ne fut pas sans peine, ni sans gloire !
Le début de la manoeuvre remonte au 22 février . Comme les précédents, ce jour-là est sans histoires . Le 3/13e DBLE et le 1/5e REI, solidement implantés sur leurs positions, comme d'habitude harcelés par un ennemi bien armé, mais impuissant devant les défenses des légionnaires. Ce qui inquiète le capitaine Gille-Naves et les légionnaires de la 12e compagnie et 3/13e DBLE, ce sont les tirs automatiques. Les viets tâtent les points d'appui et essaient de s'infiltrer entre les positions. Dans les unités, on devine, sans vouloir y penser, que l'évacuation d'Hoa-Binh est imminente. Face aux divisions viet-minh qui se rassemblent, Salan n'a plus les moyens de tenir la tête de pont de Tû-Vû, établie l e 23, alors que la brume couvre encore la Rivière Noire, de gigantesque geysers de flammes et de fumée précédant d'assourdissantes déflagrations qui préludent à l'abandon de la localité. Ce sont les munitions et les excédents qui sautent. Dans l'aube naissante, on distingue des files de soldats qui rejoignent le bac et les chalands de la Marine.

C'est bien le repli

Le 3/13 couvre l'opération. Selon les ordres, le 1/5 fournit le recueil. A 6h00 ,la 2e compagnie se porte sur l'ancienne psition de la CIP du 2e BPC. Le capitaine Pérignon prend commandement de l'ensemble. A 07H00, bataillon quitte son point d'appui et fait mouvement vers Ben-Noc où il s'installe défensivement sur la rive gauche de la rivière Noire. La 2e compagnie et la CIP rejoignent à leur tour le dispositif du 1/5e REI. En très grande partie, si l'on comprend également les BEP, le succès de l'opération repose sur la Légion. Car plus haut, dans les calcaires, le 3/13e DBLE du commandant Vaillant livre un combat retardateur héroïque.

Dès 8 heures du matin, les premiers viets qui ont compris que la proie est en train de leur échapper, descendent en rangs serrés des montagnes pour occuper un terrain si chèrement payé. Les troupes d'assaut lancent sur les positions des légionnaires un véritable raz de marée. Le combat fait rage ; l'ancien point d'appui de la 11 ème compagnie grouille de bodoïs . Les FM et les mortiers de 60 sont au point de rupture.
Dernier bataillon à décrocher, le 3/13e DBLE est engagé par trois bataillons viets. Regroupé à Xom-Noï, il résiste depuis 09H30 à tous les assauts. La 9e compagnie et la CCB fauchent les bo-dois dans les barbelés, tandis que la « 11 » et la « 12 » font boule de feu en terrain découvert.

L'artillerie et surtout les mortiers du bataillon font des ravages parmi l'ennemi. La 12e compagnie fait face à l'ouest. A proximité de l'ancien PA de la 11 e compagnie, le radio du capitaine Gille-Naves signale qu'ils accrochent dur... Sans cesser d'encourager ses hommes, le capitaine fait des prodiges. Saisissant le pistolet-mitrailleur d'un tué, il fait le coup de feu au milieu de ses hommes. Les légionnaires ont l'habitude, cela fait deux mois que ça dure ! Hélas, aujourd'hui, il a rendez-vous avec son destin. Un groupe de viets menace l'arrière-garde. Sa haute silhouette se dresse, farouche, il fauche l'ennemi à bout portant. Mais tout près, un PM crépite. Touché, le capitaine Gille-Naves trébuche, mais se redresse encore. Une nouvelle rafale laboure ce corps déjà inerte. Mais il trouve la force de murmurer :

« je laisse le commandement au lieutenant Paret. C'est mon dernier ordre... ».

Plus loin, un éclat de mortier mutile un légionnaire ; d'un bond terrible, un autre légionnaire saute dans une alvéole occupée par des bo-doïs et les mitraille sans pouvoir s'arrêter. Pendant ce temps, le reste du bataillon contient les viets dans une véritable mission de sacrifice. Car il faut tenir ! Le long ruban des unités et des convois défile sur la RC 6 et franchit la rivière Noire sans discontinuer.

A 11 heures, le 3/13e DBLE est regroupé à Thinh-Lang.
Au loin, le tumulte de la bataille indique que le 1/5e REI est lui aussi soumis à une terrible pression. Les légionnaires de Masselot sont la clé de voûte de l'évacuation !. Pénétrés de l'importance de la mission, les hommes vont tenir, au-delà de la logique, exploit après exploit, jusqu'au passage de la dernière unité. Dans le gris de la saison des pluies, l'ennemi talonne sans répit les légionnaires. Durant les éclaircies, malgré la crasse qui couvre les collines, le Morane qui observe le champ de bataille indique les concentrations vietminh aux chasseurs qui piquent et mitraillent les bo-dois. napalmés, une terreur panique les pousse sur les positions françaises où ils sont impitoyablement éliminés.

Le commandant Vaillant saisit l'occasion et donne l'ordre de repli vers l'embarcadère. Progressant vers la pagode de Thinh-Lang et le long des rives, les légionnaires de la « 13 » se heurtent aux viets infiltrés sur la RC 6. C'est un nouveau corps à corps pour forcer le passage. Les pertes sont lourdes, mais le bouchon saute. La section Wenkgerkind dénombre 30 cadavres viets ; devant la compagnie Paret l'ennemi a perdu 40 hommes, sans compter les blessés qui sont liquidés un peu plus loin dans la jungle. Une nouvelle sortie de l'aviation soulage les deux bataillons Légion. Il est 13 heures quand le 3/13 entame le franchissement. Mais l'ennemi a placé une mitrailleuse sur une ancienne position française et tient l'embarcadère sous son feu. Une hésitation... Les légionnaires courent entre les rafales. Planté sur la berge, le commandant Vaillant dirige l'évacuation. Avec le lieutenant Gaydon de la 245e CSM, il est un des derniers à passer.
Sans perdre un instant, le bataillon regroupé fait mouvement sur X-Phéo. De l'autre rive, frustrés, les viets bombardent ou mitraillent tout ce qui bouge sur la route. Aussi, les unités progressent-elles dans les hautes herbes qui la bordent. Après XPheo, le bataillon se dirige vers Ao-Trach, qu'il traverse à 19 heures. Plus loin, les camions l'emmènent au pont n° 8. Le soulagement est perceptible. Pas pour longtemps, à 3 heures du matin le 24, les viets attaquent la tête du convoi. Sans bien savoir où, l'artillerie donne de la voix. Finalement, devant la défense vigoureuse des légionnaires, les viets se replient pour harceler d'autres unités. Encore plusieurs blessés, mais aussi deux prisonniers.


L'aube dévoile un immense bivouac et de longues colonnes de Dodges ou de GMC qui doublent d'interminables files d'hommes à pied. Le 3/13 se place en recueil du 1/5e REI et de la CIP du 2e BPC. Les légionnaires et les parachutistes aux ordres du capitaine Masselot ont tenu la tête de pont jusqu'à 14H30, le 24 février, remplissant la mission au-delà de toute espérance.

Le capitaine Masselot, sa 3e compagnie et un groupe d'officiers seront les derniers Français à quitter la rive gauche de la rivière Noire.Pendant de longues heures, les convois une course de vitesse s'est engagée avec les viets .Pour l'instant, Salan a gagné la première manche . A 16H30, les derniers éléments dépassent les positions du 3/13. Un groupement composé des 9e, 10e, 12e compagnies et la CCB est commandé par le capitaine Fumery et décroche en premier . La 11ème compagnie du bataillon et la 2e compagnie du 2e BEP forment l'arrière-garde.

Au loin, le 2ème BPC se replie appuyé par un peloton de chars. Tout est trop calme... Soudain, l'embuscade se dévoile , le feu nourri de l'arrière-garde stoppe net I' assaut ,mais une unité de feu est vite consommée
II faut éviter de se laisser encercler . Mais dans une telle situation , bien souvent au-delà de la discipline de feu et des ordres tactiques , il ne faut souvent compter que sur l'initiative personnelle. De surcroît, dès le début de l'engagement, un éclat de mortier a détruit le poste radio du DLO qui ne peut plus diriger les tirs d'artillerie. Pourtant, à 800 mètres, un poste enu par des tirailleurs sénégalais barre un immense défilé calcaire. Mais 800 mètres c'est long...
« C'est à nouveau le corps à corps, chacun mêne son ombat personnel : dix mètres en courant, ailleurs, on joue de la baïonnette et de la crosse... ». Dans le convoi des PIM, c'est la panique. Certains, de vrais viets, achèvent les blessés français et lancent des grenades sur les légionnaires. Ils sont abattus sans pitié. D'autres courent dans tous les sens à la recherche d'un abri illusoire. Les derniers enfin, font le coup de feu aux côtés des légionnaires. Mais le bruit du combat a alerté la colonne qui envoie des renforts. « En avant du poste, la chasse s'en donne à coeur joie et casse du viet ! ». Les bo-doïs abandonnent la poursuite. Giap croyait renouveler Cao-Bang sur la RC 6 après ses déboires contre le maréchal de Lattre. Avec Salan et Linarès, il est tombé sur de meilleurs manoeuvriers que lui ; son entêtement face à une manoeuvre bien conçue et bien menée lui a coûté des pertes énormes, un armement et un matériel qui seront longs à remplacer, donnant ainsi un nouveau répit au corps expéditionnaire.
avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le repli d'Hoa-Binh

Message par Invité le Ven 28 Mai - 3:16

Merci Daniel

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le repli d'Hoa-Binh

Message par Admin le Ven 28 Mai - 3:43

avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le repli d'Hoa-Binh

Message par olivier le Ven 28 Mai - 5:38

avatar
olivier
Admin
Admin

Localisation : 34
Messages : 3867
Date d'inscription : 10/11/2009
Age : 51

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le repli d'Hoa-Binh

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum