Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Avis aux Visiteurs .
Ven 31 Mar - 9:55 par commandoair40

» 1 septembre 2015
Mar 1 Sep - 18:39 par olivier

» Visiteurs sur le forum 2014
Mar 1 Sep - 18:34 par olivier

»  Janvier 1885 - La Légion étrangère à Tuyen Quang au Tonkin.
Sam 18 Jan - 8:07 par ROBERT

» loto et bourse aux armes
Lun 13 Jan - 11:13 par Invité

» Dimanche 12 Janvier 2014
Dim 12 Jan - 12:17 par Invité

» Samedi 11Janvier 2014
Sam 11 Jan - 18:19 par Gibert j

» Le mémorial du 2°REI
Sam 11 Jan - 12:09 par Gibert j

» vendredi 10 janvier 2014
Ven 10 Jan - 20:38 par Gibert j

» Commandant Dupin
Jeu 9 Jan - 20:39 par Gibert j

» Jeudi 9 janvier 2014
Jeu 9 Jan - 20:34 par Gibert j

» Mercredi 8 Janvier 2014
Mer 8 Jan - 21:54 par Gibert j

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
musique Légion
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!pagerank
Tchat Blablaland

Opération Eglantine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Opération Eglantine

Message par Admin le Mer 25 Nov - 13:46

Opération Églantine
Groupement Mobile N°100 (G.M. 100)
ANKHÉ, Centre Annam, 24 Juin 1954
INDOCHINE - Les Combats Oubliés


Le repli...

Par Léon C. Rochotte

(L'auteur assume la responsabilité des opinions, citations, résumés et interprétations exprimés dans cet article)

D'après Jean ARRIGHI

Prologue

Fin 1952, la situation dans ce Tonkin que l'on commençait à appeler "Nord Viêtnam" n'était pas particulièrement brillante pour les Forces Françaises. On savait depuis VINH YEN comment le Viêt-Minh aidé par la Chine était devenu une force considérable. Son corps de bataille, fort de sept Divisions d'Infanterie et d'une Division lourde pouvait, dans chaque zone, obtenir l'appui de nombreux bataillons régionaux d'emploi local, et de la logistique constituée de dizaines de milliers de porteurs (sans oublier le "ravitaillement mobile", ces troupeaux de centaines de buffles réquisitionnés...).

En Centre Annam à cette époque, le Viêt-Minh contrôle un vaste territoire allant de Faifo au Nord, au Cap Varella au Sud soit approximativement un rectangle de 350 sur 70 kilomètres. Cette zone correspond à la région Lien-Khu 5 de l'organisation viêt-minh. Le lieu géomètrique en est ANKHÉ, à une soixantaine de kilomètres à l'intérieur des terres, situé à la bordure orientale du plateau de Kontum entre les cols du Mang Yang et celui du Déo Mang, qui allait devoir faire face en permanence aux 12 bataillons réguliers et aux 6 excellentes unités régionales du Viêt Minh de cette province.

Suite à l'attaque de trois postes du secteur le 18 Janvier 1953, le haut commandement français va décider de l'opération ATLANTE destinée à tenter de se débarrasser de la menace viêt-minh dans la zone. Cette opération combinée et pour partie amphibie va se développer progressivement à partir du 20 dans la région de Qui-Nhon. Cinq Groupements Mobiles y seront en particulier affectés les GM 11, 21, 41, 42 à base de Vietnamiens de Cochinchine, d'Annam, et de montagnards des Hauts Plateaux, aux qualités combatives très inégales, et du GM 10 à ossature Tirailleurs Algériens. L'opération Atlante remportera quelques succès, jamais décisifs. D'ailleurs, la puissance viêt-minh ne cessera de se renforcer en Annam comme au Tonkin, acculant rapidement les forces françaises à la défensive.

Le Groupement Mobile 100 (GM 100)

Pour renforcer l'activité opérationnelle en Centre Annam, le Commandement va décider en Novembre 1953 de la création d'une puissante unité. L'ossature en sera le Bataillon de Corée récemment débarqué à Saïgon, dédoublé, et transformé en Régiment de Corée par adjonction de quatre compagnies autochtones de qualité. Les 7ème et 8ème compagnies du nouveau régiment furent constituées par intégration du célèbre Commando Bergerol, des Khmers de Cochinchine. S'y adjoindra le Bataillon de marche du 43ème Régiment d'Infanterie Coloniale, unité aguerrie composée d'éléments franco-cambodgiens très endurcis et rompus au combat de jungle. L'artillerie sera servie par le 2ème Groupe du 10ème Rgt. d'Artillerie Coloniale avec 12 pièces de 105mm. Les 12 chars seront ceux du 3ème Escadron du 5ème Régiment de Cuirassiers, le "Royal Pologne". Au total 3.500 hommes placés sous les ordres du Colonel BARROU.

C'est tout de suite l'engagement: embuscades de Kon Brai, puis celle de la route 14, les Viêts viennent tester le GM100. En Février 1954, plusieurs compagnies du GM100 font partie de la défense du poste de DAK DOA assailli par des forces infiniment supérieures en nombre. Pour des raisons inconnues le commandement des Hauts Plateaux interdira au gros du GM100 d'aller porter secours aux assiègés provoquant la colère des "Coréens". Malgré une défense héroïque, Dak Doa tombera. Il n'y aura qu'une quarantaine de survivants...

Les combats qui suivirent furent terribles pour le Viêt Minh à LA PIT, à PLEI RIN. On estime à près de 3000 le nombre de soldats viêts mis hors de combat en peu de semaines. Le régiment viêt 803 frôla l'anéantissement; reconstitué, il allait prendre sa revanche quelque temps plus tard...

ANKHÉ

Sur la RC 19, Ankhé c'est surtout une suite de masures dans lesquelles s'intercalent quelques gros bâtiments en dur, des villas vestiges de l'Empire français vacillant, et une piste d'aviation sommaire. Fin Mars 1954, le GM100 reçoit ordre de s'y porter avec mission d'établir "un camp retranché". Pour ce faire, l'unité se vit adjoindre un Bataillon Vietnamien T.D.K.Q. (Truong Doan Kuin Quan, bataillons légers sud-vietnamiens récemment créés, peu entraînés, mal encadrés), un peloton de reconnaissance d'automitrailleuses (half-tracks), une antenne chirurgicale complète. Sur place, le GM100 héritera de très gros moyens du Génie avec bulldozers, chargés d'agrandir la piste, ce qui fut fait en un temps record. Le Génie entreprit aussi la pose de vastes champs de mines entre chacun des points d'appuis...

Des patrouilles ennemies et des embuscades ne cesseront de tester les défense du camp retranché. Parfois, une véritable opération locale est montée par nos forces pour tenter de percer, plusieurs kilomètres au Nord et à l'Ouest, les intentions viêt-minh. En Avril, après plusieurs attaques sur les convois de ravitaillement, le commandement décide de supprimer ces liaisons et la route fut fermée. Le camp est désormais isolé; il est relié à l'extérieur uniquement par avion.

Pendant ce temps, le camp retranché de DIEN BIEN PHU entre dans une interminable agonie. Son périmètre se rétrécit chaque jour. Le temps est effroyable et facilite la tâche des assaillants. Dien Bien Phu ne reçoit presque plus de parachutages et ne peut plus évacuer ses blessés. Les bombardements, quoique efficaces, ne sont pas assez nombreux par manque d'avions. Et la D.C.A. viêt, à base de 37mm soviétiques, est redoutable: le 15 Mars un avion d'assaut "Hellcat" de la Marine est abattu (un Hellcat s'était déjà écrasé le 13 dans le mauvais temps et ce sera le tour d'un bombardier en piqué "Helldiver" le 31 Mars). Le 9 Avril un autre Helldiver se fera descendre, le 12 Avril c'est un quadrimoteur "Privateer" de la Marine, pas de survivants. Le 23 et le 26 ce sont encore deux Hellcats... Et ce ne sera pas fini... Le 26 avril s'ouvre la conférence de Genève. Le Viêt Minh fait le forcing. Le 7 Mai, le dernier point de résistance est noyé sous une pluie de "Katiouchkas" (orgues de Staline). "Castor" tombera à 17h30... Dien Bien Phu c'est fini...

Opération ÉGLANTINE

Les camps retranchés ont fait leur temps et on va évacuer Ankhé avant qu'il ne soit assiègé à son tour. D'ailleurs, la stratègie du commandement français semblerait être un repli général de nos forces sur le 18ème parallèle, aussi bien du Tonkin que des plateaux montagnards du Centre Annam. Or Ankhé se trouve au Sud de ce 18ème parallèle, le dispositif Lien-Khu 5 du Viêt Minh formant un important saillant que l'opération Atlante était censée réduire... Quoiqu'il en soit, à l'État-Major, d'éminents stratèges vont décider du repli d'Ankhé sur le modèle catastrophique de Cao-Bang en 1950...

Pourtant, les Services de Renseignements français fonctionnent bien. On sait que sur le parcours de la RC 19, plusieurs régiments viêt-minhs se préparent: le 803, qui s'est refait une santé, le 810, le 120 et le 96 avec d'autres unités régulières et régionales rassemblées à coup de marches forcées, soit plus de 15000 combattants de première ligne, l'équivalent d'une division, appuyés par 25000 porteurs divers et brancardiers.

Malgré (à cause de ?) ces informations alarmantes, la date de l'opération sera avancée au 24 Juin au matin. Le GM100 seul, défilant en un énorme convoi par les routes de montagne, devra rejoindre PK22. On se passera de couverture aérienne. Les forces de soutien et de recueil ne sont pas synchrones. Pourtant l'évacuation devra se faire dans la journée.

Dès huit heures le convoi se constitue. En tête le Bataillon de Marche du 43ème d'Infanterie Coloniale avec les imposants engins du Génie, les camions et les canons de la 6ème Batterie. Ensuite les TDKQ vietnamiens et le peloton de half-tracks, les véhicules de l'état-major du GM ainsi que le PC du 10ème Régiment d'Artillerie Coloniale. Puis le 2/Corée avec la 4ème Batterie d'artillerie, les camions du bureau postal, le service social et son camion bazar, les véhicules des essences. Enfin le 1/Corée avec la 5ème Batterie, les camions du service du matériel, toutes les ambulances et l'antenne chirurgicale.

Il faudra dérouler huit kilomètres de piste pour permettre au dernier des 240 véhicules du convoi de passer à hauteur du blockhaus qui commande l'entrée d'Ankhé...

Au flanc Nord de l'itinéraire, la 7ème Bergerol et la 6ème Compagnie. Au Sud, la 5ème et la 8ème Bergerol. Les Coloniaux du 43ème RIC de tête ouvrent la marche en éclaireurs prudents. Les autres éléments d'Infanterie se répartissent de chaque côté de la route, encadrant les véhicules dont les gros GMC "chassis courts" qui tractent les pièces de 105mm dans le vrombrissement de leurs puissants moteurs. Vers midi on atteint PK12. Le "criquet" (un avion léger d'observation Morane 502) signale la présence de nombreuses coupures de route et des barrages de pierres vers PK15. Les détachements se mettent en disposition de combat et progressent lentement en peinant dans le sillage surchauffé des véhicules dangereusement resserrés.

Embuscade

À partir de PK15, la route fait un large arc de cercle et traverse une petite plaine couverte de hautes herbes à éléphants... La jungle bruissante à l'habitude, est anormalement calme... Un premier barrage de pierres... On met en œuvre un bulldozer... le convoi stoppe...

Il est 14 heures 15 quand l'enfer se déclenche soudain. L'embuscade est montée avec une science militaire consommée sur trois kilomètres entre PK 12 et PK 15. Le point critique de l'attaque se situe dans un tournant en épingle à cheveux précédé par un tronçon de route droite d'une centaine de mètres. Sur la ligne de crête à 200m, seize mortiers de 81mm parfaitement camouflés. Un déluge d'obus SKZ de canons sans recul de 57mm, de bombes à manche, de grenades à fusils s'abat sur les véhicules de commandement du GM 100 qui sera ainsi décapité dans le premier quart d'heure. Le convoi est pris sous les tirs d'enfilade d'armes automatiques. Les engins du Génie qui ont donc dépassé le tournant sont pris sous les feux croisés. Les conducteurs sont tués ou blessés, d'autres sautent dans les fossés cherchant un abri illusoire. La route est bloquée...

En quelques minutes, état-major et transmissions sont hors de combat.

C'est terrible d'efficacité. À la soudaineté de l'attaque s'ajoute l'énorme effet de brutalité dû au feu convergent et simultané des armes lourdes d'appui. Des vagues de centaines de "Bodoïs" hurlants montent à l'assaut porteurs de grenades et de ceintures d'explosifs. Les régionaux, les fameux Chu-Luc en noir, ne ralentissent pas leurs attaques en rangs serrés dans le désordre apparent de leurs fidèles porteurs de munitions et de leurs brancardiers. Nous sommes coincés le long d'un itinéraire encombré et nous ne pouvons pas manœuvrer. Nous voyons nos GMC, nos 4x4 et nos jeeps s'enflammer les uns après les autres. Sur des centaines de mètres des véhicules flambent avec leurs occupants. Sous la précision des tirs viêts, des camions de munitions sautent dans des explosions de fin du monde mêlant débris humains arrachés et morceaux de ferraille... Deux compagnies du BM du 43ème Colonial réussissent à forcer le passage tandis que les deux autres sont neutralisées sur la route avec la première rame et le PC anéanti du GM. Les Vietnamiens du TDKQ se montrent totalement incapables d'assurer la moindre protection latérale; d'ailleurs ils ne vont pas tarder à s'évanouir dans la nature, désertant.... Les auto-mitrailleuses half-tracks sont bloquées, certaines sont en feu, mais répondent rageusement de toutes leurs armes à l'insoutenable et écrasant enveloppement des armes automatiques adverses. Le Colonel Barrou lui-même se hissera sur un affût dont les servants sont morts et essayera de tirer à la 12,7 ne tardant pas à recevoir deux balles dans les genoux. Ses officiers sont presque tous blessés, ou morts.

Le 2/Corée remonte la route en toute hâte pour tenter de desserrer l'effroyable étau de tête, hachant l'ennemi. La 5ème Compagnie des Coloniaux et la 7ème Bergerol se battant comme des fauves, prennent tout le choc, engloutis sous des centaines de Bodoïs. Chaque section, chaque groupe mène à présent, sans trop de coordination, son propre combat de survie.

Notre Section colle à la 5ème Compagnie. Nos combattants tombent par intervalles de plus en plus brefs, blessés ou morts. L'un d'eux revient vers nous la face ouverte et béante, horrible à voir, soutenu par deux hommes également touchés au bras et à l'épaule. Tous les survivants de tête refluent. La Section que je commande reçoit mission de contrôler la portion d'itinéraire où nous sommes pour protèger le regroupement des blessés et leur acheminement vers la queue du convoi. À cette occasion, nous mènerons quatre assauts pour dégager la route. Les Viêts arrivent quand même à placer une 12,7 en enfilade. Le scénario s'accélère. Une auto mitrailleuse en feu déboule en marche arrière, conducteur penché par sa portière ouverte conduisant d'une main. C'est le Commandant Kleinmann, l'un des rares officiers supérieurs à ne pas être blessé. Il me lance en passant: "On se replie, Arrighi... Tenez encore un moment le temps de protèger les derniers éléments qui décrochent et d'emmener les blessés..." Mais où sont les forces de recueil promises...? Que fait donc l'aviation...?

Brusquement, une volée d'obus de mortiers de 81mm tombe à environ 200 mètres côté Nord. Difficile d'apprécier la distance. Une deuxième suit à moins de 100 mètres. La prochaine est pour nous... Je fais desserrer les hommes. Quelques instants plus tard je m'écroule avec la sensation douloureuse d'être perforé de partout au fer rouge. À quatre pattes, plein de sang, je regarde hébèté ma carabine tordue et ma radio TRPP8 en morceaux. Plié en deux, pantin grotesque, je vais grossir le lot des blessés...

Il est alors environ 17 heures 30. Deux solutions s'offrent au Commandant Kleinmann: se replier à PK11 pour former un hérisson et se défendre, ou abandonner le convoi et gagner coûte que coûte PK22 à pied par la brousse. Le commandement d'Atlante se prononça par message pour la deuxième solution. Le temps qui était lourd depuis le début de l'engagement se met aussi de la partie, une pluie drue et fraîche se met à tomber se transformant rapidement en véritables trombes d'eau. Inexplicablement les Viêts rompent le contact... Celà fait partie des impondérables du combat qui vous sont tout à coup favorables et se situent en dehors de toute logique!

Prisonnier...

Ce répit inespèré va permettre à nos éléments de se regrouper.

Les arrière-gardes du GM brûlent des véhicules avant de décrocher et font sauter les bouches des canons avec des grenades incendiaires.

Vers 19 heures, le GM100, épouvantablement éprouvé, se sera reformé en unités à peu près organisées sous la conduite d'officiers encore valides et du Commandant Kleinmann. Aidés par la nuit noire, les détachements s'enfoncent plein Sud pour contourner l'ennemi.

La pluie qui nous avait protégée ralenti considérablement notre cohorte de traînards formée de blessés et d'hommes épuisés... Mon récit s'arrêtera là car pour nombre de ces derniers, dont moi-même, ce sera la longue marche, hallucinante, vers les camps de la mort, prisonniers... Mais ce fût une toute autre aventure "qu'aucune bête au monde n'aurait su endurer".

Épilogue

L'embuscade Viêt-Minh du 24 Juin 1954 aura coûté à elle seule aux Forces Françaises du GM100, près de mille morts ou disparus en trois heures de combat. À Paris, l'Assemblée Nationale observera une minute de silence en leur mémoire...

Nos troupes parviendront à se regrouper à PK22 le lendemain, le Groupement Mobile 42 venant en recueil depuis MANG YANG avec des chars. Des parachutages viendront renforcer nos éléments et les hélicoptères sanitaires pourront évacuer les blessés sauvés. Mais les forces Viêt Minh ne cesseront de se montrer particulièrement incisives sur tout l'itinéraire de repli. La protection aérienne qui avait tant manqué précédemment, sera fournie principalement par la Marine et va se révèler déterminante.

Le paroxysme des combats allant jusqu'au corps à corps sera atteint le 28 Juin vers midi avec l'action combinée des 1 et 2 / Corée, des blindés du 3/ 5ème Cuirs et des canons de l'Artillerie Coloniale tirant à vue directe, jointe à l'intervention décisive "au plus près" des chasseurs Hellcats du Porte Avions ARROMANCHES. Ces actions causeront à l'ennemi, de l'aveu du Viêt Minh lui-même, d'horribles pertes, estimées à plus de 3000 hommes hors de combat, telles qu'elles l'obligeront à renoncer à l'assaut final et à décrocher (voir deuxième partie: "Ankhé, l'intervention aérienne").

Ce ne sera pas fini pour les combattants du GM100, du GM42 et autres vaillantes Unités Coloniales regroupées, qui continueront jusqu'à la fin à subir les puissants assauts d'un Viêt-Minh infiniment supérieur en nombre et particulièrement vindicatif jusqu'à la fin envers cet arrogant mais indestructible Régiment de Corée au badge d'épaule "à la Tête d'Indien" de la Deuxième Division Américaine, à DAK AYUN, puis à PLEI BON et enfin au CHU DREH le 17 Juillet 1954 (opération Myosotis) où, à trois jours du cessez-le-feu, le 1/Corée, placé en arrière garde du GM42, encaissera encore une terrible attaque ennemie sans pouvoir être utilement secouru...

"Ainsi, écrira le Général (cr) Robert Girard en Octobre 1999 dans une note communiquée au rédacteur, à la suite d'erreurs répétées, le GM100 se trouva réduit pratiquement au 2/Corée, lui même amoindri en effectifs, mais faisant toujours front à PLEIKU. Nous eûmes la petite joie de recueillir des camarades évadés de captivité, qui nous dirent les dures conditions qui leur étaient infligées (et nos amis n'étaient pas encore arrivés dans les camps dits de rééducation, où sévissaient des commissaires politiques, d'autant plus fanatiques et retors qu'ils étaient loin du danger, style Boudarel). Celà dura jusqu'au 1er Août, date de l'entrèe en vigueur de l'armistice sur notre territoire... Généralement mal engagés, face à un adversaire nombreux et acharné, éprouvés en hommes et en moyens, nous avons lutté jusqu'au bout..." (Robert Girard, alors Lieutenant, ancien du 22ème Régiment d'Infanterie Coloniale, effectuait son 2ème séjour en Indochine. Il était à l'époque le chef du 2ème Bureau du GM100, puis devint chef de la 7ème Compagnie Bergerol qui avait perdu son Capitaine...)
***
*


Jean ARRIGHI, rescapé de l'enfer, retrouvera un nouveau Régiment de Corée jusqu'en Algérie en tant que Commandant de Compagnie.

Écrivain militaire et surtout Témoin direct, il est l'auteur de plusieurs ouvrages et articles sur la Guerre d'Indochine et celle d'Algérie. Régine Deforges le cite comme une de ses sources dans son roman "LA DERNIÈRE COLLINE" (Arthème Fayard, 1996)
avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Eglantine

Message par Admin le Mer 25 Nov - 13:49

avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Eglantine

Message par Admin le Mar 1 Juin - 5:00



le mémorial a An khé
avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Eglantine

Message par Invité le Mar 1 Juin - 7:56

Merci Daniel

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Eglantine

Message par Bushman le Mar 1 Juin - 23:12

Merci Daniel tres interressant de pouvoir lire les erreurs humaines.
avatar
Bushman

Messages : 755
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Eglantine

Message par Admin le Mer 2 Juin - 5:39

Bushman a écrit:Merci Daniel tres interressant de pouvoir lire les erreurs humaines.


Hé oui Bushman et cette guerre d'Indo ne fut que successions d'erreurs humaines oui mais de commandements supérieurs car sur le térrain le courage était monnaies courantes et faisait partie du quotidien des forces du Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient (CEFEO)
avatar
Admin
Admin
Admin

Localisation : Roux
Messages : 4458
Date d'inscription : 10/11/2009

http://patrianostra.forum-actif.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Eglantine

Message par Invité le Mer 2 Juin - 9:14

Merci Daniel;
Rien a ajouter aux propos de Bushman

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Opération Eglantine

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum